Archives de juin 2015

Les Ambulants postaux, le Chemin de fer et la Mine : trois musées en un à Oignies

Elie Ramon est le président fondateur du musée des ambulants postaux d'Oignies.

Elie Ramon est le président fondateur du musée des Ambulants postaux d’Oignies.

Trois musées en un. C’est à Oignies, dans le Pas-de-Calais. Les Ambulants de La Poste, le Chemin de fer et la Mine… Une multitude de choses à voir et à apprendre en famille, entre amis. Et des passionnés à rencontrer et avec qui échanger.

Une destination pour l’été ? Un dimanche en famille à Lens par exemple. Choisir alors de préférence le deuxième du mois. Visite le matin du Louvre-Lens (là c’est ouvert tous les dimanches… et c’est gratuit jusqu’à la fin de l’année). Son site exceptionnel, son bâtiment remarquable, sa formidable galerie du Temps, ses expos temporaires. Et, à deux pas, ses gargottes sympas où se restaurer, annexes rescapées des anciennes mines…

Ca, c’est le matin. L’après-midi, cap à l’est. A une quinzaine de kilomètres de la deuxième capitale du Pas-de-Calais, Oignies. 10 000 habitants. Des voisines aux noms évocateurs – on est au cœur du bassin minier : Carvin, Courrières, Hénin-Beaumont… La ville natale de deux grands champions d’athlétisme, Michel Jazy et Guy Drut. L’après-midi du deuxième dimanche de chaque mois, c’est au Centre Denis Papin de la commune qu’il faut se rendre. Trois musées plus intéressants et pittoresques les uns que les autres s’y côtoient amicalement, animés par des vrais passionnés : le musée des Ambulants de La Poste, le Centre de la mine et des chemins de fer et le musée de la Mine. Emerveillement, enrichissement et émotion garantis.

IMG_3559Chez les Ambulants de La Poste (une association de « pensionnés » en rien retraités), une dizaine de wagons en bel état reçoivent les visiteurs. A l’intérieur, toute l’histoire de ces « seigneurs » de La Poste, trieurs de courrier la nuit un siècle durant dans leurs voitures postales sur rail : l’ambiance, les outils, les cartes des « lignes » traversant toute la France, des sacs postaux du monde entier, ceux de la « valise diplomatique, des timbres à date… Une collection de miniatures exceptionnelle aussi : plus de 500 wagons et véhicules postaux de tous les pays. Un espace consacré au jumelage avec les ambulants allemands (casquettes, tenues, modèles réduits, documents), un autre aux – méconnus – ambulants routiers (13 lignes avaient été mises en place entre 1968 et 1992). Un alignement complet de calendriers (voir en particulier la « frise décorative » du celui de 1934… ).

IMG_3519Et puis des dessins d’enfants qui témoignent à leur manière de la vie des ambulants. « On reçoit des postiers bien sûr, mais aussi des familles, des gens venus de loin, d’Angleterre, d’ailleurs, raconte Elie Ramon, ancien ambulant et président fondateur de l’association, et nous organisons chaque hiver une opération Père Noël au cours de laquelle nous recevons énormément d’enfants. » Au-delà des collections permanentes, le musée organise aussi des expositions temporaires. En 2014, c’était sur le débarquement, cette année, c’est sur… Waterloo.

« Pour l’an prochain, on prépare déjà une grande exposition sur le Titanic, avec comme commissaire d’exposition Sébastien Wlomainck, collectionneur passionné d’objets et de pièces se rapportant au paquebot, poursuit Elie Ramon, il y aura une maquette, de la vaisselle provenant du bateau, des morceaux de charbon de la chaudière, l’évocation des 400 000 lettres que transportait le Titanic… »

