Musée de La Poste : le rôle de la commission scientifique d’acquisition


Composée de responsables du musée, de membres de droit (conservateurs du patrimoine… ) et de personnalités qualifiées la commission d’acquisition du Musée de La Poste se réunit au moins une fois par an.

Enrichir ses collections… C’est une préoccupation partagée par la plupart des musées.

Une démarche d’élargissement du patrimoine que le Musée de La Poste entreprend avec l’aval d’une commission d’acquisition.

De même que ses confrères, le Musée de La Poste intègre régulièrement à ses collections des pièces nouvelles. Des acquisitions, opérées de différentes manières (voir information ci-dessous), qui se formalisent selon des règles précises.

 » En tant que musée de France, notre action dans le domaine des acquisitions est déterminée par la convention qui nous lie à l’Etat.  » Agnès Mirambet-Paris, conservatrice des collections du Musée de La Poste.

« En tant que musée de France (1), notre action dans ce domaine est déterminée par la convention qui nous lie à l’Etat, indique Agnès Mirambet-Paris, la conservatrice des collections du musée, et dans ce cadre, c’est une commission spécifique qui valide tous les projets d’acquisitions. »

Composée de responsables du musée, de membres de droit (conservateurs du patrimoine, dont un représente le service des musées de France) et de personnalités qualifiées (président de la société des amis du musée, historien, philatéliste… ), cette commission se réunit au moins une fois par an.

« Avant de les réunir, nous faisons parvenir aux membres des fiches documentées détaillant l’ensemble des objets que nous envisageons d’acquérir, poursuit Agnès Mirambet-Paris, ce qui permet de préparer les échanges, les débats et le vote en commission sur l’opportunité ou non de l’acquisition. »

C’est par un vote que les membres de la commission valident les projets d’acquisition.

Si le musée regarde avec attention tout ce qui est susceptible de rejoindre ses collections, il cible aussi ses recherches.

« Nous cherchons à élargir notre patrimoine, à combler les manques, les lacunes, conclut Agnès Mirambet-Paris, par exemple en matière d’objets ou de documents contemporains, en peintures ou encore en pièces antérieures au XVIIIe siècle. »

Rodolphe Pays

(1) L’appellation « musée de France » est accordée aux musées français acceptant que la gestion de leurs collections soient soumises au contrôle scientifique et technique de l’Etat et que leurs missions scientifiques soient assurées par des professionnels qualifiés. Ces musées s’engagent également à rendre accessibles leurs collections au public le plus large.

 

Les différentes formes d’acquisition

Acquisition… C’est le terme communément employé pour qualifier tout ce qui vient enrichir les collections d’un musée. Derrière ce mot « générique », des modes de transmission et des dispositifs d’appropriation très différents :

. Le don. Il émane d’un particulier, auquel le musée fait simplement signer une convention de don (sans passer devant un notaire).

. La donation. Elle concerne généralement des pièces de valeur et peut être le fait d’un particulier ou d’un institution. Elle est officialisée par un acte notarié.

. Le legs. Il est acté par testament au bénéfice d’un musée ou d’une collectivité locale, par exemples, et ne prend effet qu’au décès du donateur.

. La dation. Un dispositif qui concerne les collections prestigieuses et permet aux héritiers d’un artiste ou d’un collectionneur de régler une partie des frais de succession en donnant un part des biens hérités à une collection publique (les demandes sont étudiées par une commission d’agrément).

. Le versement. Mécanisme interne à La Poste (proche du fonctionnement des services d’archives) : il s’agit de pièces que des services de l’entreprise font parvenir au musée (au gré de déménagements, travaux… ). Un bordereau de versement permet d’enregistrer l’opération.

. L’achat (« acquisition à titre onéreux »). Pièces acquises par le musée dans des salles de ventes, auprès de propriétaires, d’institutions…

. La commande. Le sujet de l’œuvre – un tableau par exemple – est défini après un échange entre le commanditaire et l’artiste.

 

 

 

Publicités

0 Responses to “Musée de La Poste : le rôle de la commission scientifique d’acquisition”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 147 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 283,883 visites

%d blogueurs aiment cette page :