Archive pour août 2012

Examinons à la loupe les timbres de Nouvelle-Calédonie !

© OPT Nouvelle-Calédonie

 

En juillet 2012, l’Adresse Musée de La Poste a apporté son aide à l’Office des Postes et Télécommunications de Nouvelle-Calédonie sur la gestion et la conservation de leur patrimoine philatélique.  Redécouvrons le panorama philatélique de Nouvelle-Calédonie.

La Nouvelle-Calédonie a émis 1600 timbres-poste. Le premier timbre, émis en 1860, dessiné par le sergent Triquera, imprimé par le procédé lithographique reproduit le portrait de Napoléon III. D’une valeur de 10 c, taxe locale pour le courrier intérieur, il est non gommé et non dentelé. (Le Musée de La Poste possède une feuille complète de 50 figurines.) Les relations avec la métropole se développent malgré les deux mois des voyages maritimes. De 1861 à 1881, les premiers timbres des colonies françaises sont utilisés : le type Aigle, les timbres de France non dentelés, le type Sage, le type Alphée Dubois des colonies. Mais pour pallier à un manque d’approvisionnements des timbres, ces derniers sont surchargés N.C.E (Nouvelle Calédonie). Puis, des timbres spécifiques avec le nom de la Colonie apparaissent en 1892 : la navigation et le commerce (dit type Groupe), dessiné et gravé par Mouchon. En 1903, pour marquer le centenaire de la présence française en Nouvelle-Calédonie, une surcharge représentant le cagou est apposée sur les timbres des colonies. Et de 1905 à 1907, une première série déclinée en plusieurs valeurs représente le cagou, la rade de Nouméa (anciennement Port de France) et un voilier gravés par Puyplat. Le cagou, devenu l’emblème du territoire, figure jusqu’à aujourd’hui sur tous les timbres d’usage courant avec une évolution de son graphisme, aussi bien en carnet qu’en prêt-à poster. Le premier conflit mondial laisse son empreinte avec les premières surtaxes au profit de la Croix-Rouge. Les sujets commémoratifs avec la baie de la pointe des palétuviers, la case de chef indigène et Bougainville et Lapérouse, dessinés et gravés par Delzers apparaissent en 1928 après l’échec du concours local de maquettes. En 1932, une surcharge commémore la première liaison aérienne Paris – Nouméa par les aviateurs Dévé, de Verneilh et Munch. Ces vignettes constituent les premiers timbres de poste aérienne. En septembre 1940, la Nouvelle-Calédonie se rallie à la France Libre. De nombreuses séries sont surchargées de 1941 à 1945 où sont imprimées avec la légende « France Libre », la croix de Lorraine et  RF (République française). De 1950 à 1960, les timbres gravés majoritairement en taille –douce par les grands graveurs métropolitains représentent la flore, la faune et les paysages variés. Le classement des lagons par l’Unesco en 2008 au Patrimoine mondial de l’Humanité fait l’objet d’émissions en 2009 et 2010. Les premiers timbres consacrés au sport sont réservés en 1963 pour les Jeux du Pacifique Sud et continuent régulièrement. Le patrimoine artistique Kanak est représenté par des œuvres du Musée de Nouvelle-Calédonie, dès 1973, puis aux œuvres contemporaines conservées au centre culturel Tjibaou, à Nouméa (2009, 2010). La sauvegarde du patrimoine architectural civil ou militaire fait l’objet de nombreuses émissions : Kiosque à musique de la place des cocotiers à Nouméa (1976), la bibliothèque Bernheim (1982), le fort Téremba (1989), le magasin à vivres du bagne de l’ile Nou (1986), le fort de Koné (2008), la cathédrale de Nouméa (2010). Troisième exportateur mondial de nickel, l’économie de la Nouvelle-Calédonie se traduit par de nombreux timbres consacrés à ce minerai : l’usine Calédonia, fonderie de Nickel (1948), le transbordeur du minerai à Thio (1955), l’exploitation de nickel à Houaïlou (1964), le 100ème anniversaire de la garniérite (1967), l’exploitation du nickel (2010). En 2003, le timbre du cagou est gaufré avec du nickel. L’évolution politique est aussi retracée, de colonie depuis 1853, la Nouvelle-Calédonie devient en 1946 un territoire d’outre-mer, conforté en 1959 par un statut d’autonomie avec son propre exécutif. Les accords de Matignon signés en 1988, puis l’accord de Nouméa en 1998 entraînent le transfert progressif de compétences de l’Etat français vers les nouvelles institutions calédoniennes.  On peut citer les émissions de la création des trois provinces (1991), l’accord de Nouméa (1999), les vingt ans des accords de Matignon (2008), les personnages célèbres tels que le sénateur Henri Lafleur (1997), le premier préfet mélanésien Ienic Iékawé (1997), l’homme politique Jean-Marie Tjibaou (1998). Enfin, L’humour est aussi présent avec les 4 personnages de la bande dessinée locale « la brousse en folie » (1992) créée par Bernard Berger : Dédé le néo-calédonien hilare, Tonton Marcel (le broussard) et son bateau Mimine II, Tathan, le chinois et Joinville, le métropolitain.