IMG_3563A côté des Ambulants de La Poste, le Centre de la mine et du Chemin de fer. Tout aussi passionnant et impressionnant. Jean-Marie Craye, le président de l’association et ses amis y présentent non seulement de très nombreux modèles réduits de locomotives et de wagons, mais ils construisent aussi – dans un atelier que nombre de mécaniciens leur envierait – d’authentiques trains miniatures à vapeur à l’échelle 1/10ème… avec lesquels ils promènent les visiteurs dans le parc attenant. Et puis plusieurs maquettes aussi sont présentées…

IMG_3589L’une d’elles relève plutôt de la reconstitution d’une région. Sur des dizaines de mètres carrés, plusieurs réseaux de chemin de fer s’y entrecroisent, des villages, des terrils, des fermes, des gares, des bâtiments, des jardins, des pompiers qui interviennent dans une maison en feu de laquelle s’échappe de la fumée… Et une machine à vapeur, la plus grosse machine d’extraction de charbon d’Europe (opérationnelle de 1947 à 1977), forte de ses 500 tonnes.

IMG_3613Charbon toujours, avec tout près le musée de la Mine. Une petite quarantaine d’anciens mineurs – dont quelques rares jeunes – fait revivre la vie au fond des galeries. Cet ancien centre de formation aux métiers de la mine permet de comprendre les techniques d’extraction, le travail dans les fosses, les outils, les risques… Plusieurs galeries – s’étalant sur des centaines de mètres – sont ainsi reconstituées, étayées de bois à « l’ancienne » ou de métal.

IMG_3610Le matériel ayant servi à l’exploitation toujours en état de marche, les visiteurs sont en mesure de mieux appréhender le travail des mineurs. Des photos, des documents d’archives complètent le parcours. Avec quelques-uns de ses amis, Richard Szymczak, le président de l’association à l’origine de la création du musée, fait désormais le guide, avec humour et toujours autant de passion.

Alors, rendez-vous à Oignies, un de ces prochains dimanches ?

Rodolphe Pays

Le Centre Denis Papin, qui abrite les trois musées, est situé rue Emile Zola, à Oignies (62). Il est ouvert d’avril à octobre le deuxième dimanche du mois (de 14 h à 18 h). Les trois musées organisent également des visites en groupe (sur réservation).

Plus d’infos : http://www.oignies.fr/associations-culturelles/

 

 

 

 

 

Christophe Gaillard, auteur de la série Histoires de Timbres : « Ne pas passer à côté de l’essentiel »

arton2127-resp600Histoires de Timbres : des films courts proposés par le Musée de La Poste qui racontent l’histoire, les arts, les sciences… 

A voir sur LCP et TV5 Monde.

Volet 2 : visite des coulisses de la réalisation, par Christophe Gaillard, l’auteur de la série.

« Après que la commission du musée chargée de choisir les timbres de la série a statué, la première chose pour moi, c’est de m’imprégner du sujet, de rechercher des informations, dans des dictionnaires, des livres, des sites… Et ensuite de trouver un axe, et la trame de ce que je veux raconter. Pour l’épisode Palais des papes par exemple, l’idée retenue a été de dire pourquoi les papes se sont installés à Avignon, plutôt que de parler de l’architecture du palais.

L’étape suivante, c’est le commentaire, un texte de 300 mots que je soumets à Pascal Roman, le conseiller historique du Musée de La Poste, et souvent aussi à un spécialiste du thème abordé. Et là, en particulier pour les timbres liés à des personnalités, la difficulté c’est de ne pas passer à côté de l’essentiel. Pas évident en effet de ne retenir que certains aspects de leur vie quand on parle de Louise Michel ou de Jean Jaurès.

C'est le comédien Benoît Allemane, "doublure" de Morgan Freeman, qui fait la voix des films Histoires de Timbres.

C’est le comédien Benoît Allemane, « doublure » de Morgan Freeman, qui fait la voix des films Histoires de Timbres.

Vient alors la recherche iconographique. Auprès d’institutions possédant des archives, mais aussi au besoin dans des ouvrages anciens. Et après, c’est le travail avec le graphiste, l’enregistrement de la voix – c’est le comédien Benoît Allemane, la doublure de Morgan Freeman, qui s’en charge -, le mixage en studio.

