Archive pour juin 2019

Le Musée de La Poste présent à un colloque international d’histoire postale organisé en Italie

Près de 40 chercheurs et historiens représentant une dizaine de pays – Allemagne, Brésil, Canada, Danemark, Espagne, Etats-Unis, France, Grèce, Italie et Suisse – étaient présents au colloque international d’histoire postale qui s’est tenu à Prato, en Italie, du 13 au 15 juin.

Intitulé Perspectives multidisciplinaire et diachronique, un colloque international d’histoire postale vient de se tenir en Italie.

Un événement organisé par l’Institut d’études historiques postales de la ville de Prato que dirige Bruno Crevato Selvaggi, éditeur et historien également vice-président de la fédération des sociétés philatéliques italiennes…

Près de 40 chercheurs et historiens représentant une dizaine de pays – Allemagne, Brésil, Canada, Danemark, Espagne, Etats-Unis, France, Grèce, Italie et Suisse – étaient présents au colloque international d’histoire postale qui s’est tenu à Prato, en Italie, du 13 au 15 juin.

Echanges, conférences et tables rondes se sont déroulés tout au long de ces trois journées.

Tourelle extérieure de la cathédrale de Prato. C’est dans cette ville italienne située à une vingtaine de km au nord de Florence que Francesco di Marco Datini a inventé la lettre de change. La cité a notamment vu naitre le journaliste et diplomate Curzio Malaparte et le footballeur Paolo Rossi.

Le Comité pour l’Histoire de La Poste française (CHP) était représenté par Sébastien Richez, qui a fait une communication concernant les recherches menées sur l’histoire postale française depuis 1939.

Des recherches qui font suite au travail initié par Eugène Vaillé (1875-1959), bibliothécaire du ministère des PTT et fondateur du Musée de La Poste ouvert en 1946 à Paris.

Le Musée de La Poste était lui représenté par Christine Suc-Rouxel, directrice adjointe, qui prépare actuellement un colloque sur l’avenir des musées postaux européens (manifestation qui devrait se dérouler à Paris du 11 au 13 mai 2020).

Les autres communications ont porté aussi bien sur l’origine du premier relais de poste d’Etat implanté dans le duché de Milan au XIVème siècle, sur les messagers des Nations dans l’Université de Paris au Moyen Age, l’architecture postale italienne entre futurisme et rationalisme que sur la libéralisation et la concurrence sur le marché postal scandinave au début du XXIème siècle …

Un prochain colloque est prévu pour 2021 à la même époque de l’année. Toujours à Prato.

Christine Suc-Rouxel /Rodolphe Pays

 

 

Publicités

Bientôt le nouveau Musée de La Poste : la preuve par l’image

Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours, disait Napoléon, qui pourtant aimait les mots, le plus souvent dictés, sa pensée distançant systématiquement sa plume.

Quelques bonnes photos procurent aussi la même satisfaction, font œuvre d’imparables démonstrations.

Le chantier de rénovation du Musée de La Poste approche de son terme. La preuve par l’image…

Rodolphe Pays

(photos Thierry Debonnaire)

Extraits de leurs réserves, les pièces, objets et œuvres qui seront exposés dans les salles de collection arrivent au musée…

Les plus volumineux d’entre eux sont déchargés par des engins de levage…

 

 

… puis hissés le long de la façade extérieure via une nacelle automotrice…

… et enfin introduits dans le bâtiment avant d’être mis en place.

 

 

 

 

 

La nouvelle bonne idée de Timbres magazine : des hors-séries « Atlas »

Le 5ème hors-série de Timbres magazine ouvre par les lettres A et B une série d’Atlas philatéliques.

La philatélie mène à tout. A condition d’en sortir… toutes ses substances.

Et de substances, c’est vraiment le moins que l’on puisse dire, elle n’en manque pas.

Le nouveau hors-série de la revue Timbres magazine en apporte une fois encore une preuve éclatante.

Alors, pour savoir plus de géographie, d’histoire, d’économie, de politique – iconographie, chiffres et anecdotes à l’appui -, à vos commandes…

Combien de fois, de temps faudra-t-il le répéter, le marteler ? Comment ne pas en être convaincu, que faire pour que plus d’enseignants, de politiques, de parents, d’artistes et autres acteurs sociaux en soient persuadés ?