Avec une politique d’émission philatélique maîtrisée consacrée à tous les aspects du territoire, les collectionneurs du monde entier apprécie et découvre ainsi ce pays océanien. (PR)

Pour en savoir plus : Agence philatélique de Nouvelle-Calédonie, 7, rue Eugène Porcheron, 98841 Nouméa Cedex
www.boutiqueopt.nc

Club philatélique Le cagou, BP 1902, 98846 Nouméa Cédex
www.cagouphila.lagoon.nc

G. Kling, Histoire de la Poste en Nouvelle-Calédonie, Nouméa, 1983.

L’espace Timbres de l’Adresse Musée de La Poste revend les nouvelles émissions de Nouvelle-Calédonie.

 

Photo : Epreuve modèle du bloc Aquarium de Nouméa : les tortues marines, dessins de Jean-Richard Lisiak, 2002. Ce bloc remporte la coupe du monde des plus beaux timbres 2003 organisée par Timbres Magazine (Yvert n° BF 27).

Publicités

Mami Chan en concert à l’Adresse Musée de La poste : enfants, amenez vos parents…

La chanteuse et musicienne Mami Chan sera en concert à l’Adresse Musée de La Poste le samedi 25 août. Elle jouera – en direct sur les images – la musique qu’elle a écrite pour le film Nicolas et Guillemette. Et prolongera le spectacle en interprétant durant 30 à 40 minutes d’autres de ses compositions. Un spectacle pour les enfants… et leurs parents.

Mami Chan est une jeune chanteuse et musicienne japonaise installée en France depuis quelques années. Pas à Paris, mais quelques part en Normandie. De formation classique (études de piano traditionnelles), elle s’intéresse cependant très vite aux musiques contemporaines. Et joue aussi bien pour des assistances d’adultes comme de jeunes publics. Ses univers musicaux oscillent ainsi en permanence entre pop et comptines pour enfants. C’est ainsi qu’elle a composé la musique du court métrage Nicolas et Guillemette de la réalisatrice Virginie Taravel, un film actuellement présenté à l’Adresse Musée de La Poste dans le cadre de l’exposition Dans les coulisses du film d’animation.

Elle sera en concert le samedi 25 août à l’Adresse Musée de La Poste pour interpréter la bande-son de ce film (en direct sur les images projetées sur grand écran) et enchaîner ensuite sur une série de morceaux de sa composition. Un spectacle dédié aux enfants auquel les parents et les non-parents sont également conviés. Virginie Taravel sera présente lors de cette animation et proposera à l’issue de celle-ci aux enfants qui le souhaitent un atelier « scoubidou » (tous les personnages de son film ont d’abord été créés en fil de scoubidou avant d’être numérisés). Et pour ceux qui le voudraient, il sera encore possible de voir avant ou après le concert l’expo Dans les coulisse du film d’animation (dont ce sera le dernier jour. (RP)

Mami Chan, en concert à l’auditorium de l’Adresse Musée de La Poste, samedi 25 août, 15 h. Renseignement et réservation au 01 42 79 24 24.

Dans les coulisses du film d’animation : dernières…

Elle a remporté un beau succès, a intéressé de très nombreux visiteurs… et se termine dans quelques jours. Les amateurs de dessin animé qui n’auraient pas encore pris le temps de venir voir l’expo Dans les coulisses du film d’animation sont prévenus : la dernière séance, c’est le 25 août.

