Disparition d’un postier de cœur, l’historien Pierre Nougaret


Pierre Nougaret, un chercheur, un collecteur d’informations, un collectionneur…

Pierre Nougaret n’était pas postier, mais il faisait partie de la « famille » tellement sa passion pour La Poste était grande.

Il a écrit sur le sujet des dizaines d’ouvrages et d’articles, a collecté un nombre considérable de documents et d’objets postaux.

Il s’est éteint il y a quelques jours. Hommage à un postier de cœur.

C’est un des meilleurs spécialistes de l’histoire de la Poste qui vient de disparaître. Un authentique passionné.

Un homme qui a dépensé sans compter une grande part de son énergie à raconter et expliquer le quotidien et les organisations d’une des plus anciennes institutions publiques du pays.

Lors d’une exposition à la fin des années 1980, de gauche à droite, Pierre Nougaret, Gérard Delage, directeur général de La Poste et Paul Quilès, ministre des Postes et Télécommunications.

Sa vie durant, Pierre Nougaret s’est en effet attaché à réunir un nombre incalculable de détails, d’éclairages, d’éléments de compréhension de l’immense fresque postale, à traquer des bribes, des moments, des témoignages de toutes les aventures – les grandes comme les petites – liées à l’univers du courrier et de ses serviteurs.

Et à partager aussi ses connaissances dans de très nombreux ouvrages et articles publiés.

« Pierre Nougaret, à l’instar de Paul Charbon, autre historien emblématique de la saga postale, a entretenu la flamme qu’avait allumée Eugène Vaillé, le fondateur du musée de La Poste, explique Pascal Roman, conseiller historique du musée, Pierre Nougaret était un chercheur-né, un collectionneur aussi, un infatigable collecteur d’informations. Le musée de La Poste lui doit beaucoup. »

Pourtant, rien ne prédisposait a priori le jeune Pierre, né en 1925 dans le département de l’Hérault, où sa mère exerçait le métier d’institutrice, à se pencher sur l’histoire de la Poste.

L’intérêt qu’il manifeste cependant pour la philosophie et l’histoire sont contrariés par la guerre. Il lui faut trouver un métier.

Après avoir fait du droit et de la comptabilité, il est nommé adjoint d’intendance au lycée d’Aurillac, dans le Cantal. Et commence alors à s’intéresser à la philatélie. Puis à la Poste. Le virus était contracté. Il demeurera indélogeable.

Au fur et à mesure de ses affectations (en Côte d’Or, dans le Jura, la Loire, puis – retour aux sources – l’Hérault, où il deviendra intendant gestionnaire de l’université des Sciences de Montpellier), il poursuivra sa quête postale. Dans toutes les bibliothèques, les archives…

La matière qu’il collectera ainsi au long de plusieurs décennies demeure une source unique et précieuse. Son savoir sur l’histoire de la Poste est tel qu’on lui demandera d’expertiser des collections d’autres musées postaux. Et le premier président de La Poste, Yves Cousquer, en fera même son conseiller historique.

« Pierre Nougaret était un véritable encyclopédiste, un homme de passion, travailleur acharné, passeur de culture, poursuit Pascal Roman, c’était un homme chaleureux, qui aimait les discussions, les échanges, un bon vivant aussi. »

Rodolphe Pays

(photos Archives de la famille Nougaret)

Des ouvrages, des dons, des prêts… : Pierre Nougaret a toujours été très proche du Musée de La Poste

Pierre Nougaret a été membre du conseil d’administration du Musée de La Poste jusqu’en 1993 (alors sous le statut d’établissement public). Il y avait été nommé en tant que personnalité qualifiée.

Il était aussi membre des académies de philatélie française et européenne.

Pierre Nougaret avait publié dès 1954 un ouvrage sur l’histoire de la Poste en Auvergne. Puis en 1960 un autre sur celle de la Poste en Bourgogne.

Il est notamment connu pour sa bibliographie critique de l’histoire postale française, un document en deux tomes d’une richesse exceptionnelle publié en 1970.

En 1984, il a également participé, avec Paul Charbon, à l’ouvrage de référence « Le facteur et ses métamorphoses ».

Le Musée de La Poste a édité en 1993 son ouvrage « Les Sources de l’histoire postale française », deux tomes toujours aussi utilisés par les étudiants et les chercheurs.

Pierre Nougaret a par ailleurs donné au musée l’intégralité de ses documents de recherche.

Il était aussi un prêteur de pièces important (une exposition du musée intitulée « Les guichets de l’enfance », proposée il y a quelques années, réunissait beaucoup d’objets lui appartenant).

De nombreuses pièces des collections de ce chercheur insatiable ont également été achetées par le Musée de La Poste.

Merci pour les informations fournies à François Nougaret, Patrick Marchand, Pascal Rabier et Pascal Roman.

Publicités

0 Responses to “Disparition d’un postier de cœur, l’historien Pierre Nougaret”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 143 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 278,085 visites

%d blogueurs aiment cette page :