Après les 46 épisodes de la première saison, on en est quand même déjà à plus de 20 de la seconde. »

Propos recueillis par Rodolphe Pays

 

547552_10151171401891336_2071545414_nSur LCP, TV5 Monde et le site du Musée de La Poste

Les épisodes d’Histoires de Timbres sont habituellement diffusés de façon aléatoire sur les chaînes LCP et TV5 Monde. Durant tout l’été, LCP a choisi d’en regrouper plusieurs autour d’un même thème (invention, architecture… ) et de les passer tv5_monde_fr_be_chchaque soir autour de 20 h.

Et pour ceux qui veulent se faire leur propre programmation, l’ensemble des épisodes est disponible via le site internet du Musée de La Poste : http://www.ladressemuseedelaposte.fr/

 

 

 

Les « Histoires de timbres » du Musée de La Poste : des films pour petits écrans

arton2127-resp600Histoires de timbres : des films courts proposés par le Musée de La Poste qui racontent l’histoire, les arts, les sciences…

A voir sur LCP et TV5 Monde. Volet 1…

Avec l’arrêt de Philatélie-Club en 1983, les timbres se retrouvaient orphelins de petit écran pour une longue période. Trois décennies durant, rien en effet ne viendra se substituer à la mythique émission lancée au début des années 1960 – elle s’appelait à l’époque Télé-Philatélie – par la speakerine et animatrice de télévision Jacqueline Caurat. C’est en 2013 que le Musée de La Poste a mis fin à cette interruption de l’image. En lançant Histoires de timbres, une série de films courts diffusée sur les chaînes LCP et TV5 Monde.

« Beaucoup de gens regrettaient l’absence de philatélie à la télévision, et le musée, avec son fonds unique dans ce domaine, était légitime pour concevoir ce type d’émissions, raconte Marie-Anne Teulat, l’initiatrice du projet, on a alors choisi de réaliser des formats de deux minutes évoquant à chaque fois un timbre et l’univers qu’il inspire. » C’est ainsi – avec le soutien de l’association pour le développement de la philatélie (Adphile) – que la première saison d’Histoires de timbres est née. Pas moins de 46 épisodes. Sur tous les thèmes.

titre_hdt-resp600« On voulait parler autant de personnalités que d’histoire, de techniques, d’art ou encore de sciences, poursuit Marie-Anne Teulat, et que ce soit dynamique, nerveux, avec beaucoup d’informations, beaucoup d’images. » Louis XI, Louise Michel, la résistance, le vote des femmes, le système métrique, le peintre Zao Wou-Ki, le premier satellite français ont ainsi fait l’objet d’un épisode de cette première saison. Et une autre est déjà en route.

Malgré leur richesse – maquettes de timbres, projets refusés… -, les collections philatéliques du musée ne suffisent pas à assurer toute l’iconographie nécessaire à la réalisation des films. Christophe Gaillard, l’auteur de la série, s’alimente ainsi également en images d’archives auprès de Gaumont-Pathé, la Réunion des Musées Nationaux ou encore la BNF. « Et souvent même directement à la source, via par exemple les services de communication, précise-t-il, comme ce fut le cas par exemple pour les épisodes consacrés au barrage de Génissiat et la grotte de Lascaux. »

histoiresdetimbresPour étayer le sujet, chaque film intègre ainsi en moyenne entre 15 et 20 iconographies. Même densité pour le commentaire, composé d’environ 300 mots. Un rythme délibérément soutenu comparable à celui d’autres formats courts tels que D’art D’art diffusés sur France 2 ou Parlons Passion sur France 5. Après trente ans de disette, les téléspectateurs amateurs de philatélie – et de toutes les cultures – ont ainsi avec ces Histoires de timbres de quoi satisfaire à nouveau leur appétit…

Rodolphe Pays

 

