Vente en avant-première vendredi 19 septembre du timbre reproduisant la fresque de l’hôpital Necker réalisée par Keith Haring

Affiche Keith HaringBeau moment en perspective demain vendredi à l’hôpital Necker-Enfants Malades de Paris : la vente en avant-première d’un timbre dont le visuel reproduit la fresque réalisée en 1987 sur un mur de l’établissement par l’artiste américain Keith Haring. Une séance prolongée par une conférence du galeriste Jérôme de Noirmont et de Florence Mahé-Dombis, la directrice du Mécénat de l’hôpital Necker.

Elle était menacée de destruction il y a quelques années encore. Les projets d’extension et de modernisation de l’hôpital Necker-Enfants Malades, dans le XVe arrondissement de Paris, ne s’accommodaient pas forcément au départ de sa présence. Ou plutôt de celle de l’édifice sur lequel elle est apposée. Mais c’est maintenant de l’histoire ancienne : la fresque réalisée en 1987 par l’artiste américain Keith Haring sur une cage d’escalier de secours de l’hôpital poursuivra son action de soutien aux enfants soignés dans l’établissement comme à leurs proches.

Haute de 27 mètres, l’œuvre du street artiste se compose en effet de silhouettes mobiles et colorées qui symbolisent l’énergie et la volonté de vivre. Et les dégradations du béton, matériau support de la fresque, ne sont pas parvenues à entraver le message : cet hymne à la vie demeure aujourd’hui visible et apprécié de tous ceux qui sont amenés à se rendre à l’hôpital Necker.

Keith_Haring_2014D’ailleurs ces altérations ne seront bientôt plus qu’un mauvais souvenir : grâce à la mobilisation de nombreux partenaires – dont la Fondation et le Musée de La Poste -, une rénovation devrait dans les mois qui viennent redonner tout son lustre à l’ouvrage. En attendant, La Poste émet vendredi 19 septembre un timbre – vendu en avant-première sur place – reproduisant cette œuvre, la seule de cette dimension conçue en extérieur en France par Keith Haring.

Un événement qui sera suivi dans l’après-midi d’une conférence donnée dans les locaux de l’hôpital par Jérôme de Noirmont, galeriste parisien avec lequel Keith Haring a toujours beaucoup travaillé, et Florence Mahé-Dombis, la directrice du Mécénat de l’hôpital. Une belle journée d’hommage et de solidarité…

Rodolphe Pays

Timbre « Keith Haring 1958-1990/Hôpital Necker – Enfants malades », auteur Keith Haring, metteur en page Lunel Dune, impression héliogravure. Photo AP-HP-Hôpital Necker, Keith Haring Foundation.

Timbre vendu en avant-première vendredi 19 septembre, de 10 h à 17 h, à l’hôpital Necker-Enfants Malades, 149 rue de Sèvres, Paris 15ème.

Conférence de Jérôme de Noirmont et Florence Mahé-Dombis, vendredi 19 septembre, 15h, auditorium, bâtiment Laennec, hôpital Necker-Enfants Malades, 149 rue de Sèvres, Paris 15ème.

Timbre disponible à partir du 22 septembre à la boutique du Musée de La Poste, 21 avenue du Maine, Paris 15ème. Tél. : 01 53 71 98 49.

 

 

 

 

 

 

 

L’expo "L’art fait ventre" s’achève avec Soul Kitchen, une performance chorégraphique et musicale proposée demain jeudi à l’espace Cardin

Itinéraire en Portraits Végétaux Christelle Westphal avec Isabelle Dufau et Clara Gibson Maxwell 72dpiAvant de baisser son rideau dans trois jours, l’expo L’art fait ventre propose un dernier dessert à ses visiteurs : une « performance » musico-chorégraphique opportunément intitulée Soul Kitchen suivie d’un débat autour de l’art et la nourriture. C’est demain jeudi et c’est à l’Espace Pierre Cardin.

