Archive pour avril 2016

Sainte-Hélène, le dernier combat de Napoléon : une remarquable expo à voir au musée de l’Armée

Rex Oscar (1857-?). Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau. MM.90.7.1.

Rex Oscar (1857-?). Rueil-Malmaison, châteaux de Malmaison et Bois-Préau. MM.90.7.1.

La restauration en France du mobilier de Longwood House, la maison de l’île de Sainte-Hélène où Napoléon a été retenu prisonnier de 1815 à sa disparition en 1821, est à l’origine de la remarquable exposition qui vient de s’ouvrir au musée de l’Armée.

Une occasion de mieux connaître les conditions de l’exil, le dernier carré de fidèles et l’ultime combat de Napoléon.

Vue et plan de Longwood House. Ackermann (publisher), 1817.

Vue et plan de Longwood House.
Ackermann (publisher), 1817.

Exposé à un soleil parfois implacable, subitement envahi de brouillards glaçants, battu de vents entêtants, trempé régulièrement de pluies violentes qui se déversent sans interruption quelques minutes comme quelques jours : le plateau de Longwood, au nord de Sainte-Hélène, ne bénéficie pas du climat relativement doux et uniforme que connaît le reste de cette île, possession anglaise plantée au beau milieu de l’Atlantique sud. La température y est aussi souvent inférieure de plusieurs degrés.

Contraints par la Couronne britannique après la défaite de Waterloo à vivre sur ces hauteurs peu hospitalières, Napoléon et son entourage souffriront de ces dures conditions météorologiques. Le bâtiment et le mobilier de Longwood House, la résidence où Napoléon et ses derniers fidèles étaient cantonnés sous la surveillance permanente et pointilleuse de soldats anglais commandés par le zélé Hudson Lowe, n’ont pas non plus été épargnés par ces éléments.

IMG_4632Après la mort de l’Empereur et le retour en Europe de ses compagnons d’infortune, la maison reste en effet pour longtemps inoccupée (après avoir quelques années durant retrouvé sa vocation de ferme). L’humidité, les sautes de températures, le manque d’entretien dégradent au fil du temps notamment les meubles. Tables, fauteuils, dessertes, armoires, objets de décoration… , toutes ces pièces historiques finissent ainsi par nécessiter des soins. Une tâche qui revient à la France, propriétaire des lieux depuis que Napoléon III en a négocié l’acquisition en 1857 auprès des autorités britanniques.

IMG_4641Il faudra cependant attendre 2013 pour qu’une campagne de restauration du mobilier de Longwood House s’engage. Elle concernera d’abord tout ce qui peut être traité directement sur place. Une centaine de pièces emblématiques ne pouvant pas l’être rejoignent alors la France. Ce sont plus de vingt d’entre elles qui sont depuis quelques jours présentées au musée de l’Armée dans le cadre d’une exposition consacrée à Napoléon à Sainte-Hélène.

Lit de campagne de Napoléon.

Lit de campagne de Napoléon.

« La restauration du mobilier de Longwood House est à l’origine de ce projet, nous avons voulu montrer ce patrimoine avant qu’il ne retourne à Sainte-Hélène, explique Emilie Robbe, conservateur en chef du patrimoine au musée de l’Armée et co-commissaire de l’exposition, et nous y avons associé des pièces venues d’institutions culturelles françaises et étrangères ou de collections privées pour évoquer les conditions dans lesquelles a vécu durant presque six années Napoléon. »

IMG_4627Ce sont d’abord les circonstances de l’exil qui sont présentées.

A travers des objets symboliques, comme le fusil de chasse offert par Napoléon au capitaine Besson pour le remercier de son dévouement (Besson avait proposé et organisé juste après Waterloo un scénario de fuite à laquelle Napoléon ne s’était pas résolu, estimant qu’il devait rester digne de son rang).

L'épée d'Austerlitz.

L’épée d’Austerlitz.

Comme aussi les effets, la vaisselle et quelques souvenirs – l’épée d’Austerlitz – réunis dans l’urgence avant le départ pour Sainte-Hélène par Louis-Joseph Marchand, indéfectible fidèle et 1er valet de chambre de l’Empereur.

IMG_4629La vie qui s’organise à Longwood, dans la maison, le jardin, est retracée. Des pièces sont reconstituées. Celle du billard, par exemple (un « cadeau » du gouverneur de l’île), à l’entrée de la demeure. Napoléon y étalait surtout des documents, des cartes, des plans… , comme s’il était toujours en campagne. C’est là aussi qu’il recevait ses visiteurs.