547552_10151171401891336_2071545414_nSur LCP, TV5 Monde et le site du musée

Les épisodes d’Histoires de timbres sont habituellement diffusés de façon aléatoire sur les chaînes LCP et TV5 Monde. Durant tout l’été, LCP a choisi d’en regrouper plusieurs autour d’un même thème (invention, architecture… ) et de les passer chaque soir à heure fixe tv5_monde_fr_be_ch(autour de 20 h). Et pour ceux qui veulent se faire leur propre programmation, l’ensemble des épisodes est disponible via le site internet du Musée de La Poste : http://www.ladressemuseedelaposte.fr/

 

Les soldes d’été, c’est aussi à la boutique du Musée de La Poste

Vélo 3Ils démarrent ce mercredi et se poursuivront une bonne partie de l’été : les soldes du Musée de La Poste sont lancés…

C’est parti pour les soldes d’été. Le Musée de La Poste propose  dès cette semaine des remises – moins 30% d’entrée – sur un grand nombre de ses références.

aragon-et-l-art-moderneA commencer par les catalogues de ses récentes expositions organisées dans le cadre du Musée du Montparnasse : La tête dans les nuages, L’art fait ventre, Ex-voto. Et aussi ceux de précédents accrochages plébiscités par les visiteurs : Aragon et l’art moderne, Carnets de voyage… Des produits dérivés de différentes expositions sont également disponibles.

arton34-resp1280Ils sont appréciés par les visiteurs comme par les clients de la boutique, les produits « vintage » du musée sont aussi de la fête. Sacs en toile postale, cabas, besaces, trousses, écussons, protège-cahiers… , il y en a pour tous les goûts. Et forcément pour toutes les bourses.

imagesLa papeterie et la maroquinerie sont elles-aussi concernées par les soldes. Côté papeterie, une large gamme de carnets, cahiers, crayons, stylos… Et côté maroquinerie, trousses, étuis à stylo, porte-clés, porte-monnaie, sacs, serviettes… De quoi satisfaire tous les amoureux de l’écriture.

Et d’autres objets encore. Des véhicules postaux – français et étrangers – miniatures, des boîtes aux lettres décoratives… C’est à la boutique du Musée de La Poste, ça démarre mercredi…

Rodolphe Pays

Vélo 1Les soldes de la boutique du Musée de La Poste, du 24 juin au 4 août, 21 avenue du Maine, Paris 15ème. Tél. : 01 53 71 98 49. Ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 18 h.

 

 

 

Napoléon, les Cent-Jours,Waterloo… et le télégraphe Chappe

Si Bonaparte Premier Consul fait fermer les lignes Chappe pour mettre fin aux désordres révolutionnaires, Napoléon Empereur des Français les fait rouvrir : les lignes impériales prennent alors une dimension européenne. Mais les contraintes d'emploi font qu'il ne les privilégiera pas pour ses campagnes militaires.

Si Bonaparte Premier Consul fait fermer les lignes Chappe pour mettre fin aux désordres révolutionnaires, Napoléon Empereur des Français les fait rouvrir : les lignes impériales prennent alors une dimension européenne. Mais les contraintes d’emploi font qu’il ne les privilégiera pas pour ses campagnes militaires.

La communication a manqué à Napoléon lors de la bataille de Waterloo. Alors que durant les Cent-Jours, elle lui avait été favorable. Notamment grâce au télégraphe Chappe, un moyen de transmission qu’il avait selon les périodes freiné ou développé.

Waterloo, 18 juin 1815… S’il n’avait pas plu, si l’empereur avait été plus en forme, si Murat avait été présent, si les messages pour Ney avaient été mieux transmis… A 22 heures, la bataille est terminée : les – nombreux – coalisés ont vaincu l’armée de Napoléon. « Waterloo, morne plaine », dira plus tard Hugo… Waterloo, ou plutôt Lasne, Braine-l’Alleud et Genappe, les trois villages où s’est vraiment déroulée la bataille. En France, on l’appellera longtemps celle du Mont-Saint-Jean, en référence au lieu-dit même des combats. Et en Allemagne, celle de la Belle-Alliance, du nom « prédestiné » de l’endroit où les deux généraux en chef vainqueurs – Wellington et Blücher – se sont retrouvés après leur victoire. Napoléon abdiquera quatre jours plus tard, le 22 juin.

