Gaëlle Rageot-Deshayes, commissaire de l’exposition « Rancillac » aux Sables d’Olonne : « Ce qu’il faisait dans les années 1960 était nouveau, fort, engagé, virulent… »


L’expo « Rancillac » qui se tient actuellement au Musée de l’Abbaye Sainte-Croix, aux Sables d’Olonne, prolonge la rétrospective consacrée à l’artiste que le Musée de La Poste a proposée à Paris au printemps.

Un nouvel accrochage – coproduit par le Musée de La Poste – qui s’attache au travail mené par le peintre dans les années 1960.

Gaëlle Rageot-Deshayes, la commissaire de l’exposition et conservatrice en chef du Musée de l’Abbaye Sainte-Croix, évoque le partenariat mené avec le Musée de La Poste et le parcours de l’artiste.

Bernard Rancillac et Gaëlle Rageot-Deshayes lors du vernissage de l’exposition « Les Années Pop ».

« Avec le Musée de La Poste, nous avions il y a quelques années monté une exposition commune consacrée aux peintres Chaissac et Dubuffet.

L’idée d’une nouvelle collaboration autour de Rancillac m’a aussitôt intéressée, notamment parce que nous avons dans nos collections permanentes des œuvres d’artistes comme Arroyo ou Télémaque, qui eux aussi ont participé à l’aventure de la Figuration narrative.

Mais plutôt que de faire également une rétrospective, nous nous sommes attachés à montrer l’évolution du travail du peintre dans les années 1960.

Y compris en exposant des œuvres moins connues de sa période abstraite ainsi que des dessins – il en a fait beaucoup – aussi fulgurants que ses tableaux.

Les années 1960 pour Rancillac, c’est le début de la célébrité, ce qu’il faisait était nouveau, fort, engagé, virulent.

Les couleurs vives, les sujets populaires s’inscrivent alors dans une nouvelle esthétique, celle du Pop Art… C’est pour cela que l’on a intitulé cette exposition Les Années Pop.

Pop aussi, la scénographie, qui se démarque de la chronologie, joue la rupture, et à laquelle Rancillac a lui-même largement contribué.

D’ailleurs, il dit de cette expo que c’est comme un autoportrait. »

Propos recueillis par Rodolphe Pays

« Les Années Pop », une exposition consacrée à Bernard Rancillac, jusqu’au 24 septembre, Musée de l’Abbaye Sainte-Croix, aux Sables d’Olonne (85).

Un accrochage coproduit par le Musée de l’Abbaye Sainte- Croix et le Musée de La Poste.

En savoir plus : http://www.lemasc.fr/masc/

 

Publicités

0 Responses to “Gaëlle Rageot-Deshayes, commissaire de l’exposition « Rancillac » aux Sables d’Olonne : « Ce qu’il faisait dans les années 1960 était nouveau, fort, engagé, virulent… »”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 147 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 283,728 visites

%d blogueurs aiment cette page :