IMG_4638Mais quand le temps le permettait, c’était au jardin qu’il les accueillait, un endroit où il aimait déjeuner, dicter des textes. On retrouve le banc où il s’asseyait, son fauteuil « chinois »… Des meubles souvent fournis parce qu’ils n’en voulaient plus par des habitants de l’île. Et on visite également la chambre, avec son lit de campagne, le nécessaire de toilette…

Gourgaud, Bertrand, Montholon, Las Cases…, les hommes qui ont suivi Napoléon dans son exil – leurs épouses aussi, parfois leurs enfants – sont évoqués, à travers des courriers, des IMG_4626gravures… Une suite d’où ne sont absentes ni les intrigues, ni les jalousies, ni les fâcheries…

« La seconde partie de l’exposition est dédiée à l’ultime combat de Napoléon, celui de la mémoire, de la transmission, poursuit Emilie Robbe, on le voit lire, travailler avec ses collaborateurs, écrire sa propre histoire. »

La bibliothèque, qui IMG_4640comportait plus de 3000 volumes, est suggérée, des livres qui ont appartenu à Napoléon, comme Les commentaires sur la guerre des Gaules de Jules César, sont présentés…

Sur des gravures, celui qui n’est plus pour les anglais que le général Bonaparte apparaît en tenue d’intérieur dans son cabinet de travail IMG_4636(portant madras, redingote de chambre et pantoufles), dictant ses réflexions, surtout sur les campagnes de son début de règne, en Italien en Egypte…

Des pages du Mémorial de Sainte-Hélène, l’ouvrage écrit par Las Cases – qui connut dès le XIXème siècle un succès considérable – sur l’histoire et la petite histoire de Napoléon, IMG_4625accrédite la thèse de la réussite de l’entreprise : Napoléon, par Las Cases interposé, n’aura laissé personne d’autre écrire son épopée…

Et puis la fin arrive, les tourments, les doutes, la maladie… Avec des objets intimes, émouvants : la baignoire où Napoléon prenait des bains qui parvenaient un peu à la soulager, le lit de campagne dans lequel il s’est éteint… La salle à manger se transforme alors en chapelle (crucifix, portrait de Jésus, bible, calice… ).

"L'avenir des statues", oeuvre de René Magritte réalisée d'après le masque mortuaire de Napoléon (1932). asque mortuaire de Napoléon

« L’avenir des statues », oeuvre de René Magritte réalisée d’après le masque mortuaire de Napoléon (1932).

Des tableaux et estampes montrant Napoléon durant ces presque six années complètent l’exposition, de son arrivée sur l’île, le 16 octobre 1815 à son décès, le 5 mai 1821. Ils présentent Napoléon – sur son rocher, au travail, sur son lit de mort… – déchu mais victorieux, remportant son combat pour la postérité.

Rodolphe Pays

 « Napoléon à Sainte-Hélène/La conquête de la mémoire », jusqu’au 24 juillet, musée de l’Armée, Hôtel des Invalides, Paris 7ème (Tél. : 01 44 42 38 77).

 

479137_1Deux questions à Michel Dancoisne-Martineau, Consul honoraire de France, conservateur des domaines Français de Sainte-Hélène, co-commissaire de l’exposition Napoléon à Sainte-Hélène.

La restauration du mobilier de Longwood, le traitement du courrier reçu et envoyé par Napoléon et son entourage : deux aspects de l’exposition Napoléon à Sainte-Hélène en rapport avec l’activité et la vocation du Musée de La Poste. Michel Dancoisne-Martineau y revient en détail.

 » LE COURRIER, CA RESUME TOUT L’EXIL  »

La restauration du mobilier de Longwood House est le point de départ de l’exposition « Napoléon à Sainte-Hélène ». Comment ce chantier a-t-il été mené ?

Michel Dancoisne-Martineau devant Longwood House.

Michel Dancoisne-Martineau devant Longwood House.

Cette restauration entre dans le cadre d’un projet qui intégrait également la rénovation du bâtiment lui-même et sa décoration intérieure. Lancés il y a déjà quelques années, les travaux concernant la maison et son agencement ont été programmés et réalisés avant ceux du mobilier. Le chantier de ce dernier s’est lui achevé récemment.

Il s’agissait ainsi de traiter l’intégralité des meubles de Longwood House – qui avaient pour l’essentiel surtout souffert de l’humidité -, c’est à dire autour de 200 objets. Un peu moins de la moitié a pu être pris en charge sur place. Tout le reste, dont beaucoup de pièces emblématiques comme le billard ou les globes terrestres, a été transféré en France. Une partie d’entre elles figure au sein de l’exposition.

