Archive pour mai 2014

« L’art fait ventre » : J-7 pour l’expo, la LISA, le timbre à date…

affiche40x60l'artfaitventre_Mise en page 1ventre2L’art fait ventre, la nouvelle exposition du Musée de La Poste – toujours en résidence au Musée du Montparnasse – ouvre ses portes mardi 3 juin. Une vignette LISA et un timbre à date aux couleurs de l’accrochage seront à la disposition des visiteurs et des philatélistes ce même jour à la boutique du musée.

J-7 pour la nouvelle exposition du Musée de La Poste. C’est mardi prochain en effet que L’art fait ventre, le second accrochage du musée accueilli en résidence au Chemin du Montparnasse, accueillera ses premiers visiteurs. Commissaire d’exposition, scénographe et équipe de montage s’activent pour que les œuvres présentées – photos, tableaux, installations… – soient en place à temps. Et les préparatifs vont également bon train concernant les performances – culinaires, musicales et chorégraphiques – qui ponctueront l’exposition.

 

lisart

Les philatélistes – pas moins consommateurs que les autres – sont invités au festin. Et on les sait friands. J-7 pour eux-aussi. Une table leur sera ouverte à la boutique du Musée (située à 20 pas du Musée du Montparnasse) dès l’ouverture de l’exposition. Au menu : une vignette LISA – un modèle exclusif – qui reprend le visuel de l’affiche. « Nous avons prévu d’en mettre 20 000 à leur disposition », indique Bruno Pattou, le directeur commercial du musée. Et en guise de dessert, un timbre à date sera également proposé. De quoi finir de les rassasier… (RP)

« L’art fait ventre », du 3 juin au 20 septembre, une exposition du Musée de La Poste accueillie en résidence au Musée du Montparnasse, 21 avenue du Maine, Paris 15ème. Ouvert tous les jours (sauf le dimanche) de 13 h à 18 h. Entrée libre.

La boutique du Musée de La Poste, 21 avenue du Maine, Paris 15ème. Ouverte tous les jours de 10 h à 18 h (sauf les samedi, dimanche et jours fériés). Tél. : 01 53 71 98 49. A noter : le catalogue de « L’art fait ventre » est en vente – 20 € – à la boutique.

 

 

Roland Garros : un aviateur, un timbre, des joueurs, un postier…

Roland_Garros_2013C’est reparti, la « quinzaine » démarre ce week-end. Les petites balles jaunes vont à nouveau rebondir sur la terre battue de Roland Garros. Un timbre a rendu hommage l’automne dernier à celui qui a donné son nom à cette enceinte désormais mythique. Sportif accompli, il pratiquait le vélo, le foot, le rugby – et un peu le tennis -, Roland Garros est le premier à avoir traversé la Méditerranée en avion.

rolandphoto

Il y a quelques mois, La Poste émettait un timbre commémorant le centième anniversaire de la première traversée aérienne de la Méditerranée. Un exploit accompli aux commandes d’un avion Morane par Roland Garros, un jeune pilote originaire de l’île de La Réunion. Avant de se lancer dans l’aviation, ce passionné de mécanique (et diplômé d’HEC) s’était d’abord tourné vers l’automobile, en ouvrant notamment une boutique près de l’Etoile à l’enseigne « Roland-Garros Automobiles-Voiturettes de sport ».

Les bénéfices de ce commerce lui permettront alors d’acheter son premier avion, une « Demoiselle Santos-Dumont ». L’aventure aérienne de Roland Garros pouvait commencer. Elle allait l’entraîner partout dans le monde pour des démonstrations, des compétitions, toutes sortes de performances. Ainsi, en Argentine, le pilote laissera dans la mémoire populaire un nom aussi respecté que plus tard celui de Mermoz.

