Archive pour juin 2016



Fondation La Poste : 20 de soutien à tous les écrits

LOGO_CMJNLe hasard des dates fait bien les choses. L’Histoire de La Poste et la culture qui y est associée se retrouvent ainsi ce printemps à l’occasion d’un triple anniversaire : l’entreprise fête en effet les 70 ans de son musée et les 20 ans à la fois de sa Fondation et de son Comité pour l’Histoire.

Volet 2 : la Fondation La Poste

André Darrigrand, alors président de La Poste, avait souhaité il y a 20 ans la création du Comité pour l’Histoire de La Poste (CHP). Une initiative destinée à conserver et étudier la mémoire de l’entreprise. Parallèlement, il avait aussi voulu que celle-ci s’investisse davantage encore dans la culture. La Fondation La Poste était née. Avec pour mission d’ouvrir La Poste sur les arts, d’y être plus présente.

Dans un premier temps placée sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation La Poste apportera d’abord son soutien à l’écriture théâtrale et aux textes de chansons. Des pièces de théâtre de jeunes auteurs, sélectionnés par des personnalités comme Yasmina Reza ou Philippe Tesson, seront ainsi primées par la Fondation.

imagesLes nouveaux talents de la chanson française seront eux accompagnés lors de soirées « crochet » – les Cabaret Poste – et récompensés par le Prix Timbre de voix. Artistes alors débutants, Emily Loizeau et San Severino figureront parmi les lauréats de ces concerts organisés régulièrement à Paris et en province (et auxquels les postiers étaient associés).

WEPLER-affiche-7septEn 1998, la Fondation est aussi partie prenante de l’émergence d’un nouveau prix littéraire (distinguant une œuvre innovante, audacieuse… ), dont la notoriété n’a fait que grandir au fil des ans : le Prix Wepler-Fondation La Poste.

« Il a ensuite été décidé au début des années 2000 de se rapprocher aussi dans les actions menées de ce qui symbolise au mieux La Poste, la lettre, expliquent Maryline Girodias et Patricia Huby, les chevilles ouvrières de la Fondation, cela s’est traduit par des appuis au Prix littéraire Sévigné, à des festivals de correspondances comme ceux de Manosque ou de Grignan ou encore au Marathon des mots de Toulouse, et à de nombreuses éditions d’écrits épistolaires. »

Logo_Voix_du_sudLa chanson n’est cependant pas oubliée : l’engagement auprès de l’association Voix du Sud, centre des écritures de la chanson (dont Francis Cabrel est à l’origine) demeure aujourd’hui encore.

Devenue fondation d’entreprise en 2002, la Fondation La Poste développe aussi des actions solidaires : aides à la création d’un journal à l’hôpital, à la maison d’arrêt pour femmes de Rennes, soutien à des accompagnements scolaires pour les enfants de CP dans les départements d’outre-mer… ).

« Et l’an dernier, la Fondation La Poste a aussi créé deux prix littéraires, ajoutent Maryline Girodias et Patricia Huby, le Prix Envoyé par La Poste et en interne le Prix des postiers écrivains. »

Rodolphe Pays

 

LOGO_CMJNLa Fondation aujourd’hui et demain

Si la Fondation La Poste continuera de poursuivre les actions qu’elle mène depuis des années au service de l’expression écrite, elle souhaite aujourd’hui s’attacher plus encore à toutes les initiatives et tous les soutiens qui contribuent à renforcer la connaissance.

Et elle veut également renforcer sa présence auprès des postiers, partager avec eux des initiatives, favoriser les échanges…

Pour mieux accompagner et rendre visibles ses actions, elle lance ce mois de juin un nouveau site internet (fondationlaposte.org).

 

La Fondation en 10 dates

. 1996, lancement des premières actions

. 1998, naissance du Prix Wepler-Fondation La Poste

. 2000, début du soutien à la correspondance

. 2002, devient Fondation d’entreprise

. 2004, démarrage du mécénat en faveur de l’association Zellidja

. 2005, appui au Marathon des mots de Toulouse

. 2006, engagement auprès de l’association Voix du Sud

. 2006, soutien au Prix Sévigné

. 2006/2010, soutien à l’Opéra de Lyon

. 2015, création des prix Envoyé par La Poste et Postiers écrivains

 

Renseignements auprès de Maryline Girodias, au 01 55 44 01 17, ou de Patricia Huby, au 01 55 44 01 07.

Site de la Fondation : http://www.fondationlaposte.org/

 

Publicités

Palissade « Street art  » du Musée de La Poste : Katre passe le témoin à SP 38

Katre au printemps, SP 38 l’été… A tour de rôle, les street artistes investissent la palissade de chantier du Musée de La Poste.