La pavillon des Briars.

La pavillon des Briars.

Cette restauration globale – maison, décoration, mobilier – s’est accompagnée de la création d’une Fondation de droit local, la Saint Helena Napoleon Heritage Limited. Cette structure composée de trois administrateurs permettra de pérenniser, de davantage faire vivre ce lieu de mémoire ainsi que les autres domaines français de l’île, la Vallée du tombeau et la maison des Briars, première et éphémère résidence de Napoléon.

Une reproduction d’un écrit de Napoléon sur « l’importance de la lettre d’une mère ou d’une sœur pour ceux qui endurent les souffrances de la captivité » est accrochée dans l’exposition. Dans quelles conditions le courrier reçu ou expédié par Napoléon et son entourage parvenait-il et était-il transmis ?

Le courrier, ça résume tout l’exil. Tous les envois à l’attention de Napoléon et de ses proches transitaient par le Ministère de la Guerre britannique. Les lettres étaient ouvertes, censurées le cas échéant, voire non transmises. Elles étaient ensuite acheminées par bateau. Et à nouveau ouvertes.

Napoléon dictant ses mémoires aux généraux Montholon et Gourgaud en présence du maréchal Bertrand et du comte de Las Cases.

Napoléon dictant ses mémoires aux généraux Montholon et Gourgaud en présence du maréchal Bertrand et du comte de Las Cases.

Napoléon ne recevait pas de courrier officiel. Toutes les lettres adressées à l’Empereur étaient rejetées par les Anglais, qui considéraient que leur prisonnier n’était plus que le général Bonaparte. Et Napoléon lui-même, s’estimant toujours Empereur des Français, refusait de recevoir des plis adressés au général Bonaparte. Pour l’entourage, la censure était également pratiquée, mais avec un peu moins de rigueur.

Les seules lettres que Napoléon recevait ou qu’il envoyait – toujours dictées selon son habitude – étaient clandestines. Il y en avait régulièrement, acheminées grâce à des complicités via des bateaux de commerce qui faisaient escale à Sainte-Hélène. Sous couvert de son entourage, Bertrand et Montholon notamment, des lettres codées étaient également expédiées. Montholon en particulier a souvent pris des risques pour aider Napoléon à faire parvenir des messages.

Cette correspondance clandestine, si importante, c’est un vrai cauchemar pour les historiens, elle a en effet la plupart du temps été détruite après lecture…

Propos recueillis par Rodolphe Pays

 

Longwood House.

Longwood House.

Les Domaines Français de Sainte-Hélène

Sainte-Hélène est un territoire d’outre-mer du Royaume-Uni. Cette île volcanique, l’une des plus isolées du monde, se situe au milieu de l’océan Atlantique sud, à près de 2 000 km des côtes africaines et 3 500 de celles du Brésil. Accessible jusqu’à présent seulement par mer, l’île s’apprête à un changement de taille : un aéroport y sera inauguré en mai.

langfr-280px-Topographic_map_of_Saint_Helena-fr.svgDécouverte en 1502, elle devient possession de la Compagnie anglaise des Indes orientales en 1657.

Napoléon n’est pas le seul à y avoir été exilé. En 1890, le chef zoulou Dinizulu y fut détenu.

Et lors de la Seconde Guerre des Boers, le général Piet Cronje et 6000 boers y furent emprisonnés.

La Vallée de la tombe.

La Vallée de la Tombe.

La France possède une infime partie de cette île de 122 km2. Les Domaines nationaux comprennent depuis 1858 la résidence de Longwood et les quelques terres qui l’entourent ainsi que la Vallée de la Tombe, lieu où Napoléon a été enterré de 1821 à 1840.

220px-Sainte-Hélène_vallée_du_Tombeau_1858Et depuis 1959, la maison dite des Briars et son jardin, là où Napoléon avait été hébergé en attendant que Longwood House soit installée.

Consul honoraire de France, Michel Dancoisne-Martineau est le directeur des Domaines nationaux de Sainte-Hélène depuis 1987.

 

 

 

 

 

Katre : « J’ai pu créer la profondeur et les perspectives que j’avais envisagées »

Le projet, l’idée, la réalisation, les réactions des passants… : Katre évoque la fresque qu’il vient de créer pour le Musée de La Poste.

katre ce soir

IMG_4659Vous venez de réaliser une fresque sur la palissade qui cerne le chantier de transformation du Musée de La Poste. Comment cette collaboration avec le musée s’est-elle enclenchée ?

