Vexin : après ceux de Van Gogh et Pissarro, les ciels du photographe Olivier Verley


Des tableaux, des timbres, des photos… Le Vexin est un îlot privilégié que beaucoup d’artistes ont célébré.

Olivier Verley poursuit la tradition.

Il expose au musée du Vexin français ses photos glanées depuis des années sur tous les chemins de cette petite région qu’il a faite sienne.

Le ciel du Vexin a toujours inspiré les artistes. Van Gogh en a fait un miroir de ses tourments, Monet y a puisé des lumières interprétées de lui-seul, Pissarro en extrayait sa géniale simplicité…

Ciel du Vexin par Pissarro.

Cézanne, Daubigny aussi. Et bien d’autres après eux, qui ont à leur tour succombé aux charmes de tous les azurs du Vexin.

Comme le peintre et graveur Albert Decaris, créateur d’un très grand nombre de timbres, dont certains témoignent des beautés sans cesse recomposées de ce nord-ouest parisien, à la fois proche de la capitale et déjà si éloigné, si différent d’elle.

Timbre « La vallée de la Seine aux Andelys », dessiné et gravé par Albert Decaris (1954).

Parmi les artistes contemporains, il en est un qui arpente ce Vexin que l’on dit « français » pour le différencier de son homonyme et voisin « normand ».

Et depuis des décennies.

C’est dès l’enfance en effet que le photographe Olivier Verley s’est passionné pour cette petite région d’Ile-de-France, aux villages que l’on croirait parfois d’un autre âge, aux terres encore épargnées, ouvertes.

Olivier Verley sillonne le Vexin depuis l’enfance. Il y a plus de vingt ans qu’il vit et travaille à Auvers-sur-Oise.

Installé depuis plus d’une vingtaine d’années à Auvers-sur-Oise, il ne cesse de découvrir, de redécouvrir, d’accompagner ces paysages.

Et beaucoup, presque surtout, ses ciels. A la manière des photographes de paysages de la fin du XIXe siècle, de celle des peintres paysagistes, de tous ceux qui sont passés là avant lui.

Toujours en noir et blanc, toujours en argentique.

« Environs d’Haravilliers ».

C’est une sorte de rétrospective de ses errances attentives sur toutes les routes et les chemins du Vexin qu’Olivier Verley expose cet hiver.

Une trentaine de photo prises du début des années 1990 jusqu’en 2015.

L’accrochage ne se tient pas à Paris, mais sur place. En plus des photos, on peut donc aussi profiter de tous les ciels du Vexin…

Rodolphe Pays

L’exposition d’Olivier Verley Dans le sens du paysage se déroule jusqu’au 4 mars au musée du Vexin français, à Théméricourt, dans le Val-d’Oise.

Ouvert du mardi au vendredi de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 18 h, et les samedi, dimanche et jours fériés de 14 h à 18 h (Tél. 01 34 48 66 00).

Visite commentée par l’artiste samedi 3 février à 15 h, et séance de dédicace de l’ouvrage Dans le sens du paysage (Editions Liénart, textes de Gabriel Bauret et Olivier Verley).

 

 

Publicités

0 Responses to “Vexin : après ceux de Van Gogh et Pissarro, les ciels du photographe Olivier Verley”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 153 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 303 572 visites
Publicités

%d blogueurs aiment cette page :