Archive pour décembre 2012

Très belle année 2013

Toute l’équipe de l’Adresse Musée de La Poste souhaite une très belle année aux fidèles du musée, aux futurs visiteurs… et bien sûr à tous les autres aussi. Une année heureuse, joyeuse et riche en découvertes…RF CarnetPeinturesCubismeCouv Avec de belles expos (le musée en prépare quelques-unes sur lesquelles le blog reviendra très bientôt), des films, des pièces de théâtre, des livres, des rencontres… La vie, quoi…

Et si vous voulez vous aussi envoyer vos voeux aux gens que vous appréciez, il existe des timbres qui accompagnent ces attentions. On les trouve partout. Au musée de La Poste aussi…

Très belle année 2013 !

Publicités

Panorarama philatélique du musée de La Poste : la France en images

Salle 11 PanoramaPrès de 5000 timbres ont été émis en France depuis un siècle et demi. Regroupés dans le panorama philatélique du musée de La Poste, ils forment une immense bande dessinée qui raconte l’évolution du pays, les politiques menées, les techniques, l’art…

A première vue, on pourrait penser qu’il s’agit là du seul contenu de dizaines et de dizaines d’albums de timbres. Des ouvrages dont toutes les planches auraient été détachées et apposées aux murs de cette vaste salle. Spectaculaire sans doute, par le nombre de petites vignettes exposées, mais sans plus d’intérêt pour les non-initiés. On aurait ainsi juste plaisir à y retrouver au hasard de furtifs coups d’oeil quelques-uns des timbres vaguement collectionnés enfant, à se rappeler France 98 en tombant sur le timbre rond émis à l’occasion de la victoire des « bleus »… On se tromperait lourdement. Ce n’est pas une simple juxtaposition, une liste exhaustive illustrée, qui est proposée ici : c’est à un véritable cours universel auquel invite le panorama des timbres français du musée de La Poste. Un cours pour petits et grands.

En près de 5000 timbres – la totalité des émissions philatéliques françaises -, ce sont en effet toutes les matières et toutes les disciplines qui sont abordées : histoire, géographie, politique, art, science, technique… « Si cette grande fresque raconte plus de 150 ans d’histoire de France, affirme Pascal Roman, le conseiller historique du musée de La Poste, elle est aussi le reflet de l’évolution de la société française durant toute cette période. » Une évolution que traduit notamment le « traitement » fluctuant auquel a été soumis la Marianne, le timbre d’usage courant symbolique de la République (sous quelque forme qu’elle apparaisse, Cérès, Semeuse, Sabine… ).

Portée au pinacle à l’apparition du timbre – en 1849, dans la fièvre de la République à nouveau triomphante – sous les traits de la fameuse Cérès, elle déchantera vite, mise à l’écart par Napoléon III à son propre profit. La troisième république« restaurera » la Marianne, qui sera plus tard destituée par l’Etat Français, puis ensuite réhabilitée… via la Cérès. Comme une renaissance… « La programmation philatélique n’est pas anodine, poursuit Pascal Roman, ainsi sous Vichy, la série de timbres sur les provinces ne doit rien au hasard, ce choix tient à l’intention de se démarquer des départements, issus de la révolution française… »

L’apparition des timbres à suppléments pendant la première guerre mondiale – au bénéfice de la Croix-Rouge – indique aussi le levier économique et social que représente la philatélie. Tout comme bien des années plus tard, la création en 1961 de la série artistique – à l’initiative d’André Malraux, alors ministre de la culture -, marque la volonté d’une ouverture culturelle dans une période économiquement favorable mais également très troublée. « La construction européenne, avec les premiers timbres Europa dès 1957, les avancées scientifiques et technologiques, avec les timbres consacrés aux grands chercheurs ou aux réalisations les plus contemporaines, montrent la qualité de marqueurs et de repères de leur époque d’un grand nombre des timbres émis, conclut Pascal Roman, le carnet Portraits de femmes dans la peinture, ou encore le timbre commémorant le centenaire de la loi Bonnevay, le père des HLM, tous deux sortis l’an dernier, confirment aujourd’hui encore le rôle que joue le timbre depuis sa création. » (RP)

Le panorama des timbres-poste français, salle 11, l’Adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15ème.