Lancée en juin, l’expo du musée de La Poste L’art fait ventre, accueillie en résidence au musée du Montparnasse, rendra son tablier samedi prochain. Il est donc toujours temps de partager les approches culinaires et consommatrices de la douzaine d’artistes exposée. Et il est aussi encore possible de profiter de la dernière « performance » organisée dans le cadre de l’accrochage : une création chorégraphique et musicale conçue par Clara Gibson Maxwell.

DSC_3401Aux baguettes de ce spectacle bâti autour de trois « pôles » musicaux – Come on in my kitchen, de Robert Johnson, Drink to me only with thines eyes, de Ben Jonson et Soul kitchen, de Jim Morrison – : des cuisinières interprètes (danse, chant) et des chefs-musiciens (percussionniste, violoncelliste, pianiste). La soirée se clôturera ensuite par un débat sur le thème « Comment l’art peut-il modifier nos habitudes alimentaires ? ».

Avec comme intervenants Jean-Pierre Corbeau, sociologue de l’alimentation, Jean-Jacques Boutaud, sémiologue de l’alimentation, Jeanette Zwingenberger, historienne de l’art et la plasticienne Brigitte de Malau. La soirée se déroule dans le cadre prestigieux de l’Espace Pierre Cardin, avec lequel le musée de La Poste organise régulièrement des événements. C’est demain jeudi, et ça démarre à 19 h 30… Et l’expo, c’est jusqu’à samedi…

Rodolphe Pays

 « Soul kitchen », une performance proposée autour de l’exposition « L’art fait ventre », avec un spectacle chorégraphique et musical suivi d’un débat, jeudi 18 septembre à 19 h 30, Espace Pierre Cardin, 3 avenue Gabriel, Paris 8ème. Places disponibles avec tarif préférentiel à réserver sur : souscription@lesfertiles.fr

« L’art fait ventre », jusqu’au 20 septembre, une exposition du musée de La Poste accueillie au Musée du Montparnasse, 21 avenue du Maine, Paris 15ème. Ouvert tous les jours (sauf le dimanche) de 13 h à 18 h (entrée libre).

La boutique du musée de La Poste était présente au vide-grenier organisé samedi dans le quartier Montparnasse

UnknownLe musée de La Poste a participé au vide-grenier proposé le week-end dernier dans le quartier Montparnasse. Une première plutôt réussie…

Un imposant vide-grenier se tenait samedi dernier près de la gare Montparnasse. Autour d’un triangle formé par l’avenue du Maine, le boulevard du Montparnasse – prolongé jusqu’au métro Duroc – et la rue de l’Arrivée. Des centaines de vendeurs professionnels et amateurs s’y étaient donnés rendez-vous pour proposer à une clientèle d’habitants du quartier, de passants et de touristes tous les objets usuels ou non habituellement disponibles dans ce type d’événement.

Implantée depuis le début de l’année avenue du Maine, la boutique du musée de La Poste avait répondu présent. Elle a ainsi ouvert son rideau toute la journée et avait même disposé deux tables bien garnies sur le trottoir. Au menu : catalogues d’expo, objets de décoration, gamme « vintage » (stylos, portefeuilles, trousses… ), classeurs pour collections de timbres, de cartes postales et de cartes téléphoniques…

« Plusieurs centaines d’articles ont été vendus à des prix très raisonnables, indique Bruno Pattou, le responsable commercial du musée, de 50 centimes à 10 euros, il y en avait vraiment pour toutes les bourses. » Plusieurs collaborateurs du musée – Vonick, Corinne, Sophie, Daniel – avaient prêté leur concours pour la circonstance. Une belle ambiance, du soleil, beaucoup de monde. Une expérience à renouveler l’an prochain… (RP)

 

 

Chantier de collection : le musée de La Poste passe à table

DSCN8658Les chantiers de collection se succèdent au musée de La Poste. Après ceux des pièces de petit format et des poinçons philatéliques, celui du mobilier fait aujourd’hui l’objet de toutes les attentions des équipes du musée.