Céline Neveux, la commissaire d’exposition du Musée de La Poste qui pilote le projet, connaissait mon travail. Elle savait que je me passionne depuis longtemps déjà pour les friches industrielles, les lieux désaffectés, en attente.

Elle a pensé que cette correspondance entre ce que je fais et l’actuelle transformation du musée pouvait m’intéresser. Elle m’a alors proposé d’ouvrir cette série de fresques réalisées successivement par différents street artistes.

 

katr1Est-ce que vous avez été entièrement libre de créer ce que vous souhaitiez ou est-ce que le musée vous a demandé d’intégrer à cette fresque des aspects postaux ?

La seule indication de la commissaire d’exposition était de faire apparaître quelque part un sorte de clin d’œil à La Poste, rien d’autre. Mon idée étant de partir d’un espace du bâtiment actuellement en travaux et de développer autour des prolongements, des mouvements, la question d’une touche postale ne s’est même pas posée.

 

J'ai collé une photo au centre de la palissade, dont j'ai prolongé les éléments pour réaliser la fresque."

« J’ai collé une photo au centre de la palissade, dont j’ai prolongé les éléments pour réaliser la fresque. »

Avant d’intervenir directement sur la palissade, quelles ont été les étapes préalables ?

Je n’étais pas venu au Musée de La Poste depuis quelques années, depuis l’exposition de 2012 sur le street art. Le bâtiment étant totalement en chantier, évidemment, je n’ai rien reconnu. Il y avait cependant encore les escaliers, j’ai pu aller partout, faire toutes les photos que je désirais.

Et puis j’ai trouvé un espace au premier étage qui m’a particulièrement intéressé. Il y avait tout ce que je recherche, des tôles qui pendent, des systèmes de ventilations ouverts, des portes cassées, des gravats… C’était une salle en longueur, ça collait avec la palissade, avec les perspectives que je voulais projeter.

J’ai pris beaucoup de photos de cette salle, que j’ai retravaillées sur ordinateur, passées en noir et blanc. J’aime utiliser des tons marqués, alors j’ai accentué les contrastes, des poutres, des tuyaux. J’en ai retenu une que j’ai imprimée en grand format, 3 mètres de haut et 6 de large. C’est cette photo, collée au centre de la palissade, dont j’ai prolongé les éléments pour réaliser la fresque.

 

IMG_4694Vous avez ensuite travaillé durant trois jours sur la palissade…

J’ai juste auparavant fait une esquisse, une simulation sur ordinateur pour voir si tout était au bon format. Quand je suis arrivé sur place, j’ai été un peu surpris, le passage entre la palissade et la barrière séparant de la chaussée était très étroit. Cela me laissait un espace pour peindre assez réduit.

Je devais aussi faire attention aux piétons, tout ça était un peu compliqué pour rester concentré. Mais j’ai pu mener à bien le projet, créer la profondeur et les perspectives que j’avais envisagées.

 

La proximité aidant, vous avez eu beaucoup d’échanges avec les passants ?

Un peu tout le temps, oui. Les gens parlaient entre eux en regardant la fresque, s’adressaient à moi, réagissaient plus ou moins favorablement selon leur sensibilité, leurs goûts. La plupart du temps, les réactions étaient positives. Les gens appréciaient l’idée, le principe, trouvaient ça dynamique.

Parfois, il y avait aussi une sorte d’incompréhension. Un monsieur approchant de la retraite estimait ainsi que peindre des friches, ça ne sert à rien, que c’est la beauté qui doit être montrée. Ca m’a un peu fait rire. Le regard sur ce que je fais ne me pose jamais de problème, confronter son travail avec les gens qui passent, c’est très bien, ça fait partie du jeu.

 

Et le fait que cette œuvre disparaîtra dans trois mois, recouverte par une autre ?

Ces œuvres, elles ont souvent vocation à disparaître. Beaucoup de choses que j’ai faites sont parties, recouvertes, détruites, enlevées… Ca ne me dérange pas. Qu’une réalisation se substitue à la précédente, le principe de ce projet initié par le Musée de La Poste, c’est une très bonne idée.

Propos recueillis par Rodolphe Pays

 

logo_Wallworks_Galerie_GrisKatre expose à la galerie Wallworks jusqu’au 28 mai (4 rue Martel, Paris 10ème).

Il sera prochainement à La Réunion à l’occasion de la 2ème édition de « Ville-Musée », un festival d’art urbain.

 

 

 

 

 

 


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 184 autres abonnés

Nos sujets

Rodolphe Pays

Les archives

Des chiffres

  • 346 520 visites