Le musée de La Poste vient d’accueillir son 120 000 ème visiteur

vernissage2A quatre jours de la Saint Sylvestre, le musée de La Poste a acueilli aujourd’hui son 120 000 ème visiteur de l’année. Un record auquel les expositions Gleizes-Metzinger au printemps et Au-delà du Street art depuis la fin novembre ont largement contribué.

Après les 112 000 visiteurs de 2011- ce qui constituait déjà un record – le musée de La poste a vu sa fréquentation augmenter en 2012. Pour atteindre aujourd’hui (précisément à 17 h 18) les 120 000 visiteurs. Et au vu de l’engouement suscité par l’exposition Au-delà du Street art, qui accueille régulièrement plus de 1000 personnes au quotidien depuis son ouverture le 28 novembre, le chiffre définitif pour 2012 devrait tourner autour de 125 000.

Si la fréquentation de l’ensemble des musées est globalement partout en hausse (les périodes difficiles sont « favorables » aux institutions culturelles), les choix de programmation des expositions jouent aussi un rôle important. En plus de ses collections, dynamisées par la présence des oeuvres décalées des humoristes suisses Plonk & Replonk, les accrochages du musée consacrés aux peintres cubistes Gleizes et Metzinger au printemps dernier et aux street artistes depuis la fin novembre ont reçu l’approbation du public. Et le musée compte bien proposer dans les mois qui viennent de quoi continuer de le satisfaire. (RP)

L’adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. : 01 42 79 24 24.

La nouvelle édition de Del. & Sculp., la revue de l’association Art du Timbre Gravé, est sortie

Le troisième numéro de Del. & Sculp. est disponible depuis quelques jours. Cette revue semestrielle, éditée par l’association Art du Timbre Gravé, traite de l’actualité et des thèmes concernant l’art du dessin et de la gravure du timbre-poste. Aperçu du sommaire.

Le nouveau Del. & Sculp. est sorti. Et c’est d’abord la vocation de l’associationdelscul2 Art du Timbre Gravé que le dessinateur et graveur Pierre Albuisson, le directeur de la publication, évoque dans son éditorial titré « Le timbre-poste gravé est un capital culturel d’avenir ». Afin de pouvoir mener à bien tous les projets qui sont dans les cartons de l’association, il appelle également les adhérents – ils sont plus de 1100, dont une centaine d’artistes créateurs de timbres – à parrainer de nouveaux membres (l’Adresse Musée de La Poste, qui accueillait en mai dernier son assemblée générale, est membre de l’association).

Plusieurs articles très documentés composent le sommaire de Del. & Sculp. Celui de Monika Nowacka retrace en particulier la longue histoire des créateurs de timbres (dessinateurs et graveurs) et les processus et techniques visant à leur réalisation. L’illustrateur et graphiste Pierre-André Cousin (auteur notamment de timbres sur le phare d’Ouistreham en 2004 et Berlin en 2005) raconte lui avec beaucoup d’humour sa séance de signatures au salon philatélique d’automne en novembre dernier. Et aussi un portrait du peintre, sculpteur… et créateur de timbres-poste Cyril de La Patellière, un compte-rendu du 12ème salon de la gravure de Morhange (Moselle) qui s’est tenu en septembre, l’agenda de l’association… (RP)

« Del. & Sculp. », journal de l’Art du Timbre Gravé, semestriel, n°3, décembre 2012-mars 2013. Tous droits réservés. Pour en savoir plus sur l’association : http://www.artdutimbregrave.com/

Fermé lundi 24 décembre, le musée de La Poste réouvrira ses portes mercredi 26

hm_f1gUne fois n’est pas coutume, le musée de La Poste s’accorde une pause exceptionnelle demain lundi 24 décembre.

Les visiteurs qui envisageaient de s’y rendre à cette date pour y voir ses collections permanentes ou l’exposition consacrée au street art doivent remettre leur venue de deux jours. Le musée réouvrira en effet normalement ses portes dès mercredi matin. Et accueillera en revanche le public le jour de la saint Sylvestre, lundi 31 décembre. Et en début de soirée jeudi 3 janvier jusqu’à 20 h au lieu de 18 h habituellement. Joyeux Noël… et bonne visite au musée dès mercredi prochain. (RP)

L’Adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15ème. Ouvert du lundi au samedi de 10 h à 18 h (fermé dimanche et jours fériés), nocturne jusqu’à 20 h chaque premier jeudi du mois. Fermeture exceptionnelle lundi 24 décembre. 