« Loin de se contenter de lister les pays émetteurs, ce numéro répertorie les timbres de villes, de régions, de bienfaisance, de postes privées mais aussi de fantaisies. C’est à un voyage extraordinaire dans le temps et dans l’espace auquel les lecteurs sont conviés. » Gauthier Toulemonde, rédacteur en chef de Timbres magazine. (photo La Voix du Nord)

Et transmettent alors le message, le flambeau à tous, et en particulier aux jeunes générations : la philatélie est un voyage sans limite, une mine inépuisable de tous les savoirs, le lieu de tant de rencontres. Et de plaisir aussi.

A chaque parution, les lecteurs de la revue Timbres magazine peuvent témoigner de cette richesse trop souvent ignorée. Une profusion éclectique, nourricière, surprenante qui se mesure peut-être davantage encore avec les hors-séries que la revue édite régulièrement.

C’est l’Abkhazie qui ouvre le hors-série, suivent Abou Dhabi, le Territoire français des Afars et des Issas…

Le dernier en date – cinquième du nom – est à cet égard édifiant. Un petit bijou de connaissances les plus diverses.

Il s’agit pas moins d’un atlas qui réunit une foule d’informations, de photos, d’anecdotes, de données…

Une belle lignée s’annonce d’ores et déjà, ce hors-série « se cantonnant » en effet à explorer les lettres A et B.

Mais dès maintenant, il y a de quoi faire, s’amuser, s’instruire… : pas moins de 400 « entrées »…

« Loin de se contenter de lister les pays émetteurs, ce numéro répertorie les timbres de villes, de régions, de bienfaisance, de postes privées mais aussi de fantaisies, indique Gauthier Toulemonde, le rédacteur en chef de la revue, c’est à un voyage extraordinaire dans le temps et dans l’espace auquel les lecteurs sont conviés. »

Pas que des mots pour attirer le chaland. Ce hors-série se démarque (mais sans s’en exonérer) des productions philatéliques officielles pour visiter aussi les plus étonnantes, les plus improbables.

On évoque ainsi à travers leurs émissions des pays non reconnus par l’ONU, des pays disparus ou dont les noms ont changé, des contrées éphémères ou imaginaires.

Et on traite aussi via leurs timbres de gouvernements en exil, de bureaux à l’étranger, de villes, de région ou même de préfectures…

L’Abkhazie ouvre la marche, avec son statut toujours indéterminé, suivent Abou Dhabi, dont on rappelle que cet émirat fut un « protégé » de la Grande-Bretagne, le Territoire français des Afars et des Issas, ex Côte française des Somalis devenue après un référendum en 1977 République de Djibouti…

C’est « Brooklyn » ou presque qui clôt le hors-série, avec ses étonnantes « postes locales » (Bazaar of Brooklyn, timbres de bienfaisance utilisés pour des kermesses, Ledger Dispatch poste éphémère supprimée après quelques mois d’activité, Robinson & Co, une poste dont on ne connaît rien exceptés les huit exemplaires recensés du seul timbre apparemment émis).

Si utiles à la compréhension des relations, des proximités et des tensions actuelles entre les continents, les Afriques coloniales sont décryptées : les Afriques occidentales française et espagnole, les Afriques orientales allemande et italienne. Autant d’informations éclairantes, nécessaires…

Et aussi l’Allemagne occupée, l’Antarctique l’Arménie…

Et puis les « B » : Bahamas, Bahrain (avec sa dynastie des Khalifa, son régime de monarchie constitutionnelle), Bohême, Botswana (pays pauvre jusqu’à ce que l’on y découvre un gisement diamantifère qui va le propulser en tête des exportateurs de pierres précieuses)…

Timbres, histoire(s), événements, anecdotes, repères se succèdent.

Pour finir ou presque par Brooklyn et ses étonnantes « postes locales » (Bazaar of Brooklyn, timbres de bienfaisance utilisés pour des kermesses, Ledger Dispatch, poste éphémère supprimée après quelques mois d’activité, Robinson & Co, une poste dont on ne connaît rien exceptés les huit exemplaires recensés du seul timbre apparemment émis).

Un numéro de Timbres magazine qui s’apparente à un immense voyage exploratoire autour de la planète. C’est vrai que son rédacteur en chef – les chiens ne font pas des chats – est aussi membre de la Société des explorateurs français.