Timbre "1793-1993 télégrape Chappe", dessiné par Jean-Paul Véret-Lemarinier, gravé par Raymond Coatantiec.

Timbre « 1793-1993 télégraphe Chappe », dessiné par Jean-Paul Véret-Lemarinier, gravé par Raymond Coatantiec.

Si le télégraphe Chappe n’a pas eu de rôle notable au moment de la bataille, durant les Cent-Jours ce moyen de transmission que Napoléon avait – selon les périodes – contribué à développer (l’un des frères Chappe, Abraham, fut même nommé en 1805 directeur des télégraphes auprès de la Grande Armée), joua un rôle relativement important. C’est par exemple par une dépêche télégraphique que le gouvernement a été informé du retour de l’empereur et de son débarquement à Golfe-Juan. Heure par heure, la progression de Napoléon a ainsi pu être suivie.

Timbre "Conférence Internationale Télégraphique et Téléphonique", 1949, dessiné et gravé par Achille Ouvré.

Timbre « Conférence Internationale Télégraphique et Téléphonique », 1949, dessiné et gravé par Achille Ouvré.

Le baron de Vitrolles fait alors télégraphier au frère du roi un message qui montre bien l’inquiétude du souverain : « Sa majesté ordonne qu’il parte tous les jours deux estafettes pour Paris, avec tous les détails qu’on aura pu réunir et que les dépêches télégraphiques se succèdent sans cesse les unes aux autres. » Et le 21 mars, autre dépêche, émanant cette fois du duc de Bassano et adressée à tous les préfets : « S.M. l’Empereur est entrée à Paris hier, à huit heures du soir, à la tête des troupes qui, le matin, avaient été envoyées contre elle, et aux acclamations d’un peuple immense. » Trois mois plus tard, l’enthousiasme retombait…

Rodolphe Pays

Animations dans les établissements scolaires : le Musée de La Poste prépare sa rentrée

IMG_2993Les scolaires et le Musée de La Poste, c’est une longue histoire… Le musée souhaite la prolonger dès septembre avec une offre d’animations nouvelles proposées au sein des établissements.

Testées ce mois de juin, de nouvelles animations du Musée de La Poste à destination des écoliers et collégiens seront proposées aux enseignants à la rentrée prochaine. Toujours selon le principe qui prévaudra tout au long des travaux de rénovation actuellement entrepris au musée : ces animations – ainsi que celles déjà disponibles – se dérouleront désormais exclusivement au sein des établissements scolaires.

Hakima

Hakima Benabderrahmane est la responsable de la politique des publics du Musée de La Poste.

« Les jeunes représentent depuis longtemps une composante importante des visiteurs du musée, explique Hakima Benabderrahmane, responsable de la politique des publics, nous ne voulions pas que ce lien s’interrompe en raison de sa fermeture, même si elle n’est que temporaire, c’est pourquoi nous avons souhaité renforcer notre présence auprès d’eux à travers une offre de prestations enrichie. »

Une démarche qui concerne tous les niveaux, des enfants en début de scolarité aux adolescents. S’agissant des élèves de maternelle (à qui le musée proposait jusqu’à présent des visites ludiques des collections), trois contes ont ainsi été conçus à leur intention. Mettant en scène le même héros – Nino, le petit facteur -, l’un est adapté aux élèves de petite section, l’autre aux « moyens/grands » et le dernier plus spécifiquement à la période de Noël. « Animée par une conteuse professionnelle, chaque séance s’achève par un atelier, poursuit Hakima Benabderrahmane, mail art pour les moyens/grands et travail graphique à partir de timbres pour les petits. »

