Musée de La Poste : en timbres et en photos, les visages de la République et de la France


Deux bonnes raisons de faire un saut au musée de La Poste cet été : l’expo sur les timbres Marianne, leurs géniteurs, leurs auteurs, leurs significations, les œuvres qui les illustrent… ; et un projet initié par Yan Arthus-Bertrand, 1500 photos de clients, plus joyeuses et complices les unes que les autres, prises partout en France par leurs facteurs.

L’exposition « Marianne, les visages de la République » est présentée au coeur des collections du musée de La Poste.

Les actualités parfois, souvent, se percutent. Avec bonheur ou non… C’est alors que le musée de La Poste consacre une jolie exposition aux timbres « Marianne » que l’annonce de l’abandon de la Marianne rouge, rapide en acheminement, est tombée. Exit donc le 1er janvier prochain « L’engagée » (c’est le nom, apparaissant un peu paradoxal aujourd’hui, qu’on lui a donné) choisie en 2018 par le Président de la République…

Restera la « verte », plus lente mais plus vertueuse dit-on, pour aiguiller – ce sera désormais en trois jours – les courriers qui résistent encore au numérique. Rouge ou vert, ces timbres et les œuvres dont ils sont issus figurent au sein de l’accrochage que le musée propose tout l’été afin d’honorer ces « Marianne » qui se sont succédé à travers le temps. Et tout spécialement celles apparues tour à tour depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

« Si la Marianne en tant que symbole de la République et de la liberté est née en 1792, figurant ainsi sur les sceaux et les monnaies de l’époque, elle n’a plus été prépondérante, en particulier dans ses représentations philatéliques, aux XIXème et début du XXème siècles, explique Monika Nowaka, la co-commissaire de l’exposition, ce n’est qu’à partir de 1944 qu’elle a de nouveau eu droit de cité, repris toute sa place, et c’est pourquoi nous avons choisi de raconter depuis lors son histoire, ses évolutions, les intentions qu’on lui prête, qu’elle exprime… »

Et ces petites vignettes, ces timbres d’usage courant comme on les nomme communément, ces « messagers » officiels, sont loin d’être anodines, anecdotiques. Loin d’être hasardeuses aussi. Elles disent beaucoup sur l’état d’esprit, le positionnement politique ou culturel de leur initiateur, le Président de la République.

Les projets refusés, comme ici, sont autant d’indications sur la volonté de communication, l’importance du message à véhiculer.

Le choix l’artiste comme celui de l’œuvre retenue – les projets refusés aussi – sont autant d’indications sur sa volonté de communication, l’importance du message ainsi véhiculé.

Présentée au cœur des collections du musée, tout près du panorama des timbres, en une centaine de pièces l’exposition raconte ainsi un peu d’Histoire de France à travers l’histoire des Marianne.

En 2018, signe des temps et des tendances, Emmanuel Macron avait jeté son dévolu sur le travail d’une street artiste, Yseult YZ Digan. La Marianne « engagée » de la créatrice, bonnet phrygien sur la tête, s’affichait à la fois boudeuse et volontaire. Modernité, désir de bousculer…

« Marianne, l’engagée », créée par la street artiste Yzeult YZ Digan, a été choisie par Emmanuel Macron en 2018.

La précédente, voulue par François Hollande, dite « Marianne de la jeunesse », avait un peu fait polémique. Bien que délicate, presque « botticellienne », on lui reprochait, et son auteur, Olivier Ciappa, ne s’en cachait pas, d’être inspirée par la femen Inna Shevchenko. Air du temps, provocation…

Les « Marianne » de Nicolas Sarkozy et François Hollande.