L’exposition Dans les coulisses du film d’animation touche à sa fin. Après le 25 août il sera trrop tard pour revisiter l’histoire du dessin animé. Une épopée commencée (en France) il y a à peine plus d’un siècle et qui n’a depuis cessé de se développer. L’expo raconte ainsi les débuts de l’aventure et s’arrête longuement sur des créations contemporaines françaises. Deux en particulier sont décryptées : un épisode de la série télé Oggy et les cafards, des studios Xilam, et le court métrage Nicolas et Guillemette (récemment acheté par Canal +) de la réalisatrice Virginie Taravel. (RP)

L’expo « Dans les coulisses du film d’animation », jusqu’au 25 août, salles 13, 14 et 15, l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.

Le blog prend la pause… et revient à la rentrée pour accompagner une actualité prometteuse

Un joli programme se profile à l’Adresse Musée de La Poste pour la rentrée. En attendant, le blog du musée lève le pied. Finie la « quotidienne », place désormais jusqu’à la fin août à un rythme moins soutenu et plus aléatoire : une ou deux info (s) par semaine. Pas plus, pas moins. Bonnes vacances à ceux qui en prennent, bon courage à ceux qui reprennent. Et rendez-vous à tous à la rentrée.

La rentrée à l’Adresse Musée de La Poste promet d’être belle. Ce sera d’abord la dernière ligne droite pour l’expo Gleizes-Metzinger. Du cubisme et après, proposée jusqu’au 22 septembre. Toujours en septembre, de nouvelles installations seront mises en place dans quatre salles. Elles permettront de montrer au public des pièces rarement présentées issues des collections du musée. La salle 12 sera ainsi consacrée à l’exposition de documents philatéliques remarquables (notamment des maquettes d’artistes). Les salles 13 et 14 seront dédiées au mail art sous toutes ses formes (cartes postales, objets, dessins, textiles… ). Et la salle 15 accueillera une exposition rendant hommage au Facteur Cheval (l’année 2012 est celle du centième anniversaire de l’achèvement de son Palais Idéal).

La cerise sur le gâteau viendra un peu plus tard, en novembre, avec l’ouverture d’une grande expo consacrée à l’art urbain. Intitulée Au-delà du street art, elle mettra en scène des oeuvres – dont plusieurs spécialement créées pour l’occasion – de 13 artistes français et internationaux de renommée mondiale (Banksy, C 215, Crash, Dran, Invader, JonOne, L’Atlas, Ludo, Miss.Tic, Rero, Shepard Fairey, Swoon, Vhils). Une belle rentrée, non ? (RP)

L’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.

Les cubistes Gleizes et Metzinger à l’Adresse Musée de La Poste jusqu’au 22 septembre et dans Télématin le 25 août

Gleizes et Metzinger seront sur France 2 dans un peu plus de deux semaines. L’accrochage que l’Adresse Musée de La Poste consacre actuellement aux deux peintres cubistes  fera en effet l’objet d’un reportage diffusé le 25 août dans l’émission Télématin. Le sujet, réalisé par le journaliste Damien Thévenot, a été tourné au musée aujourd’hui en début de matinée.

Damien Thévenot est un matinal. Rien de surprenant pour un journaliste qui réalise régulièrement des reportages diffusés dans l’émission de France 2 Télématin. Accompagné d’un cadreur, il est ainsi arrivé très tôt  aujourd’hui au musée, bien avant que celui-ci n’ouvre ses portes aux visiteurs (photo). Objectif en main et en tête : faire un sujet sur l’expo Gleizes-Metzinger. Du cubisme et après que propose l’Adresse Musée de La Poste jusqu’en septembre.

Celui-ci, programmé samedi 25 août, devrait être diffusé à deux reprises au cours de l’émission, autour de 7 h et 9 h. Télématin est la matinale la plus regardée en France (devant celle de Canal +). Elle propose en semaine des infos et des sujets sur la musique, les voyages, le cinéma, le sport… Et le samedi est plus spécialement dédié au marché, au bricolage… et à la culture. Rendez-vous sur France 2 le 25 août et au musée pour y visiter l’expo Gleizes-Metzinger jusqu’au 22 sptembre. (RP)

Reportage sur l’expo « Gleizes-Metzinger » dans Télématin, sur France 2 le 25 août (http://telematin.france2.fr/).