Expo « Au-delà du Street art » : des murs… et des livres

bouquins3En lien avec l’exposition de l’Adresse Musée de La Poste consacrée à ce mouvement, la boutique du musée propose de très nombreux ouvrages autour du street art. Autant d’idées de cadeaux pour les fêtes.

Le street art est désormais une pratique artistique planétaire. Dans le sillage de ceux qui ont lancé et propagé le mouvement autour des années 1960 et 1970 – en France Ernest Pignon-Ernest, Gérard Zlotykamien, Jef Aérosol… -, de très nombreux talents sont en effet apparus. Partout aujourd’hui, des formes nouvelles se dessinent, des techniques émergentes s’ajoutent à celles devenues au fil des ans traditionnelles. L’exposition Au-delà du Street art, que propose actuellement l’Adresse Musée de La Poste, donne une idée de l’état des lieux de ce street art contemporain. Aussi riche et intéressante soit-elle – la fréquentation du musée depuis son ouverture fin novembre en atteste -, elle ne peut cependant prétendre à elle seule montrer toute la diversité et l’étendue de cet art foisonnant. C’est pourquoi la boutique du musée met à la disposition des visiteurs une très large sélection d’ouvrages autour du street art et des artistes qui s’en réclament. Néophytes ou avertis, tous devraient y trouver leur bonheur.

A travers par exemple les monographies que propose Critères Editions dans sa collection Opus Délits. Accompagnés de textes de spécialistes tels que Samantha Longhi ou Patrick Le Fur, ces livres petit format permettent une approche du travail d’un grand nombre de street artistes. Certains exposés au musée de La Poste, comme Ludo ou Rero. D’autres non, comme Mosko et associés, Jérôme Mesnager, Epsylon… Les « encyclopédistes » pourront également satisfaire leur soif d’exhaustivité. Avec par exemple Street art, portraits d’artistes, publié chez Graffito, livre qui évoque une cinquantaine de créateurs parmi lesquels Banksy, Blek le rat, C215, Eine, Shepard Fairey… Ou encore 100 artistes de street art, un superbe ouvrage proposé par les éditions de La Martinière, où l’on retrouve des textes argumentés et de très belles photos d’oeuvres de L’Atlas, Ellis, Saber, Reach…

Pour ceux qui veulent en savoir plus sur les techniques employées par les street artistes, L’histoire du pochoir de Samantha Longhi et Benoît Maître (lui-même pochoiriste), aux éditions Alternatives, apportera tous les éclairages souhaités. Et beaucoup d’ouvrages édités par les artistes eux-mêmes – Banksy (ses carnets), Shepard Fairey, Vhils, Invader (son guide d’invasion)… – sont aussi disponibles. Deux « pépites » à signaler également : un petit livre de citations de Miss.Tic et le hors série du magazine Artension. Et bien d’autres à découvrir sur place. Bons achats pour les fêtes. (RP)

La boutique de l’Adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15ème (01 42 79 23 27).

Exposition Au-delà du Street art, jusqu’au 30 mars 2013. 

Vacances de Noël : les animations du musée de La Poste autour de l’expo « Au-delà du Street art »

L’exposition Au-delà du Street art bat son plein… parfois même au sens propre le samedi en milieu d’après-midi. Pendant les vacances de Noël, deux animations sont proposées aux visiteurs dans le cadre de cet accrochage. 

Ce n’est pas la fin du monde demain, c’est le débaudeladuut des vacances scolaires. Et c’est par exemple l’occasion de venir au musée de La Poste. Pour visiter ses collections permanentes ou son exposition consacrée au street art. Dans le cadre de cet accrochage, le musée propose en particulier deux animations. D’abord une visite guidée. Les participants revisiteront ainsi l’histoire du street art à travers le parcours et les œuvres des onze artistes exposés. Et un atelier. Intitulé Les p’tits grapheurs, celui-ci permet aux enfants de découvrir les artistes et les techniques du street art… et de réaliser une œuvre collective. (RP)

. Visite guidée, vendredi 28 décembre et mardi 2 janvier, à 15 h. Public : parents et enfants. Tarif : 6,5 € (billet d’entrée inclus). Atelier « Les p’tits grapheurs », mercredi 26 décembre et vendredi 4 janvier, à 15 h. Public : parents et enfants. Tarif : 6,50 euros (donne accès à l’expo).

Renseignements et réservations au 01 42 79 24 24.


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 148 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 285,163 visites