Archive pour juin 2017



Musée de La Poste : les derniers jours de la rétrospective consacrée au peintre Bernard Rancillac

Encore quelques jours pour visiter l’exposition « Rancillac » proposée par le Musée de La Poste.

Trois mois et demi déjà que la rétrospective consacrée au peintre Bernard Rancillac se tient à Paris au sein de l’espace Niemeyer.

Proposée par le Musée de La Poste, l’exposition a attiré un grand nombre de visiteurs, curieux de voir ou de revoir les œuvres de celui qui fut à l’aube des années 1960 un des initiateurs du mouvement de la figuration narrative.

Un événement remarquable – c’est la première rétrospective dédiée à Bernard Rancillac – qui touche à sa fin. Moins d’une semaine encore en effet pour apprécier la centaine de tableaux et les installations de l’artiste.

L’accrochage permet ainsi de retracer plus de 50 années du travail du peintre. Sa période abstraite, aux couleurs sombres, puis la figuration narrative et toutes les autres approches qu’il a expérimentées.

Et c’est aussi l’occasion de revisiter un demi-siècle d’engagements, de provocation, de regard sur l’émergence de cultures et de modes de vie nouveaux.

Dans la dimension politique de son œuvre (« Très souvent chez moi, l’émotion est de nature politique », a-t-il coutume de dire), Rancillac ne professe pas, il dénonce, il braque les projecteurs sur ce qui dérange.

Ses tableaux sur les émeutes d’Irlande du nord, sa série sur l’activiste allemande Ulrike Meinhof, sur les femmes afghanes en témoignent. Tout comme ses portraits d’artistes, Janis Joplin, Diana Ross, Ike Turner, Giacometti… Ou encore ses installations évoquant la Chine, Bagdad…

Quand l’art et l’histoire contemporaine se rejoignent… Mais plus que quelques jours pour le constater…

Rodolphe Pays

« Rancillac / Rétrospective », jusqu’au 7 juin, une exposition du Musée de La Poste proposée à l’espace Niemeyer, 2 place du Colonel Fabien, Paris 19e.

Ouvert du lundi au vendredi de 11 h à 18 h 30 et les samedi et dimanche de 13 h à 18 h (fermé les jours fériés). Entrée libre.

 

 

 

Publicités

Nicolas Vial a dessiné le timbre du cinquantenaire de la Société Nationale de Sauvetage en Mer

La Société Nationale de Sauvetage en Mer fête ses 50 ans.

La Poste a choisi de marquer cet anniversaire en émettant un timbre dont elle a confié la réalisation au peintre et dessinateur Nicolas Vial.

« Pour illustrer le timbre consacré à ses 50 ans, la Société Nationale de Sauvetage en Mer, la SNSM, souhaitait que l’on fasse appel à un peintre officiel de la Marine, indique Nicolas Vial, c’est ainsi que Phil@poste m’a demandé de m’occuper de cette création. »

Nicolas Vial est peintre officiel de la Marine.

Un choix d’autant plus pertinent que l’artiste est depuis toujours un amoureux de la mer et des bateaux (il les a dessinés et peints à de nombreuses reprises, pour des gravures, des toiles et même déjà des timbres).

« Je connais bien la SNSM, ses bénévoles aguerris, ses sorties par tous les temps, explique Nicolas Vial, j’ai longtemps fait de la voile, les fameux canots vert et orange de l’association, j’en ai vu un peu partout, au port comme en mission. »

A travers le visuel de ce timbre, l’artiste a voulu rendre hommage au courage de ces marins qui interviennent souvent en risquant leur vie pour porter secours à des gens en difficulté, en grand danger.

L’oeuvre originale de Nicolas Vial.

« J’ai travaillé un peu comme un affichiste, avec la volonté de surprendre, en dépeignant une scène plutôt métaphorique, raconte Nicolas Vial, ce bateau juché sur une vague symbolise le péril, la brutalité des éléments à laquelle les gens de la SNSM sont confrontés. »

Un ciel sombre, tourmenté conforte cette impression de menace. Tout comme le blanc de l’écume qui souligne la noirceur des nuages.

Nicolas Vial était en Bretagne le week-end dernier pour participer à des opérations « 1er jour ». Il y a en particulier rencontré des adhérents de la SNSM et des membres d’associations philatéliques.

A cette occasion, Xavier de la Gorce, le président de la SNSM, a déclaré que « dorénavant ce timbre du cinquantenaire serait privilégié pour affranchir tous les envois de l’association ».

Des enveloppes à venir illustrées aux couleurs du courage et de la beauté…

Rodolphe Pays

Timbre « Société Nationale de Sauvetage en Mer, 50ème anniversaire », création Nicolas Vial, mise en page Bruno Ghiringhelli, impression héliogravure.

Disponible à la boutique du Musée de La Poste, 21 avenue du Maine, Paris 15ème, ouvert de 10 h à 18 h du lundi au vendredi (tél. : 01 53 71 98 49).

Un peu d’histoire

La SNSM est née de la fusion en 1967 de deux sociétés créées au XIXe siècle, la Société centrale de sauvetage des naufragés et la Société des hospitaliers sauveteurs bretons.

Ces associations organisaient le principe ancien de solidarité entre gens de mer au profit de toutes les professions maritimes.

La fusion a pris en compte la profonde mutation des activités maritimes depuis l’après-guerre, liée notamment au développement considérable des loisirs nautiques et de la plaisance.

Sept mille bénévoles ont rejoint l’association : 4 400 d’entre eux sont embarqués et se tiennent prêts à intervenir sur ordre des autorités maritimes.

Répartis entre 218 « stations de sauvetage » sur le littoral, y compris outre-mer, ils mettent en œuvre près de 400 embarcations de tous types. A leur côté, 1 300 jeunes « nageurs sauveteurs », formés par la SNSM, sont chaque année mis à la disposition de municipalités pour assurer la sécurité sur les plages.

La SNSM, association, reconnue d’utilité publique en 1970, assure plus de la moitié des opérations de sauvetage en zone littorale.

Soutenue en partie par l’Etat et les collectivités locales, elle fonctionne principalement grâce au soutien de donateurs privés et de mécènes.

(source Phil@poste).

 

 


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 166 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 318 115 visites
Publicités