Archive for the 'Les Expos' Category

Avis au public et à la population : on se Plonk (et se Replonk) à l’Adresse Musée de La Poste !

Mont-Nigaud, 4303 métres - Image Plonk & Replonk

Ca y est, ça démarre jeudi  : le collectif helvète Plonk & Replonk, qui rôdait depuis un certain temps à l’Adresse Musée de La Poste, est passé à l’action. Dès jeudi, ses membres fondateurs – noms de code Jacques et Hubert –  investissent et revisitent les collections permanentes.

Plonk : Leurs recherches préliminaires ont permis de concevoir et de réaliser des précisions historiques édifiantes qui éclaireront le parcours des visiteurs… On découvrira ainsi au détour des salles des objets et des images inédits. Replonk : dans la salle 9, une série de films drôlement courts imaginée et fabriquée par TwilightZone Productions sera projetée en permanence.

Rereplonk : 4 films, eux-aussi inédits, de 45 secondes sont actuellement diffusés par la chaîne LP Media (retransmise dans le réseau des bureaux de poste). Le N°1 a été mis en ligne il y a quelques minutes sur Facebook et YouTube… A voir absolument. (MM/RP)

Plonk & Replonk, dans les collections permanentes de l’Adresse Musée de La Poste, à partir du 36 janvier, euh, du 26 janvier.

Une page Facebook pour l’exposition « Nicolas Vial, une lecture du monde »

L‘exposition qui se tiendra à l’Adresse Musée de La Poste du 12 septembre au 4 février 2012, rend hommage à l’œuvre essentiellement illustrée de l’artiste Nicolas Vial. Une sélection de dessins originaux (parmi les 5 000 que l’artiste réalise pour la presse depuis le début des années 1980) sera ainsi mise en regard avec les coupures de presse correspondantes des journaux tels que « Le Monde », « Le Journal du Dimanche », « Le Nouvel Observateur », « L’Express », « Connaissance des Arts », ou encore « Télérama » et « Madame Figaro » Mais c’est également l’occasion pour le visiteur de découvrir, pour la première fois, les maquettes originales de timbres-poste de l’artiste créées durant ces dix dernières années. Une page Facebook officielle liée à l’évènement est aujourd’hui créée afin de permettre les échanges entre les visiteurs et les organisateurs de l’exposition. Nous vous invitons à venir partager vos témoignages et vos impressions sur l’événement ainsi que l’œuvre de l’artiste et sa mise en place au sein de l’exposition sur cette Fan Page. Elle vous permettra de connaître d’avantage l’artiste, les œuvres exposées, les coulisses de leur installation, les interviews et animations qui se dérouleront autour de l’événement. (MN)

 © L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste, DR.


Levée des boîtes samedi prochain

Photo R. Pays / © L'Adresse Musée de La Poste, Paris

Elles avaient pris leurs quartiers à l’Adresse Musée de La Poste mi-avril. Et s’apprêtent, leur mission accomplie, à « libérer » les lieux. Ambassadrices de leur village d’origine, Saint-Martin-d’Abbat, elles ont, en effet, parfaitement rempli leur rôle : grâce à elles, des milliers de visiteurs localisent désormais cette petite commune du Loiret. Et beaucoup d’entre eux projettent même de les revoir sur place, dans leur environnement « naturel ».  

Elles ? Les boîtes aux lettres « customisées » depuis une quinzaine d’années par les habitants du village et présentées au musée dans le cadre de l’exposition Facteurs factices. Humour, originalité et ingéniosité forment les marques de fabrique de ces objets usuels devenus oeuvres d’art populaire. Chaque habitant qui a participé au projet y a mis du sien. Au propre comme au figuré. En réalisant l’objet lui-même, et à travers le thème choisi, qui dévoile un peu de la personnalité de son concepteur. L’amoureux de la montagne a reconstitué un paysage alpestre, le mordu de mécanique a utilisé un moteur, l’entrepreneur de travaux a imaginé un chantier, le musicien un accordéon, le breton exilé un phare… A côté de ces boîtes aux lettres (pour la plupart exposées sous forme de photos) figurent également  des vélos de facteurs, là-encore entièrement revisités par les habitants de Saint-Martin-d’Abbat. Ces derniers s’exprimant sur leur démarche et leurs motivations dans un film présenté en fin d’exposition. A voir ou à revoir… mais seulement jusqu’à samedi. (RP)

Facteurs factices, jusqu’au 27 août, salles 13, 14 et 15, L’Adresse Musée de La Poste, Paris.

A découvrir… les créations des futurs talents de la mode !