Quelques années auparavant, le choix de Nicolas Sarkozy, n’avait pas suscité autant d’émoi. Le profil neutre, un rien triste dessiné par Yves Beaujard, ne devait pas détourner le regard des étoiles « européennes » disposées tout autour… Europe, quand tu nous tiens…

Et ainsi on remonte le temps. Avec la Marianne du deuxième mandat de Jacques Chirac, stylisée, comme surgie d’une fleur, préoccupation – au moins affichée – pour l’environnement… Communication…

Précédemment, après sa première élection, Jacques Chirac avait donné son feu vert à une Marianne plus discrète laissant une large place à la devise de la République figurant en haut du timbre. Liberté, égalité, fraternité, message consensuel, fédérateur, irréprochable… Facilité…

La Marianne choisie par Jacques Chirac lors de son premier mandat présidentiel faisait aussi apparaître la devise « Liberté, égalité, fraternité ».

François Mitterrand, Président à deux reprises lui-aussi, avait replacé sur la tête de Marianne le bonnet phrygien que son prédécesseur, Valéry Giscard d’Estaing, avait retiré. Affirmation politique, contrepied…

Georges Pompidou, en bon banquier, avait auparavant, tout en conservant une Marianne réduite, favorisé l’indication du prix du timbre, histoire de faciliter le tri entre tarif rapide et tarif lent… L’économie a ses raisons…

Et Charles de Gaulle, une dizaine d’années avant, qui valide le projet de Marianne dessiné par Jean Cocteau (dont on dit qu’elle aurait le profil de Jean Marais… ).

En 1961, Jean Cocteau, à la demande d’André Malraux, dessine une Marianne qu’approuvera Charles de Gaulle.

Et René Coty, dans les années 1950, et De Gaulle encore après la guerre…

Tous ces timbres, leurs dessins originaux, leurs concurrents malchanceux sont accompagnés des photos officielles de tous les présidents qui les ont validés.

Et là-encore, il y a matière à observation. La communication, le message, la « patte » sont partout.

De Gaulle en grand habit, regard à gauche, main droite posée sur des livres. Pompidou, à l’identique, mais regard à droite, sans livres cette fois. Giscard, portrait serré, en tenue de ville, lui seul. Mitterrand, portrait serré aussi, livre ouvert en main. Chirac, l’Elysée au fond, léger sourire, comme pour dire « j’y suis ». Sarkozy, drapeaux français et européen, bras ballants, ventre rebondi. Hollande, dans les jardins de l’Elysée, bras ballants lui-aussi, pelouse sombre, ciel « cramé », photo normale. Macron, debout devant son bureau, deux mains agrippées sur les bords…

A quand la prochaine Marianne. On a hâte… En attendant, c’est à voir au musée de La Poste.

Texte et photos Rodolphe Pays

« Les visages de la République », jusqu’au 17 septembre au musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15ème. Ouvert tous les jours (sauf le mardi) de 11 h à 18 h. En savoir plus : www.museedelaposte.fr

.

Visages de France, l’installation

A voir tous les week-ends au musée de La Poste jusqu’au 18 septembre.

Le photographe Yann Arthus-Bertrand aime bien son facteur. Aime bien le courrier aussi. Ca lui a donné une idée. Ainsi a-t-il proposé à La Poste il y a quelques mois de rendre un hommage photographique aux porteurs quotidiens de lettres et à leurs clients. Résultats des centaines de facteurs ont pris des clichés des gens à qui ils distribuent leur courrier. Mères de familles, retraités, commerçants, artisans, paysans…

Pris par des centaines de facteurs, des clichés de leurs clients, artisans, commerçants, mères de famille

1500 de ces photos font l’objet tout cet été d’une installation visible tous les week-ends (gratuitement) au 7ème étage du musée.

A voir dans le prolongement (ou pas) de l’expo « Les visages de la République ».

« Visages de France », une installation proposée tous les week-ends au musée de La Poste jusqu’au 18 septembre.    

1 Réponse to “Musée de La Poste : en timbres et en photos, les visages de la République et de la France”



  1. 1 [REVUE DE PRESSE] des expositions à voir : direction Paris ! - In Fine éditions d'art Rétrolien sur 1 août 2022 à 12:22

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 182 autres abonnés

Nos sujets

Rodolphe Pays

Les archives

Des chiffres

  • 347 675 visites

%d blogueurs aiment cette page :