La nouvelle LISA du Musée de La Poste ne se fait plus désirer


Avec sa nouvelle vignette libre-service d’affranchissement, le Musée de La Poste met à l’honneur le vaguemestre, le facteur des armées.

En l’habillant aux couleurs de Saint-Désiré, le patron des distributeurs de courrier.

La nouvelle LISA du Musée de La Poste rend hommage aux vaguemestres de la Guerre 14-18. Elle est est disponible à la boutique du musée.

Un timbre à date accompagne la vente de la nouvelle LISA du musée.

Wagenmeester en néerlandais ou wagenmeister en allemand, le « maître des équipages », sous les anciens régimes l’officier chargé de l’organisation des convois militaire…

Et vaguemestre en français, celui qui au XVIIème siècle, sous l’impulsion de Louvois, le ministre de la Guerre, prend désormais en charge – entre autres tâches – le courrier des soldats.

A la même période, naît à Paris la Petite Poste, qui s’appuie sur des agents employés pour distribuer les lettres aux particuliers, les facteurs. Le début d’une longue histoire qui dure toujours…

D’abord responsable des convois militaires, le vaguemestre est devenu au XVIIème siècle le facteur des soldats.

Deux siècles et demi plus tard, vaguemestres et facteurs, toujours aussi précieux, œuvreront de concert au service des poilus.

Plus personne n’ignore en effet aujourd’hui l’importance capitale que revêtaient les nouvelles transmises entre les familles et les soldats.

La nouvelle vignette libre-service d’affranchissement (LISA) du Musée de La Poste rend hommage à ces valeureux messagers mobilisés durant la Première Guerre Mondiale.

Le visuel de la LISA reproduit une gravure réalisée en 1915 par le dessinateur Gaston Maréchaux, une œuvre acquise pour les collections du musée par la Société des amis du musée de La Poste.

Son visuel reproduit une gravure réalisée en 1915 par le dessinateur Gaston Maréchaux (une œuvre acquise pour les collections du musée par la Société des amis du musée de La Poste).

On y voit un Saint-Désiré – patron des facteurs et des vaguemestres – portant l’uniforme des soldats de 14-18, les bras chargés de lettres, dont certaines s’éparpillent autour de lui. Et sur ses épaules les deux ailes d’Hermès, le messager des Dieux.

Un vaguemestre qui semble entendre l’imprécation que l’on peut lire au-dessus de lui : « Faites qu’il y ait toujours quelque chose pour moi ».

La vignette est disponible à la boutique du Musée de La Poste. Accompagnée à la demande d’un timbre à date. Et une carte postale illustrée du même visuel est également en vente.

A l’approche des commémorations liées au centenaire de l’armistice de 1918, une nouvelle LISA qui devrait intéresser nombre de philatélistes et de passionnés d’histoire.

 Rodolphe Pays

La boutique du Musée de La Poste, 21 avenue du Maine, Paris 15ème. Ouvert du lundi au vendredi de 10 h à 18 h (tél. : 01 53 71 98).

Le graphisme de la LISA a été réalisé par l’illustratrice Geneviève Marot.

 

Publicités

0 Responses to “La nouvelle LISA du Musée de La Poste ne se fait plus désirer”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 158 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 305 462 visites
Publicités

%d blogueurs aiment cette page :