Et le 23 septembre 1913, au départ de Fréjus, il rallie Bizerte, en Tunisie. 800 km en 8 heures, avec à bord 200 litres d’essence et 60 litres d’huile de ricin. La Méditerranée est « vaincue ». Quelques mois plus tard, la guerre éclate. Engagé le 2 août 1914, il participe à de nombreuses missions militaires. Contraint de se poser en raison d’une panne, il sera fait prisonnier le 13 avril 1915 et ne parviendra à s’échapper que trois ans plus tard. Il reprendra du service. La veille de ses trente ans, le 5 octobre 1918, son avion explose en l’air lors d’un combat au dessus de Vouziers dans les Ardennes.

Plus que pour sa traversée de la Méditerranée, Roland Garros doit sa notoriété au stade de tennis qui porte son nom. C’est son ancien condisciple et ami d’HEC, Emile Lesieur, ex-rugbyman devenu président du Stade Français, qui exigea que ce stade construit pour accueillir la coupe Davis organisée en France en 1928 rende hommage au pilote disparu (« Je ne sortirai pas un sou de mes caisses si on ne donne pas à ce stade le nom de mon ami Garros »).

Au-delà du timbre émis il y a quelques mois, La Poste est également présente aux Internationaux de tennis de Roland-Garros. Notamment via un de ses collaborateurs. Et bien que le tennis ne figure parmi les disciplines sportives auxquelles l’entreprise apporte son soutien à travers l’arbitrage, c’est cependant d’arbitrage dont il s’agit.

ykuszakDirecteur de projet à l’Agence Nationale de Communication Interne de La Poste dans le Nord-Pas-de-Calais, Yan Kuszak est intégré au staff arbitrage du tournoi depuis une vingtaine d’années. Juge-arbitre adjoint des Internationaux depuis 2011, il s’occupe notamment du tirage au sort des tableaux, de la programmation et du lancement des matches (plus de 800 au total sur toute la durée des compétitions). Une belle performance aussi… (Rodolphe Pays)

 

 

 

 

 

 

Pour la nouvelle expo du Musée de La Poste, les visiteurs vont se mettre à table

artventre1« L’art fait ventre », la nouvelle exposition du Musée de La Poste est en cours de montage. Un accrochage et des performances à consommer sans modération à partir du 3 juin.

C’est à une exposition bien nourrie que s’apprête à convier le Musée de La Poste. Pour son deuxième accrochage en résidence au Musée du Montparnasse, il propose en effet de s’intéresser à la nourriture et à la façon dont les artistes s’en emparent. Peintures, installations et vidéos seront au menu. Ainsi qu’une série de performances culinaires et artistiques – banquet-spectacle, banquet-comédie, cantine d’artistes… – plus alléchantes les unes que les autres (dont certaines se dérouleront à l’Espace Pierre Cardin).

artventre2

En prévision de ces agapes spirituelles et gastronomiques, les équipes du musée mettent les bouchées doubles afin que l’exposition arrive à point. Il y a encore un peu de pain sur la planche. Alors la commissaire fait monter la sauce, le scénographe met son grain de sel, les équipes de montages sont à couteaux tirés, la sécurité est sur les dents… Encore quelques jours à poireauter pour les visiteurs. Et ce sera bon… (RP)

« L’art fait ventre », du 3 juin au 20 septembre, une exposition du Musée de La Poste accueillie en résidence au Musée du Montparnasse, 21 avenue du Maine, Paris 15ème. Ouvert tous les jours (sauf le dimanche) de 13 h à 18 h. Entrée libre.

