Archive pour octobre 2012

Philapostel fête ses soixante ans au musée de La Poste

L’association Philapostel a choisi de célébrer ses soixante ans à l’Adresse Musée de La Poste. Au menu d’anniversaire : exposition de collections de timbres de prestige et de mail art, sortie de collectors, de cartes postales, d’enveloppes souvenirs…

Philapostel fête cette année ses soixante ans. Mais ne manifeste pour autant aucune intention de battre en retraite. Au contraire, l’association multiplie les initiatives, en particulier auprès des jeunes. En s’appuyant notamment sur une communication dont la signature indique l’ouverture d’esprit avec laquelle elle les invite à la rejoindre : « Collectionnez comme vous aimez ». Un slogan qu’ont également fait leur l’ensemble des adhérents de Philapostel, présents dans toutes les régions de France métropolitaine et d’outre-mer. Et qui accompagnera aussi les festivités programmées à l’occasion des soixante ans de l’association.

C’est à l’Adresse Musée de La Poste que celle-ci a choisi de commémorer cet anniversaire. Du 5 au 10 novembre, elle y exposera ses « Coups de cœur » ainsi  que les plus belles pièces du concours de mail art qu’elle a récemment organisé et des collections de prestige de plusieurs de ses adhérents. Des produits philatéliques ont aussi été spécialement créés pour l’événement : un cachet spécial grand format, deux collectors (photo ci-dessus), des cartes postales ainsi que des enveloppes souvenirs. Tous ces produits seront disponibles dans l’espace d’exposition que le musée de La Poste met à la disposition de Philapostel. Un anniversaire auquel tous les philatélistes et tous les visiteurs sont conviés… (RP)

Une association ouverte à tous

Née en 1952, l’association Philapostel s’était alors fixée comme objectif de réunir les agents des PTT passionnés de philatélie. Elle s’est au fil du temps ouverte à tous et compte désormais dans ses rangs un grand nombre d’adhérents n’appartenant ni à France Télécom ni à La Poste. C’est aujourd’hui la plus importante association philatélique de France. Organisée en 25 sections régionales, elle œuvre en vue de faire connaître et de développer la philatélie, les belles oblitérations et les marques postales. L’association s’intéresse également aux cartes postales et téléphoniques, aux vignettes LISA (libre-service d’affranchissement) et aux timbres personnalisés.

« Les soixante ans de Philapostel », du 5 au 10 novembre, à l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème. Pour en savoir plus sur l’association : https://www.philapostel.net/

Le Père Noël et La Poste échangent du courrier depuis 50 ans…

C’est dans deux mois à peine… Le Père Noël est déjà à l’esprit de beaucoup d’enfants. Et dans les courriers qu’ils se préparent à lui adresser… La Poste fête cette année les 50 ans du Secrétariat du Père Noël et un livre de Jean-Pierre Guéno raconte cette extraordinaire saga…

 La houppelande écarlate du Père Noël est déjà en vue. Les fêtes de fin d’année approchant, La Poste s’apprête ainsi à sortir courant novembre un Carnet Père Noël de La Poste. Il faut dire que La Poste et le Père Noël, c’est une histoire qui dure depuis longtemps. Cinquante exactement. C’est en 1962 en effet que l’Administration des postes de l’époque met en place son célèbre Secrétariat chargé de récoler les courriers des enfants à destination du Père Noël. Et aussi de renvoyer aux chères têtes blondes une réponse signée de la main même du vieil homme à la barbe blanche. Une institution née ainsi officiellement au début des années 1960, mais qui prend ses racines déjà quelques années auparavant. Des postiers et postières avaient en effet dès la fin des années 1950 pris l’initiative de faire des réponses aux lettres envoyées au Père Noël qui transitaient chaque année depuis toujours par leur bureau.

Cette longue saga des lettres au Père Noël est aussi racontée dans Cher Père Noël, le nouvel ouvrage de Jean-Pierre Guéno (photo). Edité chez Télémaque le livre comporte près de 300 portraits du Père Noël, des dessins d’enfants, des documents manuscrits  ainsi qu’un florilège de dizaines de lettres au Père Noël. L’auteur viendra signer son ouvrage à l’Adresse Musée de La Poste le 6 décembre. Et une houppelande écarlate pourrait peut-être même être en vue… (RP)

L’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème

Au-delà du Street art : J – 30 pour Banksy, Invader, Miss. Tic, Shepard Fayrey…

L’exposition Au-delà du Street art démarre fin novembre. Elle réunira à l’Adresse Musée de La Poste les oeuvres de plus d’une dizaine d’artistes de renommée internationale.

