Archive pour juin 2012

Un nouveau don pour les collections du Musée !

Le fonds déjà conséquent d’archives du timbre-poste de L’Adresse Musée de La Poste vient d’être enrichi de plusieurs projets de timbres-poste de la Polynésie française. En effet, grâce au don de Cyril de la Patellière, artiste peintre et sculpteur niçois, plusieurs dessins préparatoires de timbres, signés de cet artiste, font dorénavant partie des collections du musée. Ce sont les seules esquisses préparatoires de figurines émises pour ce territoire présentes dans les collections. Elles représentent le chanteur Jacques Brel (1929-1978) et le navigateur et explorateur britannique Frédérick William Beechey (1796-1856). (MN)

En attendant leur prochaine exposition, ces dessins ainsi que  tous les autres fonds du musée peuvent être consultés sur simple demande des chercheurs, sur rendez-vous

Cyril de la Patellière, Jacques Brel, projet du timbre-poste pour la Polynésie française, crayons de couleurs sur papier, 2009 © L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste, DR.

Calder, l’été, des scoubidous… ou comment naît un film d’animation

L’exposition Dans les coulisses du film d’animation, actuellement présentée dans trois salles de l’Adresse  Musée de La Poste, doit en partie son intérêt au fil de scoubidou. Ces petits cordons multicolores et semi-rigides, en vogue au début des années soixante et rendus célèbres par le fameux « Des pommes, des poires… et des scoubidous bidous, aah…  » de Sacha Distel, forment en effet le point de départ du film Nicolas et Guillemette, l’un des deux films d’animation décryptés au sein de l’exposition. Retour sur une création contemporaine.

Tout démarre alors que Virginie Taravel, la réalisatrice du film Nicolas et Guillemette, alors lycéenne, se rend à une exposition  consacrée à Calder au musée d’art moderne de Paris. Parmi les oeuvres du sculpteur et plasticien américain figurent notamment des automates en fil de fer reproduisant des scènes de cirque. La future réalisatrice apprécie le travail de l’artiste. Au point de passer ses vacances d’été à créer des personnages liés au monde du cirque en fil de scoubidou.

Quelques années plus tard, devenue graphiste pour des studios d’animation, Virginie Taravel pense à réaliser son propre film. Et se souvient des personnages en fil de scoubidou qu’elle avait conçus adolescente. Nicolas et Guillemette et tous les autres personnages de son film éponyme naissent alors. D’abord en fil de scoubidou. Puis sous forme numérisée. Viennent ensuite le scénario, la réalisation, la musique (composée par Mami Chan).

Dès sa sortie, Nicolas et Guillemette connaît un grand succès. Primé dans plusieurs festivals de films d’animation partout à travers le monde, il est aujourd’hui présenté à l’Adresse Musée de La Poste dans le cadre de l’exposition Dans les coulisses du film d’animation. Une expo qui raconte aussi l’histoire du dessin animé et la façon dont a été créée un épisode de la série française Oggy et les cafards. Pour rendre hommage à La Poste et aux postiers qui l’accueillent dans leur musée, Virginie Taravel a fabriqué un « Facteur et son vélo » en fil de scoubidou (photo). Un petit personnage qui ressemble beaucoup au Nicolas de son film et qui a désormais rejoint les collections du musée. (RP) 

« Dans les coulisses du film d’animation », jusqu’au 25 août, salles 13, 14 et 15, l’Adrese Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème. 

Festival « 15 cents coups » : Guérassim Dichliev pose sa valise jeudi au musée

Le festival 15 cents coups a frappé ses… 3 coups depuis quelques jours. Un festival de tous les arts – théâtre, expo, danse, poésie, concert, cinéma… – qui se déroule dans le 15ème arrondissement de Paris, dure 15 jours, dans 15 endroits différents et autour de 15 événements. L’Adresse Musée de La Poste – un des lieux culturels de l’arrondissement – accueille jeudi soir l’un de ces événements, un spectacle intitulé Monologue avec valise. A ne vraiment pas manquer.

