Clémence, stagiaire au Musée de La Poste : « Les timbres forment un livre d’images qui dessine le roman national »


Diplômée en histoire et sociologie de l’Ecole normale supérieure de Cachan, Clémence Laurent vient d’effectuer un stage de six mois au Musée de La Poste. Elle a notamment travaillé sur les projets et les maquettes de timbres.

Avant de rejoindre le musée national de la Marine, Clémence Laurent a effectué un stage de six mois au Musée de La Poste.

Un séjour qui lui a permis de compléter sa formation. Retour d’expérience…

« De mon stage, je retiens en particulier à quel point les timbres forment un véritable livre d’images, un livre qui raconte l’histoire des mentalités françaises, qui dessine le roman national ». Clémence Laurent résume ainsi en quelques mots ce qu’elle a appris de la philatélie au cours des six mois qu’elle vient de passer au Musée de La Poste.

Intégrée au printemps dernier à l’équipe en charge de la conservation des collections, elle a notamment travaillé sur les projets, les maquettes de timbres, toutes les pièces qui doivent être répertoriées sur la base de données du musée.

Pour Clémence Laurent, « les timbres renseignent sur le regard que porte à un moment donné la société sur des faits historiques, sur l’évolution des mœurs, sur l’art ».

« Si les thèmes des timbres, leurs titres, leurs traitements, les artistes qui les ont conçus, connus comme Dali ou Cocteau ou non, dévoilent les coulisses de la fabrication des timbres, ajoute-t-elle, ils renseignent aussi sur le regard que porte à un moment donné la société sur des faits historiques, sur l’évolution des mœurs, sur l’art. »

Autant d’informations qui ne pouvaient qu’intéresser la jeune diplômée – en histoire et sociologie – de l’Ecole normale supérieure de Cachan.

« Dans le cadre de mes études, j’avais déjà eu l’occasion de faire des stages dans différentes institutions culturelles, comme le château de Vincennes, le musée d’Orsay ou encore la Villa Médicis, indique-t-elle, ce qui m’a séduite au Musée de La Poste, c’est bien sûr la richesse et la diversité des collections, et comment on les gère quand un musée est fermé, mais c’est aussi la belle entente qui règne entre les équipes. Mon passage ici m’a vraiment permis de compléter ma formation. »

Une formation que Clémence Laurent va pouvoir mettre à profit : elle vient d’intégrer le musée national de la Marine pour travailler sur le contenu scientifique et la mise en espace des collections. Peut-être de futurs timbres de bateaux en perspective…

Rodolphe Pays

 

Publicités

0 Responses to “Clémence, stagiaire au Musée de La Poste : « Les timbres forment un livre d’images qui dessine le roman national »”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 151 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 294,282 visites
Publicités

%d blogueurs aiment cette page :