Expo « Gleizes-Metzinger. Du cubisme et après », jusqu’au 22 septembre, galerie du Messager, l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.

« Plonk et Replonk » sont dans – et sur – les murs de l’Adresse Musée de La Poste

Bonjour les deux gars : Plonk & Replonk sont dans les murs de l’Adresse Musée de La Poste. Pas de bobos cependant – hormis pas mal de visiteurs de l’est parisien -, mais du gaz hilarant à tous les étages du musée. D’autant qu’en plus de leurs objets et montages-photo insolites, les deux humoristes suisses proposent également des films d’animation sur grand écran. Qui plus est commentés par un Antoine de Caunes tendance Rapido. De bonnes raisons pour faire les murs du musée.

Plonk & Replonk sont dans les collections. Et y resteront jusqu’à la fin de l’année (2012… ). Trônant au beau milieu d’une vitrine, infiltrées au sein d’une galerie de photos, en regard d’un objet « classique » du parcours historique, les oeuvres des deux humoristes accomplissent sans coup férir – mais beaucoup faire rire – leur mission : surprendre, amuser, détendre (voire même susciter la réflexion… ). Clandestines affichées, goguenardes et jamais vraiment méchantes, mais pas inoffensives non plus… Plonk & Replonk sont dans les murs. Et sur les murs. En images projetées sur grand écran. Plusieurs films d’animation des deux compères y sont diffusés en permanence. Hilarité garantie pour grands et petits. Il faut dire que l’action se déroule toujours dans le royaume des Plonk… Il y est question d’animaux, de militaires, de marins, de familles helvètes…

On y apprend le programme concocté par un certain Comité des fêtes et de l’apéro, on y découvre un canon à alpiniste, on fait la rencontre d’Arsène Toudego, qui gagne vraiment à être connu… Et comme ça ne suffisait toujours pas, on s’initie au maniement de l’aspirateur à nuage (concurrencé par une colossale manufacture à brouillard), de la roue carrée ou encore de la calèche à marche-arrière. On fait aussi la connaissance de l’inventeur du dimanche, du ministre du Temps perdu et de celui des Déclarations péremptoires. De bien belles images – commentées par l’imperturbable Antoine de Caunes – qu’on aimerait revoir plus souvent… (RP)

« Plonk & Replonk », dans les collections de l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème. Les films des Plonk sont produits par Twilight Zone Productions.

150 ans d’albums de timbres

Traditionnels ou moins classiques, l’Adresse Musée de La Poste propose plusieurs modèles d’albums de timbres.

Les premiers albums de timbres ont fait leur apparition en France il y a exactement 150 ans. Il s’en est depuis vendu des dizaines de millions à travers le monde. L’Adresse Musée de La Poste en propose à ses visiteurs plusieurs modèles, traditionnels comme moins classiques.

Créé pour que l’expéditeur s’acquitte du coût de transport de son courrier, le timbre-poste va aussi très vite devenir objet de collection. D’où l’apparition, guère plus d’une dizaine d’années après son introduction en France (le 1er janvier 1849), d’albums destinés aux collectionneurs. C’était il y a tout juste 150 ans, en 1862, l’éditeur parisien Justin Lallier publiait ainsi le premier album conçu spécialement pour abriter ces petites vignettes tant prisées d’un nombre grandissant d’amateurs. Une édition qui comportait déjà, en plus de la française, une version anglaise ainsi qu’allemande. Un engouement qui se traduira aussi quelques années plus tard par la première vente aux enchères de timbres-poste. Celle-ci s’est déroulée le 29 décembre 1865 à Paris, à l’hôtel Drouot. L’aventure philatélique ne faisait que commencer…

L’Adresse Musée de La Poste prolonge cette tradition philatélique. Le musée vend des timbres aux particuliers comme aux entreprises pour assurer le transport de leur courrier. Et aux collectionneurs qui désirent enrichir leurs collections. La boutique  du musée propose aussi toute une série d’albums et de classeurs de timbres. Grands et petits formats, avec des couvertures en couleur ou plus classiques. L’aventure philatélique se poursuit… (RP)

La boutique et l’espace Timbres de l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 148 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 285,064 visites