Hier, avec Katre...

Hier, avec Katre…

La palissade qui entoure le chantier de transformation du Musée de La Poste ne manque pas de tenue.

Après les lettres mutantes et enflammées de Katre, embrasant les décombres noir et blanc d’une des salles en rénovation du musée, elle revêt désormais les caractères rouges et longilignes de SP 38, à décrypter, forçant l’attention, souvent chargés en ironie et toujours porteurs de réflexion.

Aujourd'hui avec SP 38.

… aujourd’hui avec SP 38.

Venu de Berlin, « la » ville du street art après la chute du Mur, où il œuvre depuis plus de vingt ans (tous les berlinois connaissent ce français peintre et colleur impénitent d’affiches), SP 38 s’attelle depuis deux jours à la fresque qu’il a conçue pour le musée.

Adeptes des slogans provocateurs – « Vive la bourgeoisie », « Vive la crise », « No Revolution today », « Ayez peur »… -, il fait cette fois un clin d’œil à l’univers de La Poste… Message à découvrir sur place…

Rodolphe Pays

(Photos Thierry Debonnaire)

 

Jérôme Rothen, parrain de La Poste pour l’Euro 2016 : « Je suis attaché au service public »

Carte-RothenCaen, Troyes, Monaco, le PSG, les Glasgow Rangers, Bastia… : Jérôme Rothen a exercé ses talents dans de grands clubs de foot. Et il a aussi été sélectionné en équipe de France.

Sa carrière de joueur achevée, il est devenu consultant pour des chaînes de radio et de télévision.

Il est aussi depuis le début de l’année le parrain de La Poste pour l’Euro 2016. Interview.

 

Vous êtes le parrain de La Poste pour l’Euro 2016. Comment est née cette collaboration ?

imagesJ’ai été contacté l’automne dernier par les personnes de la communication en charge du partenariat de La Poste avec l’Euro 2016. Ils étaient à la recherche de quelqu’un issu du monde du football pour les accompagner dans le cadre de cet événement. Ils voulaient une personne qui soit une sorte d’ambassadeur de l’entreprise autour d’événements liés à la compétition et au partenariat.

On a pas mal échangé, évoqué ce qu’ils attendaient de moi, les valeurs que le sport et La Poste ont en commun, tout ce qui pouvait être envisagé avant et pendant l’Euro. Le courant est bien passé, la démarche m’intéressait, c’était parti pour faire ce bout de chemin ensemble.

 

En quoi consiste ce rôle d’ambassadeur ?

En tournée de facteur...

En tournée de facteur…

C’est d’abord de multiplier les contacts avec les postiers, d’établir une relation avec eux. C’est une dimension de mon rôle qui me plaît énormément.

A travers les rencontres que je fais régulièrement, je découvre aussi des corps de métier que je ne connaissais pas, je me rends compte de beaucoup de choses que l’on ne soupçonne pas de l’extérieur.

Je suis déjà allé un peu partout, à Paris, en province, j’ai aussi retrouvé des villes où j’avais joué, ce qui procurait une émotion forcément un peu particulière pour moi. J’ai participé à des manifestations philatéliques, des tables rondes, des tournées de facteur, on a fait des tournages sur un terrain de foot, toutes sortes d’initiatives…

Et à chaque fois, ça se passe bien, j’ai toujours un retour positif de la part des postiers.

 

Quel regard vous portez sur La Poste aujourd’hui ?

485406Capturedcran20151206125356Bien sûr, un regard neuf. Jusqu’à présent, j’avais surtout été en contact avec des facteurs. Comme j’ai souvent déménagé durant ma carrière de footballeur, j’en ai croisé pas mal. J’ai toujours entretenu de bonnes relations avec eux. Le facteur, c’est important pour tout le monde.

Et puis, je suis attaché au service public, j’ai des parents enseignants, j’ai aussi été nourri par ça. Ma connaissance désormais approfondie de La Poste ne fait que conforter ce sentiment.

La réputation des footballeurs est parfois écornée par les propos ou comportements de certains d’entre eux. Dans vos relations avec les postiers, est-ce que vous vous attachez à renvoyer une image positive des joueurs professionnels ?

Ma carrière de joueur est désormais terminée, mais je reste footballeur dans l’âme. Comme ambassadeur de La Poste, je sais qu’à travers moi, c’est un peu aussi l’image de tous les joueurs qui est regardée.

Je ne joue pas un rôle, je reste moi-même, et j’espère contribuer à une meilleure visibilité de l’univers du football et de ses acteurs, montrer qu’il n’y a pas un archétype de joueur, qu’on peut rester ouverts, abordables, dans la vraie vie…

Dans le cadre de l’Euro 1016, La Poste a émis carnet de timbres sur les beaux gestes du football. Est-ce que vous avez été associé à sa conception ?

