Packet boat : parfois des poisons d’avril


Le 1er avril 1873, l’Atlantic, construit par les chantiers navals Harland et Wolff de Belfast, fait naufrage au large des côtes canadiennes alors qu’il assure la liaison Liverpool-New-York.

Transportant des passagers et du courrier, plusieurs paquebots ont fait naufrage à la fin du XIXème siècle et au début du XXème.

Notamment un premier avril…

Carrying passengers and mail, several ships were shipwrecked in the late nineteenth century and early twentieth.

L’emblème des « Royal Mail Ship », les bateaux-poste britanniques.

Especially a first April…

 Dès le XVIIIème siècle, on les appelait des « packet boat ». Parce que ces bateaux acheminaient colis et lettres entre les îles britanniques et l’Europe continentale, d’une rive à l’autre de l’Atlantique et entre les régions du monde.

Au fil du temps, ils ont aussi embarqué des passagers payants pour rentabiliser le transport. Les packet boat sont alors devenus des… paquebots. Mués en navires de croisière et de migrants, ils n’en demeuraient pas moins – jusqu’à ce que l’aviation prenne le relais – des porteurs de courrier.

Le 23 janvier 1909, le Republic – né dans les mêmes conditions que l’Atlantic et le Naronic – entre en collision près de Gibraltar avec un autre bateau.

Avec la compagnie White Star Line, les britanniques étaient particulièrement présents à la fin du XIXème siècle et au début du XXème sur ce marché des mers. Pas toujours si sécurisé.

Le 1er avril 1873, l’Atlantic, construit par les chantiers navals Harland et Wolff de Belfast, fait naufrage au large des côtes canadiennes alors qu’il assure la liaison Liverpool-New-York. Le bilan est dramatique, plus de 600 personnes périssent dans la catastrophe.

1500 passagers du Titanic trouveront la mort la nuit du 14 au 15 avril 1912.

En février 1893, c’est au tour du Naronic – lui-aussi bâti par Harland et Wolff pour le compte de la White Star – de disparaître au cœur de l’atlantique. Bilan : 74 disparus.

Une quinzaine d’années plus tard, le 23 janvier 1909, le Republic – né dans les mêmes conditions que l’Atlantic et le Naronic – entre en collision près de Gibraltar avec un autre bateau. Grâce au télégraphe sans fil dont il dispose, les secours peuvent rapidement intervenir. Seules 5 victimes sont à déplorer.

Il n’en sera pas de même 3 ans après, avec le terrible naufrage du Titanic (construit à Belfast par Harland et Wolff pour la White Star Line… ). 1500 personnes trouveront la mort cette nuit du 14 au 15 avril 1912…

Un début de mois qui n’a pas toujours été souriant pour les « packet boat »…

Rodolphe Pays

Publicités

0 Responses to “Packet boat : parfois des poisons d’avril”



  1. Laisser un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 164 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 314 511 visites
Publicités

%d blogueurs aiment cette page :