Une association de postiers de la région nantaise conserve la mémoire des ambulants, les célèbres « seigneurs » de La Poste


Ambulant lui-même vingt ans durant, de son entrée à La Poste en 1966 à 1986, Jean-Yves Pelon a fondé en 1995, avec son collègue André Gilot, l’association des ambulants postaux de la région nantaise.

Plusieurs associations d’anciens postiers ayant exercé leur activité au sein des ambulants ferroviaires continuent de conserver la mémoire des « seigneurs » de La Poste.

Parmi elles, celle des ambulants de la région nantaise…

« En 1995, quand on a compris que c’était la fin des ambulants postaux ferroviaires, avec mon collègue André Gilot, lui-aussi un ancien du métier, on s’est dit que les wagons, c’était sacré, qu’il fallait garder la mémoire, se souvient Jean-Yves Pelon, alors on a décidé de monter une asso qui raconte un peu nos parcours, le tri du courrier la nuit dans les trains, le travail en équipe, l’ambiance… »

De 1966 à 1973, Jean-Yves Pelon a été affecté sur la ligne des ambulants de Paris à La Rochelle (« c’était près de chez moi, et ce n’était pas trop demandé »).
Et de 1973 à 1986, sur le Nantes à Lyon (St-Germain-des-Fossés).

L’association d’ambulants postaux de la région nantaise était née. Très vite forte de pas mal de postiers originaires de l’ouest de la France qui avaient pour la plupart exercé leur activité sur les lignes de chemin de fer desservant les grosses agglomérations de la région.

Depuis une petite dizaine d’années, Jean-Yves n’était plus ambulant – après deux décennies de bons et loyaux services, il avait raccroché en 1986 pour reprendre une vie de famille plus conventionnelle – mais avait conservé de solides contacts avec ses ex-collègues.

Ainsi qu’avec un certain nombre d’agents de la SNCF qu’il avait eu à l’époque l’occasion de côtoyer.

Des relations intactes qui vont permettre à l’association de se doter de wagons postaux.

« Beaucoup de ces véhicules devenus inutiles étaient alors parqués à Villeneuve-Saint-Georges, dans le sud de la région parisienne, raconte-t-il, on a pu en obtenir deux et les ramener au centre de tri de Nantes, où subsistaient encore les rails et le quai postal. »

Depuis que ses deux wagons postaux ont été vandalisés, c’est par des panneaux que l’association présente désormais l’histoire des « seigneurs » de La Poste.

On est en juin 1996. Et l’arrivée de ces matériels roulants ouvre de belles perspectives.

Les deux fondateurs de l’association – l’un et l’autre toujours postiers, Jean-Yves ne prendra sa retraite qu’en 2002 – continuent de lancer des appels au peuple, d’approcher tous les anciens ambulants de leur connaissance.

Ainsi que d’autres postiers intéressés eux-aussi par le projet.

Beaucoup d’entre eux rejoignent l’association. Et la première assemblée générale se tient en septembre au sein même d’un des deux wagons.

Un panneau présente aussi quelques-uns des wagons postaux utilisés au XIXème siècle.

« C’était vraiment un moment émouvant, le départ d’une belle aventure, se rappelle Jean-Yves Pelon, on a même vu des gars verser quelques larmes à l’ouverture des portes des wagons. »

Panneaux d’informations, objets, documents, outils sont petit à petit installés, formant une exposition permanente. Des visites sont organisées, pour des écoles, des clubs de retraités, des associations de postiers…

Les wagons ouvrent aussi leurs portes lors des journées du patrimoine.

Le conseil général de Loire-Atlantique apporte son soutien, la direction des activités sociales de La Poste aussi…

Au-delà des panneaux, l’association expose également des objets. Ici, un « bureau de travail » de l’ambulant courrier convoyeur (affecté sur les lignes transverses), avec à l’intérieur, cachets, tampons…

Mais au bout de quelques années, les choses se compliquent. La SNCF prévient : les rails accédant au centre de tri devant être retirés, les wagons seront alors condamnés à rester sur place. Et en cas de déplacement du centre de tri, pas d’autre solution que leur destruction.

« On a rebondi à Vertou, au sud-est de Nantes, tout près de la gare, précise Jean-Yves Pelon, on y a acheminé les wagons et on a pu poursuivre nos visites, nos animations. »

L’embellie ne durera que trois ans. Avec la construction des infrastructures du busway de Nantes, il a fallu à nouveau déménager. Toujours à Vertou, mais cette fois dans un lieu un peu à l’écart.

« Ca a marché un temps, mais c’est devenu vite assez compliqué, à cause de dégradations successives et de plus en plus importantes, déplore Jean-Yves, et puis tout a fini par être saccagé, alors on a décidé d’abandonner les wagons – ils ont été ferraillés – et de poursuivre uniquement à travers des expos itinérantes et des présences à diverses manifestations. »

Un déchirement sans doute, mais Jean-Yves n’est pas homme à renoncer. C’est ainsi que lui et ses collègues participent désormais par exemple aux « Quatre Jeudis », une foire aux métiers organisée à Challans, en Vendée, qui se tient à deux reprises durant l’été.

Ils y exposent notamment une série de panneaux qui racontent bien sûr les ambulants, mais aussi La Poste à travers les siècles, les différents moyens de transports utilisés… Et reçoivent à chaque fois un accueil enthousiaste de la part des visiteurs.

« On fait aussi des expos à Nantes, dans différents lieux, à la demande aussi, poursuit Jean-Yves, on est également sur le portal malin, le site culturel de La Poste, et puis on est aidés par la FNARH, la fédération pour la recherche historique de La Poste et de France-Télécom. On continue ainsi d’œuvrer à maintenir la mémoire de ce métier qui a tant compté pour nous. »

Rodolphe Pays

 

Jean-Yves Pelon : « Tout le monde faisait tout »

« Un ambulant, c’est quelqu’un d’assez particulier, d’indépendant, mais qui a l’esprit d’équipe, pour qui la camaraderie n’est pas un vain mot.

Entre ambulants, il n’y avait pas de grade, il y avait de l’entraide, tout le monde faisait tout.

Pour autant, ce n’était pas toujours facile de s’intégrer dans les équipes en place quand on débarquait comme jeune ambulant. Il fallait montrer qu’on adhérait à la communauté.

Le bout de ligne, avant le retour le lendemain, c’était bien aussi. Parfois, on avait des vélos sur place, on allait se balader. On faisait des repas entre nous, avec les gars de la SNCF aussi.

Il arrivait même que l’on voyage dans la cabine du conducteur du train. »

Contact : jean-yves.pelon@orange.fr

 

 

 

 

 

Publicités

0 Responses to “Une association de postiers de la région nantaise conserve la mémoire des ambulants, les célèbres « seigneurs » de La Poste”



  1. Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 165 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 315 954 visites
Publicités

%d blogueurs aiment cette page :