1116484-RF-CT-GestesPreferesFootInt_Pub-900x283J’ai travaillé à différentes reprises sur ce projet. J’ai d’abord donné mon avis sur les gestes qui me semblaient devoir être retenus. Et puis, au retour des esquisses réalisées par Tomasz Usyk, le graphiste à qui La Poste a confié la réalisation du carnet, j’ai donné des indications sur la façon dont les gestes étaient traités.

Jérôme Rothen a été associé à la création du carnet de timbres "Beaux gestes du football". Il a notamment travaillé en lien avec le graphiste Tomasz Usyk.

Jérôme Rothen a été associé à la création du carnet de timbres « Beaux gestes du football ». Il a notamment travaillé en lien avec le graphiste Tomasz Usyk (photographié ici à Paris-Philex).

Ca a bien fonctionné, parce que Tomasz est non seulement un artiste, mais c’est aussi un sportif de haut niveau, les positions du corps pendant l’effort, la tension des muscles, tout ça lui est familier. C’était une sorte de collaboration très sympa à faire.

Ces timbres sont pour moi vraiment réussis, ils sont le fruit de tous les échanges menés avec les équipes de la communication de La Poste pour l’Euro et le dessinateur.

 

L’Euro démarre vendredi, l’équipe de France est-elle en mesure de réaliser un beau parcours ?

En dédicace...

En dédicace…

Les récents matches de préparation sont encourageants, même si c’est toujours difficile de se référer à ces rencontres, parce que les joueurs craignent de se blesser, ne sont pas encore dans l’excitation de la compétition.

Offensivement, l’équipe a l’air vraiment bien, en milieu de terrain aussi. Défensivement, il y avait encore quelques réglages à effectuer, ce n’était pas si simple, il y a eu des défections, des forfaits, mais les joueurs titulaires aujourd’hui ont fait des grosses saisons dans leurs clubs respectifs.

Je suis évidemment à fond derrière les Bleus, et j’ai plutôt confiance…

Propos recueillis par Rodolphe Pays

 

Encore plus de beaux gestes…

FB_Retourne_2016Les gestes de football préférés des internautes en 3D, en réalité augmentée avec l’application Moostik : http://uefa-euro2016.laposte.fr/fr/football-vos-10-gestes-preferes-en-realite-augmentee

 

 

Musée, Fondation, Comité pour l’Histoire de La Poste : un triple anniversaire !

Unknown-2Le hasard des dates fait bien les choses. L’Histoire de La Poste et la culture qui y est associée se retrouvent ainsi ce printemps à l’occasion d’un triple anniversaire : l’entreprise fête en effet les 70 ans de son musée et les 20 ans à la fois de sa Fondation et de son Comité pour l’Histoire.

LOGO_CMJNTrois anniversaires qui au final n’en font qu’un, celui de la mémoire et de la connaissance d’une institution séculaire au service de tous, répondant aux attentes des particuliers, des entreprises, des citoyens, des postiers…

Unknown-470 ans de conservation et de présentation aux publics des collections historiques de La Poste, 20 de soutien à toutes les écritures, épistolaire, novatrice, à la chanson contemporaine, 20 ans d’appui à des recherches universitaires et de travaux menés autour de thématiques postales, d’organisation de colloques et de conférences…

110 bougies d’histoire et de culture, non pas à souffler, mais à rallumer et multiplier sans cesse…

Volet 1 : le Musée de La Poste.

A gauche, l'Hôtel de Choiseul-Praslin, où la Musée de La Poste était installé de son ouverture, en 1946, jusqu'en 1973; à droite le siège de La banque Postale (Photo Chaix&Morel).

A gauche, l’Hôtel de Choiseul-Praslin, où le Musée de La Poste était installé de son ouverture, en 1946, jusqu’en 1973 ; à droite le siège de La banque Postale (Photo Chaix&Morel).

Il y 70 ans, au printemps 1946, le Musée de La Poste ouvrait ses portes. De jolies portes, celles de l’Hôtel de Choiseul-Praslin, dans le VIe arrondissement de Paris, acquis par l’Etat en 1886 pour y abriter la Caisse Nationale d’Epargne.

Une inauguration qui s’était fait attendre plus de… 70 ans. C’est en 1864 en effet, dans son journal Le collectionneur de timbres-poste, qu’Arthur Maury, philatéliste influent, émet pour la première fois l’idée de la création d’un musée postal réunissant des collections philatéliques de tous les pays.