On attend déjà avec impatience que s’égrènent les prochaines lettres de l’alphabet…

Rodolphe Pays

(photos Thierry Debonnaire)

Pour commander le hors-série de Timbres magazine « L’Atlas de A à B » : http://www.timbro.fr/fr/editions-timbropresse/16823-le-dessous-des-timbres-hors-serie-n-4.html

 

 

Réouverture du Musée de La Poste : des responsables du musée évoquent la dernière ligne droite… Volet 2.

Bâtiment quasi terminé, installations très avancées, aménagements en cours… Les préparatifs avant la réouverture du musée vont bon train. (photo Hervé Abbadie)

Bâtiment quasi terminé, installations très avancées, aménagements en cours…   Les préparatifs avant la réouverture du Musée de La Poste vont bon train.

Des responsables du musée font le point, évoquent le lieu, les futures expositions, animations, boutique, communication…

Après les propos de la directrice du patrimoine et des expositions, du secrétaire général et de la responsable du service Politique des publics publiés la semaine dernière, ceux des responsables de la communication et du commercial…

 

Martine Morel, directrice de la communication. (photo Thierry Debonnaire)

Une communication autour de l’identité du Musée de La Poste

« A nouveau musée, nouvelle communication.

Le musée reprend la dénomination Musée de La Poste et affiche une nouvelle identité visuelle élaborée comme une signature.

La charte graphique, entièrement revisitée, fait référence à la trame patrimoniale du bâtiment et au pli.

La nouvelle identité numérique s’articulera autour du nouveau site internet – responsive, accessible, et dynamique – et d’une présence démultipliée sur les réseaux sociaux.

A nouveau musée, nouvelle information aussi. LeMag, qui fête ses 10 ans, cèdera la place à une autre publication, aux format, périodicité, rubriques, contenus, ton éditorial repensés…

Ce magazine sera diffusé au musée, en ligne et par courrier ».

Martine Morel, directrice de la communication

 

Bruno Pattou, responsable commercial. (photo Thierry Debonnaire)

Satisfaire les passionnés comme le grand public

« L’équipe commerciale s’affaire autour du choix des produits et services à proposer aux visiteurs.

Elle s’appuie aussi sur l’expertise d’une agence de design pour concevoir l’ambiance et le mobilier de la nouvelle boutique.

Des éléments mobiles de présentation s’adapteront ainsi à la diversité de l’offre, à une programmation événementielle, à l’actualité du musée.

L’ambiance sera attractive et valorisera l’image de La Poste, en capitalisant sur l’ancrage historique et en stimulant la création.

Pour satisfaire les passionnés comme le grand public, notre offre s’articulera autour de cinq univers : la philatélie, la librairie, l’écriture, les produits « iconiques » (modèles réduits de boîtes aux lettres, de véhicules postaux… ) et les expositions temporaires. »

Bruno Pattou, responsable commercial

 

Propos recueillis par Rodolphe Pays

 

Pour en savoir plus sur la rénovation du musée : http://www.ladressemuseedelaposte.fr/La-renovation

 

 

 

 

 

 

LeMag-Musée de La Poste : le point sur les travaux et les 36 Unes publiées depuis 10 ans

Le trente-sixième et dernier LeMag est paru. C’est une nouvelle publication qui prendra le relais à la réouverture du musée.

Au sommaire, le point sur la phase finale de la rénovation et des aménagements en cours.

Et toute l’actualité du musée depuis 10 ans vue à travers les Unes publiées depuis le 1er numéro.  

Semaine après semaine, l’ouverture du Musée de La Poste se rapproche. Le bâtiment désormais achevé, place aujourd’hui aux finitions, aménagements, installations de mobilier…

Et, dans leur sillage, à la mise en place dans les trois nouveaux plateaux voués aux collections de toutes les œuvres, pièces et documents qui seront bientôt présentés aux visiteurs.

Ce numéro de LeMag apporte des précisions sur la phase finale de la rénovation en donnant la parole à quelques responsables du musée en charge du patrimoine, de l’organisation, des animations, du commercial, de la communication.

