Archives de juillet 2012

Frantisek Kupka aux côtés de Gleizes et Metzinger

Frantisek Kupka est l’un des peintres dont des œuvres figurent auprès de celles d’Albert Gleizes et de Jean Metzinger au sein de l’exposition de l’Adresse Musée de La Poste Gleizes-Metzinger. Du cubisme et après. Portrait et parcours d’un artiste majeur du XXe siècle.

Une partie de l’exposition Gleizes-Metzinger. Du cubisme et après est consacrée à plusieurs membres de la Section d’Or, un groupe d’artistes (français, européens, américains… ) auquel appartenaient Allbert Gleizes et Jean Metzinger. Tous se retrouvaient ainsi régulièrement – Duchamp, Léger, Marcoussis, Picabia, Calder… – à Puteaux, à l’ouest de Paris, dans l’atelier du peintre Jean Villon (la Section d’Or est aussi appelée groupe de Puteaux). Pour y travailler, évoquer leur démarche, confronter leurs idées et échanger sur l’art, les sciences, les mathématiques…

Si beaucoup de ces artistes étaient influencés par le cubisme, certains d’entre eux n’adhéraient cependant pas au mouvement. C’est le cas de Frantisek Kupka, un peintre d’origine tchèque venu à Paris à l’âge de 25 ans après avoir étudié à l’Académie des beaux-arts de Prague ainsi qu’à Vienne. A l’écart des modes, des tendances, des coteries, Kupka le restera toute sa vie. Une indépendance jamais mise en défaut. Trois de ses œuvres figurent au sein de l’accrochage de l’Adresse Musée de La Poste (photo). Deux fusains sur papier réalisés en 1912 et une encre sur papier et gouache de 1924. Une couverture du numéro de janvier 1902 de la revue anarchisante L’assiette au beurre dessinée par le peintre est également présentée.

La peinture de Kupka évoluera toute sa vie. Passant d’abord du divisionnisme au fauvisme puis au cubisme, il s’oriente ensuite vers l’abstraction, dont il est considéré comme l’un des pères, avec Kandisky, Mondrian, Delaunay…. Il sera après la seconde mondiale parmi les fondateurs du mouvement Abstraction-Création. Et se tournera plus tard vers le noir et blanc…

Frantisek Kupka meurt à Puteaux en 1957. La commune des Hauts-de-Seine lui rendra hommage en 1992 en baptisant de son nom une tour du quartier de La Défense. La république tchèque n’oubliera pas non plus le jeune peintre étudiant à Prague, en lui consacrant un timbre en 1998 (photo médaillon). Et à l’occasion de l’exposition Gleizes-Metzinger. Du cubisme et après proposée jusqu’en septembre à l’Adresse Musée de La Poste, un des 12 timbres du carnet émis pour l’occasion reproduit une oeuvre de ce peintre majeur du XXe siècle. (RP)

« Gleizes-Metzinger. Du cubisme et après », jusqu’au 22 septembre, galerie du Messager, L’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème. Carnet de 12 timbres « Le cubisme », en vente à la boutique et l’espace Timbres du musée.

Chantiers de collections de l’Adresse Musée de La Poste : des opérations qui vont affecter prochainement l’accès à la bibliothèque et aux objets

A partir du 1er octobre, en raison d’un grand chantier des collections, la bibliothèque et les salles de consultation d’objets et de documents ne pourront plus accueillir de chercheurs.

Des chantiers de collections majeurs sont lancés à l’Adresse Musée de La Poste. Ils concerneront tour à tour l’ensemble des fonds patrimoniaux du musée. Des travaux qui limiteront dès cet automne la consultation de documents et l’observation d’objets sur place. Précisions.

 Le blog évoquait il y a quelques semaines les travaux de conservation préventive concernant tous les poinçons des timbres émis dans les anciennes colonies françaises. Cette opération, qui a permis de vérifier l’état, d’actualiser l’inventaire et de reconditionner 8 000 des 20 000 poinçons que gère l’Adresse Musée de La Poste, n’est pas isolée. Loin de là. Elle a été menée dans le cadre d’un vaste chantier qui affectera à terme toutes les collections du musée. Un travail de titan – le musée possède plus d’un million d’objets – qui mobilise en permanence toutes les équipes du département Patrimoine. Et qui aboutira (après dépoussiérage, récolement, photographie, inventaire, reclassement, reconditionnement… ) à la complète modernisation de l’ensemble des collections patrimoniales de l’Adresse Musée de La Poste. 