 Consacré au mobilier, un nouveau chantier de collection s’est ouvert au musée de La Poste. Bureaux, fauteuils, cabines téléphoniques, banques de guichets, éléments de décoration… , plus de 400 meubles – la plupart utilisés en bureaux de poste et centres de tri aux 19 et 20ème siècles – sont désormais en passe de retrouver leur lustre d’origine. « Depuis deux ans, nous préparions cette opération, explique Patrick Moreau, chargé de conservation responsable du projet, d’abord en inventoriant sur informatique chacun de ces objets et puis en préparant les conditions de leur rangement. »

DSCN8724DSCN8417Des racks spécialement conçus pour accueillir les meubles ont ainsi été installés en début d’année au sein des réserves du musée localisées au sud de Paris. Ils permettront de recevoir sur 3 niveaux – par famille d’objets et chronologiquement – l’ensemble du fonds. « Nous utilisons aussi des palettes adaptées, non ajourées sur leur dessus et dotées de ridelles, sur lesquelles nous disposons les meubles au fur et à mesure de leur traitement, poursuit Patrick Moreau, il n’y a plus ensuite qu’à faire glisser ces palettes sur les étagères des racks. »

DSCN8408En cours jusqu’à la fin de l’année, le chantier de collection – assuré par les équipes du patrimoine et de la logistique du musée – bat son plein. Chaque objet est d’abord dépoussiéré. En deux temps : gros œuvre, puis finition dans les recoins et interstices. Et, pour les pièces en bois (qui représentent 70 % du fonds), passage obligé à la popote des antiquaires, « l’éponge magique » des professionnels qui rénove toutes les essences, redonne éclat aux vernis, élimine les traces de doigts… Pour celles en métal ou en matières plastique ou synthétique, même régime, mais avec les produits appropriés.

Une prise de vue à l’issue de ces différentes interventions parachève le travail. Il ne reste plus alors qu’à positionner l’objet sur sa palette puis son étagère, et à placer à immédiate proximité sa « fiche d’identité », son numéro d’inventaire et sa photo. « Des soins et précautions qui permettront, après la rénovation du musée, de présenter dans les meilleures conditions certains de ces objets dans les nouvelles salles de collection ou encore d’effectuer des prêts à d’autres institutions culturelles », conclut Patrick Moreau.

Rodolphe Pays

Photos Anne-Cécile Célimon

 

 

 

 

 

 

Performance hier soir au Chemin du Montparnasse autour de l’expo "L’art fait ventre" : la Poule n’avait pas dit son dernier mot …

DSC_0649Succès hier soir de « La Poule aux Mots », une performance proposée par le musée de La Poste dans le cadre de son exposition L’art fait ventre.

Belle soirée hier en écho à l’exposition L’art fait ventre. Le Chemin du Montparnasse accueillait en effet un événement que les participants – ils étaient plus d’une DSC_0582quarantaine – ne devraient  pas oublier de sitôt : la dégustation lors d’une douce soirée d’une poule au pot ponctuée de déclamations (des textes de patients de l’association L’élan retrouvé dits par 4 comédiens) et d’intermèdes musicaux (accordéon, trombone à coulisse, percussions… ). (RP)

« L’art fait ventre », une exposition du Musée de La Poste, accueillie au Musée du Montparnasse, 21 avenue du Maine, Paris 15ème. Ouvert tous les jours (sauf le dimanche) de 13 h à 18 h (entrée libre).

Photos Thierry Debonnaire (musée de La Poste).

Spectacle de Wissam Arbache, soirée organisée avec le concours de Brigitte de Malau et assurée par des collaborateurs bénévoles du musée.

Disponible à la boutique du musée de La Poste, un timbre rend hommage à l’écrivain Charles Péguy

Charles_Peguy_2014L’écrivain, poète et philosophe Charles Péguy a été tué il y a tout juste 100 ans, dans les premières semaines de la Guerre 14-18. La Poste lui rend hommage en émettant un timbre à son effigie. Une manière de rappeler aussi l’homme et l’intellectuel qu’il était.