Sur scène, un homme, avec sa valise, quelque part entre un point A et un point B. Et dans cette valise, les souvenirs et les attentes liés à l’endroit d’où il vient. Et aussi les futurs souvenirs, les accomplissements que permettront ou non la destination. L’acteur, Guérassim Dichliev est originaire de Bulgarie. C’est nourri de son expérience et de celle de son metteur en scène, Costantino Raimondi, lui-aussi venu d’ailleurs, que le spectacle s’est bâti. « Même si mon histoire m’a aidé, ce n’est pas elle que je raconte, explique-t-il, c’est celle de tous ceux qui passent  à un moment de leur vie d’un endroit à un autre ». Le spectacle de Guérassim Dichliev, formé à l’école du mime Marceau, fait beaucoup appel à la gestuelle. Mais pas seulement. Il est aussi ponctué de plusieurs monologues. On passe ainsi du rire aux larmes, de la drôlerie à l’émotion. Ca dure une heure, c’est pour tous les publics, Guérassim Dichliev l’a présenté l’an dernier au festival d’Avignon (où il le rejouera à nouveau cette année), c’est gratuit, c’est immanquable… (RP)

Dans le cadre du festival « 15 cents coups » : « Monologue avec valise », un spectacle de Guérassim Dichliev, mis en scène par Costantino Raimondi, jeudi 28 juin à 20 h, à l’auditorium de l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème. Entrée libre.  

Guérassim Dichliev jouera « Monologue avec valise » au festival d’Avignon du 7 au 29 juillet (spectacle à 16 h à la « Luna »).

Le cubisme de Gleizes et Metzinger à la Une du nouveau « L’Adresse-LeMag »

Le nouveau numéro de L’Adresse-LeMag, la publication « grand public » de l’Adresse Musée de La Poste, est paru. Toute l’actualité du musée y est traitée : expos en cours et à venir, nouveautés dans les collections, animations… Avec en couverture l’affiche de l’accrochage actuellement consacré aux peintres cubistes Albert Gleizes et Jean Metzinger.

 L’expo Gleizes-Metzinger. Du cubisme et après, proposée jusqu’en septembre à l’Adresse Musée de La Poste, figure en bonne place au sein de l’édition d’été de L’Adresse-LeMag. Elle fait l’objet de la couverture et d’une interview de Cécile Debray, conservatrice et commissaire d’exposition au Musée national d’art moderne, qui revient sur le mouvement cubiste et le rôle qu’y ont joué Albert Gleizes et Jean Metzinger. Egalement au sommaire,  un sujet « Patrimoine » sur la conservation et la restauration des pièces du musée qui invite les lecteurs à pénétrer dans les coulisses des collections.

Autres sujets développés : l’offre « Paris » de la boutique, la nouvelle présentation du cabinet des trésors philatéliques, le programme des (belles et nombreuses) animations de l’été… A noter aussi, le billet de Jean-Jacques Schpoliansky, infatigable et toujours enthousiaste directeur du Balzac, le dernier cinéma indépendant des Champs-Elysées (avec lequel le musée mène actuellement un partenariat dans le cadre de son expo Dans les coulisses du film d’animation). Et des brèves, les thèmes et dates des expos à venir, des infos pratiques… Bonne lecture. (RP)

 L’Adresse-LeMag est disponible au musée, diffusée par courrier et téléchargeable sur le site internet de l’Adresse Musée de La Poste (ladressemuseedelaposte.fr, rubrique « Découverte du musée).

 

Street art : Vhils a déjà fait le mur… mais reviendra à l’automne

Au-delà du street art : c’est le titre de l’expo que prépare l’Adresse Musée de La Poste pour l’automne. Parmi les artistes qui exposeront, certains sont en train de concevoir des oeuvres. Comme Vhils, présent depuis hier au musée pour réaliser un véritable et remarquable bas-relief…

S’il est une oeuvre qui fera sensation lors de l’expo que l’Adresse Musée de La Poste consacrera cet automne aux artistes dits de rue, c’est bien celle-là. Le portrait qu’achève actuellement de graver sur un mur le créateur portugais Vhils est en effet remarquable. Tous ceux qui s’intéressent au travail de cet artiste ne seront pas surpris : malgré son jeune âge – il est né en 1987, à Lisbonne – l’originalité de son travail et son immense talent sont déjà internationalement reconnus. Les équipes techniques du musée avaient préparé le terrain en construisant à son attention un mur de briques recouvert d’enduit puis de plâtre (cf. billet publié le 8 juin). Vhils est ensuite venu hier soir pour dessiner sur ce mur  le portrait qu’il avait prévu de réaliser. Aidé dans un premier temps par des collaborateurs (photo), Vhils a aujourd’hui gravé l’essentiel de l’oeuvre. En retirant du plâtre ou de l’enduit, en laissant parfois apparaître la brique. A l’aide de burins et d’une série de ciseaux à bois. Et comme à chaque fois, la magie opère : le portrait se dessine, se précise, les traits se révèlent, le regard devient intense…

Bien que conçue directement au musée, il faudra cependant patienter pour voir cette oeuvre. Ainsi que toutes celles qui seront exposées cet automne dans le cadre de l’exposition Au-delà du street art. Quatorze street artist français et étrangers présenteront ainsi des oeuvres originales ou récentes. Au vu du travail de Vhils, l’événement devrait tenir toutes ses promesses… (RP)

« Au-delà du street art », à partir du 28 novembre, galerie du Messager, l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.