Conséquence, notamment pour les chercheurs, historiens et étudiants : dès cet automne, la consultation de documents et l’observation de pièces des collections ne pourront plus se faire sur place. A partir du 1er octobre prochain en effet, le musée ne sera plus en mesure d’accueillir sur rendez-vous les personnes désireuses de travailler à la bibliothèque ou dans les salles aménagées pour consulter les documents et objets extraits des réserves.

La photothèque, quant à elle,  n’est cependant que partiellement concernée par ce chantier. Si les archives photographiques traditionnelles, elles non plus ne seront plus disponibles, les images numérisées continueront en revanche de l’être.

Même si ce chantier va modifier les habitudes des chercheurs fidèles ou occasionnels qui fréquentent l’Adresse Musée de La Poste, le contact avec eux n’est pas pour autant rompu. Toutes les demandes d’information et de précisions seront traitées (voir coordonnées ci-dessous) et les démarches de recherches seront étudiées au cas par cas. Par ailleurs, la bibliothèque historique des postes et télécommunications (bhpt) reste une source d’informations également précieuse vers laquelle les personnes intéressées par l’univers de la poste peuvent aussi se tourner. (RP)

Les demandes d’info et de précisions concernant les collections peuvent être adressées à : collhist.dnmp@laposte.fr. Et celles concernant la philatélie à : collphil.dnmp@laposte.fr. La bibliothèque historique des postes et télécommunications (89 rue Pelleport, Paris 20ème) peut être jointe via son site : http://bhpt.org/

Un uniforme qui raconte l’histoire de la Poste navale

© Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris

Une tenue d’officier de la Poste navale – veste, pantalon, manteau et casquette – vient de faire son entrée dans les collections de l’Adresse Musée de La Poste. Un don d’un « postier marin » qui donne l’occasion de revenir sur le rôle et l’histoire de la Poste navale…

Le tout récent don de Michel Tuffeu – une tenue d’officier de la Poste navale – permet au musée d’enrichir encore sa déjà très belle collection d’uniformes. Né en 1946, Michel Tuffeu est appelé à l’activité aux PTT en 1965 avec le grade de contrôleur. Il débute ainsi sa carrière à Paris, au centre d’enseignement. Dès octobre 1965, il est affecté à la Poste navale, au bureau de Hourtin Naval, en Gironde, en tant que matelot appelé du contingent. Libéré de ses obligations militaires, il intègre ensuite le bureau de poste d’Arnouville-lès-Gonesse, dans le Val d’Oise.

En 1978, Michel Tuffeu est détaché à la Poste aux armées, secteur marine, avec le grade de Premier Maître de la Poste navale. Il est alors affecté au bureau de Paris Naval (dans le 8ème arrondissement de Paris). Après plusieurs promotions en 1979, puis en 1988, il est nommé chef du bureau de Brest Naval. Et en 1997, Michel Tuffeu rejoint l’Etat-major de la marine en tant qu’adjoint au Directeur de la Poste navale. En 2003, il devient responsable du détachement de liaison de la poste interarmées auprès de l’Etat-major de la marine. Le grade et l’uniforme « Marine » sont conservés. Michel Tuffeu fait valoir ses droits à la retraite en 2006. Et fait don tout récemment au musée de La Poste d’un uniforme d’officier de la Poste navale…

La poste navale disposait à la fin des années 1950 et au début des années 1960 de quatre bureaux en métropole : Paris (fermé en 2002), Marseille (fermé en 1971), Toulon (fermé en 2009) et Hourtin (fermé en 2000). « Paris naval », tout particulièrement, est un bureau important qui dessert l’Etat-major et les services de la marine à Paris. Et qui centralise le tri des dépêches en provenance ou à destination des bâtiments en mission en mer. Hormis Hourtin, ces bureaux existent depuis la Seconde Guerre mondiale et sont identifiés par un numéro jusqu’en 1963. A cette date, ils sont transformés en bureaux permanents, avec une identification géographique inscrite dans le timbre à date à la place du numéro. Leur activité est liée à la desserte des bâtiments et au trafic postal entre les ports militaires. D’autres bureaux seront mis en place ultérieurement : Brest ouvre en 1969 (fermé en 2009), Cherbourg en 1979 (fermé en 2008) et Lorient en 1985 (fermé en 2008).