On ne s’intéresse plus guère à Charles Péguy aujourd’hui… Son essai L’argent fait sans doute encore un peu écho dans nos mémoires, mais sommes-nous si nombreux à l’avoir vraiment lu ? Et sa poésie (La tapisserie de Notre-Dame… ), ses oeuvres lyriques (Jeanne d’Arc…), sa correspondance ? Le nom de l’écrivain reste malgré tout présent dans les esprits. Parce qu’on y fait encore parfois référence dans des revues littéraires, philosophiques ou politiques, parce que des intellectuels comme Alain Finkielkraut rappellent son parcours, ses engagements, ses quêtes, parce que des écoles et des rues de nos villes portent son nom.

images-1De culture catholique à l’origine (il était né en 1873 à Orléans dans une famille « modeste mais pas misérable »), il était ensuite devenu anticlérical militant et socialiste « libertaire » et « humaniste ». Au milieu des années 1900, Péguy renoue avec une foi catholique qu’il n’avait jamais oubliée. Dreyfusard acharné, il prenait aussi en effet le temps d’écrire sur Jeanne d’Arc. Il appréciait tout à la fois Descartes et Bergson (il avait été l’élève de ce dernier à l’Ecole normale supérieure). C’est toute la culture, tout l’esprit français que Péguy a sa vie durant tenté d’intégrer… Au risque de déplaire, d’être associé à des courants ou à des idéologies se réclamant a posteriori de lui. Il est vrai qu’anti-moderne déclaré, il ne pouvait que s’attirer bien des foudres…

Lieutenant de réserve, Péguy est mort au combat à la veille de la première bataille de la Marne, le 5 septembre 1914. Une balle dans le front… La Poste lui rend hommage en émettant un timbre à son effigie. Le visuel choisi pour l’illustrer est un dessin d’Egon Schiele. Une œuvre magnifique qui fait notamment apparaître, selon le philosophe et historien de l’art allemand Walter Benjamin, la « mélancolie maîtrisée » du regard de Péguy. Et en bas du portrait, la main de l’écrivain, comme protectrice, éclairante…

Rodolphe Pays

Timbre « Charles Péguy 1873-1914 », création Egon Schiele (Osterreichsche Nationalbibliothek/avec la participation de l’agence photographique "La Collection"), mise en page Dune Lunel, gravure Claude Jumelet. Timbre en vente à partir du 8 septembre à la boutique du musée de La Poste, 21 avenue du Maine, Paris 15ème (ouverte de 10 h à 18 h du lundi au vendredi). Tél. : 01 53 71 98 49.

La Fondation La Poste apporte son soutien à la nouvelle édition de la « Correspondance de guerre de Charles Péguy » proposée par l’association Amitié Charles Péguy

10609725_699481293463798_246076565033623245_nRassemblée et annotée par Julie Sabiani dans une première édition parue en 2000, la « Correspondance de guerre » de Charles Péguy est à nouveau publiée – depuis le 5 septembre – dans un numéro spécial (147) du bulletin de l’association Amitié Charles Péguy. Elle est augmentée de documents et illustrations dont « Journal de marche du régiment de Charles Péguy ».

L’ouvrage comprend cinquante-deux courriers de Péguy, couvrant la période de sa mobilisation le 28 juillet 1914, jusqu’à sa mort le 5 septembre suivant. Soixante-huit autres lettres s’échelonnant jusqu’en 1917 proviennent de ses interlocuteurs et des échanges entre sa famille et ses proches.

http://www.charlespeguy.fr/lamitie-charles-peguy

Pour en savoir plus sur la Fondation La Poste : http://www.fondationlaposte.org/

 

 

 

 

 

 

"Les femmes de la Poste" : une expo qui raconte trois siècles de présence des femmes au sein de l’Administration des postes

2014-0804 kake les femmes De l'ANCI le 3 sepmtebre 1Les femmes de la Poste : c’est la nouvelle exposition itinérante que vient de réaliser le musée de La Poste. Une présentation – proposée en avant-première fin septembre au relais de Poste /Musée d’Eyguians, dans les Hautes-Alpes – qui raconte trois siècles de présence des femmes au sein de l’Administration des postes.