Photo Patrick Valasseris AFP/Archives

Photo Patrick Valasseris AFP/Archives

Autre nouveauté, cette fois pour les collégiens, l’animation autour de la citoyenneté et des symboles de la République (deux thématiques abordées dans les programmes scolaires de la 6ème à la 3ème). Intitulée Aux timbres citoyens – une référence qui affiche clairement l’intention poursuivie – et modulable selon les niveaux, elle consiste à évoquer l’histoire via le prisme des timbres. En s’arrêtant également sur ce que représentent et signifient les différents timbres Marianne émis depuis 1944. Là encore, à l’issue des projections d’images et des échanges animés par un médiateur du musée, un atelier sera proposé aux participants. Il leur permettra de prolonger leur réflexion sur le sujet traité et aussi de créer leur propre Marianne.

IMG_3034Les élèves du primaire sont également concernés par l’offre d’animations du Musée de La Poste. Avec notamment deux ateliers déjà existants qui viennent d’être réactualisés : Paris Timbré (la découverte de la capitale à travers les timbres) et Messages secrets (l’aventure des envois cryptés de l’Antiquité à nos jours). Et aussi trois Mallettes pédagogiques traitant de l’histoire de l’art, de l’histoire de la Poste et du Mail Art. Un programme de rentrée concocté par le Musée de La Poste qui ne semble souffrir d’aucune ombre au tableau…

Rodolphe Pays

En savoir plus : joindre le service Réservation du musée au 01 42 79 24 24 ou via l’adresse reservation.dnmp@laposte.fr.

 

Un timbre émis en l’honneur de Gaston Caudron, pionnier de l’aviation

Mini-feuille du timbre "Gaston Caudron", tirage 35 000 exemplaires.

Mini-feuille du timbre « Gaston Caudron 1882-1915 », tirage 35 000 exemplaires.

Alors que le Salon du Bourget bat son plein, La Poste émet un timbre en hommage à Gaston Caudron, pionnier de l’aviation disparu en 1915.

La 51ème édition du Salon International de l’Aéronautique se tient cette semaine au Bourget. La première s’était déroulée en octobre 1909 sous la nef du Grand Palais, à Paris. Une première qui fut un succès : plus de 100 000 visiteurs y étaient venus admirer les innovations de près de 400 exposants. Quelques mois auparavant, les frères Caudron, René et Gaston, deux jeunes passionnés d’aéronautique faisaient voler près du Crotoy (en baie de Somme, département dont ils sont originaires) un planeur de leur fabrication.

Gaston Caudron (1882-1915).

Gaston Caudron (1882-1915).

Jeunes pilotes, ils s’établirent aussi constructeurs en créant la même année l’association Aéroplanes Caudron Frères qui devint dès l’année suivante la Société des avions Caudron. En 1912, ils réalisent ensuite le tout premier hydravion de l’histoire. Puis mettent au point pour l’armée française des avions de reconnaissance, ouvrent une école de pilotage… Pour Gaston, l’aventure s’arrêtera le 10 décembre 1915 : il trouve la mort ce jour-là – avec un ingénieur et un mécanicien – lors d’un essai à bord d’un Caudron R-4 sur l’aérodrome de Lyon Bron. Son frère René poursuivra l’activité de l’entreprise jusqu’au rachat de celle-ci par Louis Renault en 1933 (René quittera la société en 1939).

Gaston_Caudron_2015La Poste rend hommage à Joseph Augustin Caudron dit Gaston Caudron en émettant un timbre de la série Poste aérienne à son effigie. Son portrait est associé à un avion Caudron R-4, grand bimoteur à fuselage puissamment armé.

Rodolphe Pays

Timbre « Gaston Caudron 1882-1915 », création James’s Prunier, gravure André Lavergne, mise en page Bruno Ghiringhelli, impression mixte, en offset et taille-douce. En vente à partir du 16 juin.

 

 

 

 

 

 

 

 


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 138 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Plus de photos

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 269,687 visites