La réforme de « l’interarmisation », qui a lieu en janvier 2003, supprime la spécificité navale. Les bureaux deviennent alors des BPI : Bureaux de la Poste Interarmées. Ils demeurent toujours à vocation « marine », mais fonctionnent comme les autres bureaux à vocation « terre » ou « air ». La mention « naval » est remplacée par « armées » et l’ancre de marine supprimée dans les timbres à date. Tous ces bureaux sont dissous entre juin 2008 et janvier 2009. Mais cet uniforme rappelle la mémoire de ces services et des « postiers marins » qui y étaient intégrés. (PR / MN)

Les collections de l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.

 

 

Soldes : août, ce sera trop tard…

Guère d’espoir désormais de trouver joli vêtement à sa taille et son goût ou belles chaussures à sa pointure et son envie… Les soldes touchent à leur fin, trop tard pour les vraies bonnes affaires, il faut se résoudre à patienter  jusqu’à la campagne suivante de destruction massive des étiquettes. L’an prochain… Exit les vêtements sans doute, mais pas le reste, les objets pratiques, les petits cadeaux utiles, amusants, originaux. Là en effet,,  l’Adresse Musée de La Poste ne manque pas de ressource. Mais attention, la date limite de péremption, ça demeure le 31 juillet. Mardi, donc…

Votre panier ou votre sac standard pour faire les courses ne ressemble vraiment plus à rien, le musée vous suggère des cabas vernis « design ».  Vous revenez de vacances et passer vos photos numériques sur écran ne vous paraît décidément pas très convivial : imprimées sur papier, lesdites photos trouveront leur place dans de beaux albums – des petits et des grands – disponibles à la boutique du musée. Du café ou du thé au retour des soldes, des vacances, de chez le coiffeur, de nulle part… : les mugs de l’Adresse Musée de La Poste, délicatement illustrés par exemple de textes ou du visage de Louis Aragon, attendent vos lèvres. Et pour continuer dans le registre romantique : des poèmes et leurs enveloppes (idéals pour les non rimeurs soucieux de textes ciselés) sont également proposés.

Et aussi des tableaux pense-bête pour oublieux chroniques, des bracelets pas moins pense-bête (incrustés de slogan comme « Je veux des siestes et des cigales »), des sets de table exotiques à souhait, des carnets, des marques-pages… Sans oublier des poupées sorcières – bien faites de leur personne… – tout droit sorties de la récente expo Sorcières, mythes et réalités

Si vous avez fait le tour des pulls qu’on achète pour leur prix et que l’on finit par oublier au fond d’un tiroir ou des chaussures pour lesquelles on s’est un peu vite emballé, les soldes, c’est à l’Adresse Musée de La Poste, c’est une remise de 50% sur tous les articles concernés, c’est jusqu’à mardi prochain, c’est… le moment. (RP)

Les soldes de l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.

« Gleizes-Metzinger. Du cubisme et après »… c’est maintenant

L’exposition Gleizes-Metzinger. Du cubisme et après continue de connaître une belle fréquentation. Proposée jusqu’au 22 septembre, elle est également enrichie de plusieurs animations. Et accompagnée d’un catalogue très apprécié des visiteurs ainsi que d’un carnet de 12 timbres rendant hommage aux peintres cubistes.

Les nombreux visiteurs qui se rendent chaque jour à l’Adresse Musée de La Poste pour voir les toiles de l’exposition Gleizes-Metzinger. Du cubisme et après en apportent une nouvelle fois la preuve : la période estivale reste propice aux visites muséales. La soixantaine de tableaux des deux peintres qui ont théorisé le cubisme avec leur livre Du cubisme ravit ainsi les fidèles du musée autant que les visiteurs occasionnels et les touristes français et étrangers. Et les oeuvres des membres de la Section d’Or, un groupe de peintres acquis à la cause cubiste – Survage, Kupka, Lhote, Herbin… -, également présentes au sein de l’accrochage, ne font qu’accentuer leur intérêt.