Le supplément « travaux » encarté dans le magazine fait également le point sur l’avancée du chantier : déroulement des opérations en cours, tests « sécurité », calendrier…

Et à nouveau musée, nouvelle information : LeMag cédera la place dans les mois qui viennent à une autre publication. Changements de périodicité, de format, de rubriques, de ton…

En attendant, pour cette dernière édition – qui marque les 10 ans de son existence – LeMag revisite l’actualité du musée de la décennie écoulée.

En images : à travers la reprise des 36 Unes publiées depuis 2009, c’est l’essentiel des actions, événements et projets initiés par le musée qui est évoqué.

Une rétrospective qui en dit long… avant que l’histoire se poursuive très prochainement.

Rodolphe Pays

LeMag-Musée de La Poste est diffusé par abonnement.

Il est également disponible à la boutique du Musée de La Poste (21 avenue du Maine, Paris 15ème).

La revue est aussi téléchargeable sur le site internet du musée : http://www.ladressemuseedelaposte.fr/Focus.

Réouverture : des responsables du Musée de La Poste évoquent la dernière ligne droite

Bâtiment quasi terminé, installations très avancées, aménagements en cours… Les préparatifs avant la réouverture du musée vont bon train. (photo Hervé Abbadie)

Bâtiment quasi terminé, installations très avancées, aménagements en cours… Les préparatifs avant la réouverture du musée vont bon train.

Des responsables du musée font le point, évoquent le lieu, les futures expositions, animations, boutique, communication… Volet 1.

Almost finished building, very advanced facilities, developments in progressPreparations before the reopening of the museum are going well.

Museum managers take stock, evoke the place, future exhibitions, animations, shop, communication…

Agnès Mirambet-Paris, directrice du patrimoine et des expositions. (photo Thierry Debonnaire)

Accrochage, tests, pilotage…

« Des centaines de pièces ont été nettoyées, restaurées ou encadrées, on prépare leur accrochage ou leur soclage sur les trois plateaux d’exposition permanente du Musée.

Les semaines qui viennent seront également consacrées à la pose de la signalétique.

Des préparatifs qui valent aussi pour l’exposition temporaire de réouverture, qui proposera une sélection de pièces acquises ces dernières années.

Dans le même temps, il va falloir procéder au délicat exercice de la suspension d’œuvres dans le totem, le puits de lumière situé au cœur du musée, tester tous les nouveaux dispositifs multimédias…

Et piloter l’aménagement des nouvelles réserves. »

Agnès Mirambet-Paris, directrice du patrimoine et des expositions

 

Yannick Noël, secrétaire général (photo Thierry Debonnaire)

Vers l’ouverture, la luminosité

« Après avoir épuisé les joies de la réglementation IGH (Immeuble de Grande Hauteur), réglementation créée à l’origine pour la construction de notre voisine la Tour Montparnasse, voilà enfin le Musée qui dévoile sa nouvelle coque d’ERP (Etablissement Recevant du Public).

Les pompiers nous en sauront gré, l’ancien musée, édifié en1973, était un condensé de tout ce qu’il fallait éviter de faire en termes de sécurité.

Le nouveau bâtiment est une synthèse de l’ancien – béton, cloisons, angles… – et du moderne – perspective, lumière, totem/puits de lumière…

L’ancien a résisté avec sa façade, ses murs, et le nouveau s’est frayé un chemin vers l’ouverture, la luminosité. »

Yannick Noël, secrétaire général

 

Hakima Benabderrahmane, responsable du service Politique des publics. (photo Thierry Debonnaire)

De belles surprises

« Après cinq années d’animations et ateliers hors les murs, le service Politique des publics est à nouveau prêt à accueillir ses visiteurs.

L’enjeu est de taille : les faire revenir au Musée de La Poste après qu’ils aient eu l’opportunité de le découvrir sans se déplacer !

C’est pourquoi nous leur réservons de belles surprises.

Avec un nouveau programme d’actions pédagogiques et culturelles qui répond aux besoins et à la diversité de nos publics : scolaires, adultes, jeunes, « champ social », personnes en situation de handicap…

Enfin, nous espérons – c’était le premier objectif de ces travaux de rénovation – devenir une référence de musée accessible à tous et obtenir ainsi le label Accessibilité dès la réouverture. »

Hakima Benabderrahmane, responsable du service Politique des publics

Propos recueillis par Rodolphe Pays

Volet 2 à suivre…

 


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 165 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 315 954 visites
Publicités