« La femme possède-t-elle les qualités intellectuelles et physiques que réclame la bonne exécution des diverses opérations du service public ? » Une question – aujourd’hui parfaitement incongrue – que se posait en 1874 l’Union Générale des Postes. L’ancêtre de l’Union Postale Universelle (UPU) s’interrogeait ainsi sur l’opportunité d’employer des femmes dans l’Administration des Postes. Cette dernière n’avait cependant pas attendu l’approbation des instances internationales chargées de plancher sur la régulation et l’organisation des institutions postales de l’époque pour faire appel à du personnel féminin.

Dès le début du XVIIIème siècle, on assiste en effet aux premières nominations de postières dans les établissements postaux d’alors. Et dans les années 1840, on comptait même près de 1000 directrices de bureaux de poste. Viendront ensuite les « dames » du téléphone, le recours aux femmes – en tant qu’auxiliaires – pour remplacer les postiers mobilisés durant la première guerre mondiale, les concours mixtes… C’est toute cette longue saga des femmes à la Poste que raconte la nouvelle exposition historique créée par le musée de La Poste.

2014-0804 kake les femmes De l'ANCI le 3 sepmtebre 6En 10 panneaux richement illustrés – pas moins de 150 visages de femmes y figurent – la présentation évoque l’évolution progressive (et parfois chaotique) de l’intégration des femmes dans tous les métiers, la reconnaissance grandissante de leurs compétences et savoir-faire et les avancées sociales dont elles bénéficient au fil du temps, les grandes dates à retenir. « Au-delà de l’histoire de la condition féminine au sein de la Poste, l’exposition revient aussi sur l’utilisation de l’image de la femme à travers un certain nombre de supports, explique Catherine Chauvière, chef de projet au pôle Histoire et Prospective du musée à l’origine du projet, qu’il s’agisse d’affiches publicitaires, de calendriers, de cartes postales ou encore de timbres. »

L’exposition aborde également la présence des femmes dans la Poste contemporaine. En rappelant qu’elles forment désormais plus de la moitié des effectifs, qu’elles occupent aujourd’hui un très grand nombre de postes de responsabilité et qu’elles contribuent au même titre que les hommes à la vie et au développement de l’entreprise. Avec cette nouvelle exposition du musée de La Poste, la réponse aux interrogations il y a un siècle et demi de l’Union Générale des Postes est définitivement trouvée…

Rodolphe Pays

L’exposition « Les femmes de la Poste » sera présentée en avant-première au Relais de poste/Musée d’Eyguians du 22 au 28 septembre. Adresse : route départementale 1075, en face de la place du village, Eyguians, Hautes-Alpes (au nord de Sisteron). Tél : 04 92 66 23 69. Adresse internet : relais-poste.eyguians@laposte.net

Pascal Roman, historien au musée de La Poste, tiendra une conférence sur le thème des femmes à la Poste au relais de Poste/Musée d’Eyguians le vendredi 25 septembre à 20 h 30 (entrée libre).

Pour en savoir plus sur la mise à disposition de l’exposition (le musée de La Poste fournit gratuitement les fichiers permettant de réaliser des tirages de kakémonos), contacter Catherine Chauvière au 01 42 79 24 52 ou à l’adresse catherine.chauvière@laposte.fr.

 2014-0804 kake les femmes De l'ANCI le 3 sepmtebre 1

 

 

 

 

 

 


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 107 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

new_york

poule_mots

poule_aux_mots

Plus de photos

Notre compte Twitter

Des chiffres

  • 194,364 visites

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 107 autres abonnés