À découvrir les créations des futurs talents de la mode ! Les étudiants d’Esmod Paris proposent une vraie collection de tailleurs revisités sur des thèmes postaux évocateurs. Voici un échantillon… à voir dans son intégralité à partir du 28 mars en salle 12 des collections permanentes de l’Adresse Musée de La Poste (MAT).
© photos Hervé Dewintre, Esmod Paris, DR.

La Poste vue par… Esmod Paris : à partir du 28 mars !

Du 28 mars au 20 août 2011, en salle 12 des collections permanentes, l’Adresse Musée de La Poste offre carte blanche aux étudiants d’ESMOD Paris. Un parti pris : un Abécédaire de La Poste où chaque lettre évoque un élément du service postal, le tout, raconté par le vêtement emblématique de l’école : le tailleur.

Le tailleur, dans une collection de prêt-à-porter est un élément incontournable, aux multiples styles, mais aussi complexe à élaborer. Le tailleur, dont le nom a été emprunté à la profession, est le fondement de la garde robe moderne depuis la fin du XIXe siècle. Il est devenu au fil du temps une tenue de travail des citadines tel un uniforme mais également un vêtement du quotidien. Emprunté aux hommes pour libérer les femmes, le tailleur est aussi devenu, à l’opposé, le nouveau code d’un certain statut social. Il est à coup sûr, le vêtement le plus ambivalent de l’histoire du costume et de la mode. La fabrication d’un tel vêtement est affaire de spécialiste : cols, manches, pattes, poches sont très codés.

Pourquoi cet Abécédaire, que les étudiants intitulent d’ailleurs « ABCDaire » ? Le but est simple, La Poste transmet des messages et s’appuie sur l’écrit. Vingt-six tailleurs reprenant les 26 lettres de l’alphabet sont réalisés par les étudiants et évoquent de près ou de loin La Poste. La sélection de ces tailleurs, exposée à l’Adresse Musée de La Poste, est mise en scène avec les croquis, photographies et recherches techniques. La scénographie reprend pour décor un atelier de modélisme avec, au centre, la table de travail du modéliste servant de chambre d’écriture pour les visiteurs (MAT).

Facteurs factices… une expo à l’Adresse Musée de La Poste

L’Adresse Musée de La Poste présente  Facteurs factices une exposition d’art populaire : des boites aux lettres imaginées par les habitants de Saint-Martin-d’Abbat (Loiret) ainsi que 30 créations vélocipédiques (dans le cadre du programme des célébrations du 150e anniversaire du vélocipède Michaux, inventeur du pédalier).

L’aventure du célèbre « village au boîtes aux lettres » est originale. En effet….

Il était une fois un village, le village de Saint-Martin-d’Abbat. Entre le Val de Loire et la forêt d’Orléans, ce petit village sans histoire compte à peine 1500 habitants. Alentour tout pousse : blé, orge, maïs, betteraves mais à l’intérieur du bourg, ses habitants cultivent des plantes peu ordinaires… : des boîtes aux lettres originales !
Tout commence en 1996 lorsque Michel Lafeuille, nouveau venu à Saint-Martin-d’Abbat a l’idée de donner au village une identité culturelle. Pourquoi ne pas demander aux Abbatiens de participer à un concours de boîtes aux lettres décorées ces objets si banals par la forme mais dont le rôle est si important dans la vie sociale ? Les habitants de Saint-Martin-d’Abbat se prennent alors au jeu et font preuve d’une surprenante créativité, si bien que d’année en année, le village a vu fleurir de nouvelles espèces. Plus de 200 boîtes aux lettres personnalisées donnent vie et couleurs aux rues du village laissant entrevoir les passions, les métiers ou la personnalité des « AbBALtiens » de tous les âges (intégrant dans cette désignation l’acronyme BAL initiales de « Boîte Aux Lettres »).
Le mouvement est lancé. En effet, les AbBALtiens ont aujourd’hui jeté leur dévolu sur les vélos jaunes des facteurs devenus hors d’usage. Voici les bicyclettes logotypées « La Poste » montés de leurs facteurs factices sortis tout droit de l’imagination des « artistes » de Saint-Martin-d’Abbat et faits des matériaux les plus divers : papier, cartons, caoutchouc, plastique, osier, tôle… des créations d’art populaire qui confinent à l’art brut. Saint-Martin-d’Abbat atteint la consécration postale en 2010 quand un collector de timbres est édité.

L’Adresse Musée de La Poste accueillera à partir du 11 avril 2011 les oeuvres des AbBALtiens dans les salles 13 à 15 des collections permanentes du Musée.

Le Musée fait son cinéma le 10 février : The Plainsman de Cecil B. Demille


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 138 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Plus de photos

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 269,687 visites