L’accrochage est aussi accompagné de belles animations. Une visite guidée est ainsi prévue jeudi 2 août à 19 h. Et une conférence sur le rayonnement du mouvement cubiste sera donnée le jeudi 6 septembre, également à 19 h, par l’historien de l’art et de la littérature Serge Fauchereau. Et pour ceux qui veulent repartir avec l’exposition – et de remarquables textes de commentaires et d’explications -, le catalogue est disponible à la boutique du musée. Tout comme un carnet de 12 timbres reproduisant des oeuvres majeures d’inspiration cubiste. Attention, la fin de l’expo approche… (RP)

« Gleizes-Metzinger. Du cubisme et après », jusqu’au 22 septembre, galerie du Messager, l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.

Info et réservation concernant les animations : 01 42 79 24 24. Catalogue et carnet de timbres disponibles à la boutique et à l’espace Timbres du musée.

C215 dans les murs de l’Adresse Musée de La Poste

L’exposition Au-delà du street art, qui démarrera en novembre à l’Adresse Musée de La Poste, réunira des travaux d’artistes venus du monde entier. Certains d’entre eux ont choisi de réaliser sur place les oeuvres qu’ils présenteront. C’est le cas de C215, qui a passé une partie de la journée au musée à créer une imposante fresque en hommage à la rue.

Après l’artiste portugais Vhils il y a quelques semaines, C215 était aujourd’hui dans les murs de l’Adresse Musée de La Poste. Il est venu y réaliser une oeuvre qui sera présentée à partir de novembre dans le cadre de l’exposition Au-delà du street art. Conçue sur un support de carton alvéolé de grande dimension, elle symbolise la démarche de l’artiste. « J’ai voulu y résumer mes travaux de rue, explique-t-il, parler des recyclages, humains comme économiques, des laissés-pour-compte, des exclus ».

C215 n’en est pas à sa première exposition au sein d’un musée. Il a déjà montré ses oeuvres notamment à Prague, Rome ou encore Moscou. Qu’il travaille pour des institutions culturelles officielles, sur des murs délabrés, des portes où même des boîtes aux lettres (il en a peint une tout récemment), C215 affiche toujours les mêmes préoccupations : les gens démunis, les « petits » métiers, les ouvriers, les immigrés, les fumeurs, les visages qui interrogent… A voir bientôt à l’Adresse Musée de La Poste. (RP) 

Exposition « Au-delà du street art », du 28 novembre 2012 au 30 mars 2013, galerie du Messager, L’adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.

L’édition d’été de « Culture Timbres » est disponible

Le 15ème Culture Timbres est sorti. Dans ce numéro d’été, toute l’actualité de l’Adresse Musée de La Poste et ses – nombreuses – déclinaisons philatéliques : les produits des expos, les émissions de la rentrée, le cabinet des trésors du 3ème trimestre, un billet de Claude Désarménien, le nouveau président de la Fédération française des associations philatéliques…

Le sommaire de l’édition d’été de Culture Timbres en témoigne : l’actualité philatélique de l’Adresse Musée de La Poste fait l’impasse sur les vacances. Et c’est vrai que les sujets ne manquent pas. La publication traite ainsi notamment les produits philatéliques liés aux expositions temporaires ainsi qu’aux collections permanentes : carnet de 12 timbres réalisé dans le cadre de l’accrochage consacré aux peintres cubistes Albert Gleizes et Jean Metzinger ;  collector de 10 timbres reprenant des photos-montages de Plonk & Replonk actuellement disséminées dans les collections ; collector de 4 timbres conçu pour accompagner l’expo Dans les coulisses du film d’animationCulture Timbres évoque également une rentrée philatélique « championne du monde », avec notamment les timbres émis en septembre à l’occasion des prochains championnats du monde de pétanque et de karaté qui se dérouleront cet automne en France.

Autres thèmes abordés : la présentation du 3ème trimestre du cabinet des trésors philatéliques (un hommage à la première liaison postale aérienne, effectuée il y a tout juste 100 ans) ; la conservation préventive de 8 000 poinçons ; la sortie des Nouvelles de l’estampe, seule revue française dédiée à l’estampe et à la gravure. Et la « Parole de philatéliste », donnée à Claude Désarménien, élu récemment à la tête de la Fédération française des associations philatéliques. (RP)

Cette édition de Culture Timbres (ainsi que les précédentes) est téléchargeable sur le site internet de l’Adresse Musée de La Poste (rubrique « Infos pratiques », puis « Vente de timbres »). La publication est également disponible dans sa version papier au musée, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 141 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Plus de photos

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 275,090 visites