Avis aux philatélistes : la Fête de l’estampe, c’est lundi…

estampe1estape2  

La seconde édition de la Fête de l’estampe se tiendra dans quelques jours. Un événement que les philatélistes – le timbre gravé est un bijou de petite estampe – ne sauraient manquer…

Lancée en 2013, la Fête de l’estampe avait alors réuni plus de 10 00 visiteurs autour de 200 événements organisés partout en France. Un joli succès qui en appelle un autre : la seconde édition de la manifestation se déroulera lundi 26 mai. Une date qui ne doit rien au hasard. Elle rappelle en effet celle du 26 mai 1660, jour de la signature de l’Edit de Saint-Jean-de-Luz, qui accorde aux graveurs le droit d’exercer leur art librement (« Sa Majesté maintient et garde l’art de la gravure en tailles-douces, au burin et à l’eau-forte, et autres manières, et ceux qui en font profession, tant régnicoles qu’étrangers, en la liberté qu’ils ont toujours eue de l’exercer dans le royaume »). Une liberté cependant toute relative au regard du contexte de l’époque…

Destinée d’abord à mettre en lumière l’estampe comme moyen d’expression contemporain, cette fête sera à nouveau relayée par de nombreux acteurs dans toutes les régions : artistes (dont des graveurs de timbres), imprimeurs, responsables de centres culturels, d’associations (notamment de philatélistes), de musées, d’écoles… Ateliers d’initiation, démonstrations d’impression, expositions et performances sont au programme de cette journée qui promet à nouveau d’être réussie. (RP)

Pour en savoir plus sur les animations liées à la Fête de l’estampe : http://www.fetedelestampe.fr/page/manifestampe

L’association « Art du Timbre Gravé » (soutenue par le Musée de La Poste) participe également à la Fête de l’estampe. Pour plus d’infos sur l’association : http://www.artdutimbregrave.com/pages/association.html    

Cent ans après son assassinat, une expo philatélique du Musée de La Poste rend hommage à Jean Jaurès


jaures1
Les commémorations liées au centenaire de l’assassinat de Jean Jaurès se préparent. Un timbre lui rendra notamment hommage le 17 juin. Et le Musée de La Poste a créé une exposition évoquant la vie et les engagements du tribun socialiste à travers la philatélie.

Il y a 110 ans, le 18 avril 1904, sortait le premier numéro d’un nouveau journal (« Journal socialiste quotidien »), L’Humanité. Dix ans plus tard, le 31 juillet 1914, son fondateur, Jean Jaurès, s’apprête à y publier un article appelant au pacifisme en Europe. Il n’aura pas le temps de l’écrire. Alors qu’il s’accorde une pause au Café du Croissant, rue Montmartre à Paris, il est assassiné de deux balles de revolver par un nationaliste exalté, Raoul Villain. Trois jours après, l’Allemagne déclare la guerre à La France. C’est le début de la Première Guerre Mondiale.

A l’occasion du centième anniversaire de la mort de Jean Jaurès, de nombreuses manifestations sont programmées un peu partout en France. A Albi notamment, dans le Tarn, où Jaurès avait été élève puis professeur, et où il avait prononcé en 1903 un discours à la jeunesse resté célèbre. Une opération « Premier jour » y sera ainsi organisée le 17 juin à l’occasion de l’émission d’un des deux timbres consacrés cette année au tribun socialiste.

Dans le cadre de cet événement, le Musée de La Poste a été sollicité pour créer une exposition retraçant la vie de Jaurès à travers la philatélie. Celle-ci sera proposée – aux côtés d’une présentation racontant l’histoire de La Poste – jusqu’au 27 juin dans le hall du Conseil général du Tarn.

« Via 24 timbres, l’homme qu’était Jaurès ainsi que ses engagements sont rappelés, explique Catherine Chauvière, chef de projet au musée qui a conçu l’exposition, les étapes les plus marquantes de son parcours et de ceux qui l’ont accompagné y figurent. » On y retrouve Jules Ferry, Georges Clémenceau, Léon Blum… Et aussi des lieux, Castres, Albi, Carmaux, le lycée Louis-le-Grand… Cette exposition sera également présentée à l’Assemblée Nationale lors d’une journée hommage à Jaurès le 21 juin. (RP)

Pour en savoir plus sur la disponibilité de l’exposition « Jaurès » du Musée de la Poste, contacter Catherine Chauvière à l’adresse catherine.chauviere@laposte.fr.                


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 178 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 327 568 visites