Les « Nouvelles de l’Estampe », un numéro entièrement dédié au timbre-poste !

 Les Nouvelles de l’Estampe, seule revue française portant aujourd’hui sur l’estampe et la gravure des origines à nos jours, consacre l’intégralité de son numéro de juin 2012 à la gravure des timbres ainsi qu’au mail art. Réalisé en collaboration étroite avec L’Adresse Musée de La Poste de Paris, le numéro de juin de la revue, coordonné par Monika Nowacka, propose articles et entretiens avec plusieurs spécialistes du domaine, permettant ainsi de mieux comprendre les origines, la création ainsi que les différentes phases de fabrication du timbre-poste.

Plusieurs artistes tels que Pierre Béquet, Pierre Albuisson, Claude Andréotto ou Elsa Catelin ouvrent les portes de leurs ateliers et nous parlent de leurs créations philatéliques. Au sommaire, une étude historique sur les dessous de l’élaboration d’une émission philatélique de la poste aérienne en 1947 par Laurent Albaret, la présentation des collections philatéliques de L’Adresse Musée de La Poste et entretien avec son conservateur Pascal Rabier ainsi qu’un témoignage sur le gravure des timbres par un professionnel de l’expertise, Jean-François Brun. La partie sur le mail art comprend des textes de Jean-Noël László, Jean Marc Poinsot et Hervé Fischer. (MN)

 

La revue est en vente par correspondance sur le site http://www.nouvellesdelestampe.fr, à la BnF (département des Estampes (5, rue Vivienne, Paris) et le site Mitterrand ; la librairie du Louvre ; Charbonnel (13, quai de Montebello, Paris 5e arr.) ; galerie La Hune-Brenner (3, rue Ravignan, Paris 18e arr.) ; Sennelier (3, quai Voltaire, Paris 7e arr.) ; Joop Stoop (12, rue Le Brun, Paris 13e arr.) ; URDLA (Villeurbanne) et bien sûr L’Adresse Musée de La Poste de Paris (34, bd de Vaugirard, Paris 15e arr.)



« Tonnerres de Brest » avec La Poste et l’Adresse Musée de La Poste

Les Tonnerres de Brest devraient gronder cette année mieux qu’ils ne l’ont jamais fait. La sixième édition de cette manifestion, lancée en 1992 à l’initiative de la revue « Le Chasse-Marée », fête en effet ses 20 ans. Un événement auquel s’associent également La Poste et  l’Adresse Musée de La Poste.

A l’occasion du vingtième anniversaire des Tonnerres de Brest, qui rassemble tous les quatre ans amoureux et curieux de toutes les formes de navigation, les organisateurs de la manifestation ont hissé toutes les voiles et poussé tous les moteurs. Notamment celles et ceux de centaines de canots, trois-mâts, remorqueurs et autres paquebots traditionnels qui convergent déjà vers Brest et mouilleront dans sa célèbre rade pendant toute la durée de l’événement. Les cinq pays invités des éditions précédentes – Mexique, Russie, Norvège, Maroc et Indonésie – sont aussi parties prenantes de cette nouvelle campagne. Egalement au programme : parades nocturnes des bateaux, concerts, festival de fanfares, feux d’artifice, arrivée de la transat New-York-Brest…

Plusieurs implantations postales seront présentes tout au long de l’événement sur le site. Et un collector de 10 timbres autocollants à validité permanente a également été créé pour l’occasion. L’Adresse Musée de La Poste expose pour sa part dans ses collections de nombreuses oeuvres liées à l’univers de la mer et des bateaux. En particulier des affiches et des maquettes (photo) de la Compagnie des messageries maritimes et des maquettes et photos de navires câbliers, dont l’un deux, le « Léon Thévenin » est toujours basé à Brest. Le musée propose également des ouvrages (La Bretagne et les timbres…  ) et tous les timbres en lien avec la mer. De quoi donner envie d’aller à Brest mi-juillet. Et vice versa… (RP)

« Tonnerres de Brest », du 13 au 19 juillet.

L’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 143 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 278,962 visites