On en parle depuis déjà plusieurs mois. Encore quelques semaines et – enfin – on les verra.  La grande galerie du musée de La Poste s’apprête en effet à accueillir plus de 70 oeuvres de street art, dont plusieurs conçues spécialement pour l’événement. Toutes ont été réalisées par des artistes français et internationaux aujourd’hui reconnus dans le monde entier. Banksy, à l’identité toujours soigneusement incertaine, créateur révolutionnaire et désormais légende du street art. C 215, parfois décrit comme le Banksy français, portraitiste incomparable des laissés pour compte. Et Dran, remarqué et soutenu par Banksy, provocandeur mêlant vision critique et naïveté. Et puis Invader, mosaïste semant partout ses graphismes inspirés de jeux vidéos. Et aussi L’Atlas, calligraphe de génie, souvent adepte du noir et blanc. Et encore Ludo, qui réintègre la nature – papillons, insectes… – dans la ville. Et bien sûr Miss. Tic, qui associe humour, poésie et féminisme. Sans oublier Rero, nourri des situationnistes des années 1950, utilisateur du caractère « Verdana », barrant ses propos. Shepard Fairey également, influencé par Andy Warhol et Diego Rivera, qui dénonce souvent les manipulations médiatiques et la pub. Et Swoon, parfois proche des univers psychédélique et pop art. Et enfin Vhils, et ses portraits, ses fresques inoubliables… C’est dans un mois, c’est à l’Adresse Musée de La Poste. (RP)

« Au-delà du Street art », du 28 novembre au 30 mars, galerie du Messager, l’Adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15ème

Gabriela Morawetz pose un autre regard sur le Palais Idéal du Facteur Cheval

L’accrochage de l’Adresse Musée de La Poste consacré en ce moment au Facteur Cheval met notamment en lumière des photos de la plasticienne Gabriela Morawetz. Une autre manière de regarder le Palais Idéal du fantasque facteur de la Drôme…

A l’occasion du centième anniversaire de l’achèvement du Palais Idéal érigé par le Facteur Cheval, le musée de La Poste propose actuellement une présentation qui associe regards passé et présent. Plusieurs dessins de l’édifice – dont le seul original réalisé de la main même de Ferdinand Cheval – et des photos d’époque sont ainsi exposés jusqu’en février. Et à leur côté, des photos contemporaines de la plasticienne Gabriela Morawetz. En particulier une quinzaine de clichés noir et blanc reproduits sur de hauts écrans de voile translucide (photo). L’artiste y rend hommage au palais et à son bâtisseur en recréant un univers onirique autour de l’œuvre. Des détails de la bâtisse agrandis à l’infini, des branchages surgis de ses alentours, des hommes et des femmes comme issus des mythologies qui l’ont inspirée… Des photos petit format complètent l’accrochage. Elles montrent d’autres détails du palais, des reflets de son environnement renvoyés par des sphères métalliques…

Née en Pologne, Gabriela Morawetz a d’abord étudié la gravure, la peinture et la sculpture à l’Académie des Beaux-Arts de Cracovie. Et pratiqué parallèlement la photographie. Après avoir vécu au Venezuela de 1975 à 1983, elle s’installe à Paris et choisit dans les années qui suivent de se consacrer presque exclusivement à la photo. Elle a exposé partout dans le monde – Madrid, Chicago, New-York, Varsovie… – et présente régulièrement ses travaux à la galerie parisienne Thessa Hérold. (RP)

« Hommage au Palais Idéal du Facteur Cheval », jusqu’au 9 février, salle 15 de l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.  

Toute l’actualité philatélique de l’Adresse Musée de La Poste dans le nouveau « Culture Timbres »

La nouvelle édition de Culture Timbres est sortie. Avec au menu toute l’actualité philatélique de l’Adresse Musée de La Poste. Aperçu du sommaire.

Elle ouvre ses portes fin novembre et devrait constituer un des beaux événements parisiens de cet hiver. Consacrée au Street art, la nouvelle grande exposition de l’Adresse Musée de La Poste réunit en effet des œuvres de plus d’une dizaine d’artistes français et internationaux – Banksy, C 215, Shepard Fairey, Miss. Tic… – parmi les plus réputés. L’édition d’octobre de Culture Timbres, la publication du musée à destination des philatélistes, évoque cet accrochage exceptionnel et présente également les produits philatéliques créés pour l’occasion : collector, Prêt-à-Poster et Timbre à date.

Culture Timbres rend aussi un image appuyé à la discrète ville de Lunéville. A travers les trois timbres dédiés cette année à la sous-préfecture de Meurthe-et-Moselle (celui  intitulé « Première liaison postale Nancy-Lunéville » émis en juillet et les deux du bloc-feuillet « Orgue de Saint-Jacques de Lunéville émis en novembre).

Egalement au sommaire : la prochaine présentation du cabinet des trésors philatéliques consacrée au peintre Jean Dewasne (et à son timbre Aurora-Set de 1983), les nouvelles salles du musée vouées à « L’art et le timbre » et « L’art et La Poste », des Paroles de philatélistes, des brèves… (RP)

Culture Timbres est envoyé en ligne à chaque parution à l’ensemble des associations, clubs et professionnels du monde de la philatélie. La publication est également téléchargeable sur le site internet du musée (rubrique « Découverte du musée ») et disponible en version papier au musée.  


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 178 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 327 568 visites