Unknown-3Une intention un peu oubliée, qui réapparaît en 1889 à l’occasion de l’exposition universelle de Paris. Arthur Maury, toujours lui, s’appuyant sur la présentation de matériel ferroviaire postal lors de l’événement, relance alors l’idée.

Et propose même que le musée soit installé dans le prestigieux Hôtel des postes de la rue du Louvre…

Les années passent… Au début du XXe siècle, des ministres en charge des postes élaborent des projets… interrompus par la Première Guerre mondiale. Quelques années plus tard, c’est Eugène Vaillé qui reprend le flambeau.

Non sans difficultés, mais au final avec succès. Bibliothécaire du ministère des postes et grand érudit, il conserve nombre de documents postaux et philatéliques et milite activement pour la création d’un « musée postal ». Convaincu, Georges Mandel, le ministre des postes, donne son feu vert en 1936.

Il faudra cependant attendre la fin de la guerre 39-45 pour que le projet se réalise enfin.

Le musée est implanté boulevard de Vaugirard (Paris 15e) depuis 1973.

Le musée est implanté boulevard de Vaugirard (Paris 15e) depuis 1973.

Inauguré le 4 juin 1946, le musée – à la tête duquel Eugène Vaillé officiera jusqu’en 1955 – restera dans ses murs jusqu’en 1973. Devenu trop exigu pour accueillir des collections qui ne cessent de s’enrichir, il déménagera alors boulevard de Vaugirard, dans un bâtiment neuf – où s’élevait auparavant le siège de la Compagnie générale de radiologie – spécialement dédié à l’activité muséale.

Les collections historiques du musée y seront présentées dans une quinzaine de salles, tandis qu’une vaste galerie permet de proposer au public des expositions historiques, d’art ou sociétales. Le musée dispose aussi d’un auditorium, d’une bibliothèque et d’une boutique.

Ne répondant plus aux normes d’accessibilité désormais en vigueur, le Musée de La Poste – tout en maintenant hors les murs l’ensemble de ses activités – est actuellement en rénovation. Il réouvrira ses portes fin 2017/début 2018.

Rodolphe Pays

 

Le Musée de La Poste aujourd’hui et demain

Comme tous les lieux recevant du public, le Musée de La Poste est tenu de se conformer à la loi Handicap de 2005. C’est la raison pour laquelle il a engagé depuis l’an dernier d’importants travaux de transformation.

Pour autant, aucune de ses activités n’a cessé : expositions historiques, d’art, conférences, animations, vente de produit philatéliques et dérivés se déroulent hors les murs. Avant de réintégrer, à l’issue des travaux en cours, un bâtiment moderne, contemporain, au service de tous les publics.

 

Le musée en 10 dates

. 1864, la création d’un musée postal est envisagée

. 1889, l’idée est relancée

. Années1900, des projets sont étudiés

. 1936, le ministre des postes, Georges Mandel, décide la création du musée

. 1946, Installation et inauguration du musée à l’Hôtel de Choiseul-Praslin

. 1947, création de la Société des Amis du Musée de La Poste

. 1955, Eugène Vaillé, à l’origine de sa création, quitte la direction du musée

. 1973 déménagement du musée au 34 boulevard de Vaugirard (Paris XVe)

. 2015, début des travaux de transformation

. Fin 2017/début 2018, réouverture

 

 

 

En savoir plus : http://www.ladressemuseedelaposte.fr/

 

 

Fête des associations d’Aubervilliers : l’atelier de mail art du Musée de La Poste a produit près de 130 lettres multicolores

aub3Comme à chacune de ses éditions, la Fête de la ville et des associations d’Aubervilliers a attiré les foules.

Beaucoup de jeunes visiteurs ont fréquenté le stand de La Poste et son atelier de mail art.

Le Musée de la Poste participait samedi dernier à la Fête de la ville et des associations d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). Il y proposait un atelier de mail art qui a connu un franc succès.

Près de 130 lettres colorées, décorées, customisées ont été réalisées par des enfants. Et expédiées – à leurs copains, copines, parents, à des élus aussi – gracieusement à leurs destinataires… par La Poste.

L’atelier était animé par Noémie Boudet, référente « Champ social » du Musée de La Poste.

Rodolphe Pays

Katre, SP 38 et les autres : la palissade du chantier de rénovation du Musée de La Poste est dans de bonnes mains

Hier, avec Katre...

Hier, avec Katre…

Katre, c’était en avril et mai, SP 38, ce sera une bonne partie de l’été. D’autres street artistes viendront ensuite.

Des œuvres à voir sur la palissade du chantier de transformation du Musée de La Poste.

Aujourd'hui...

Aujourd’hui…

C’était la règle du jeu… Au bout de deux mois, on efface tout et on recommence.

Une formule qui de toute façon ne pouvait guère émouvoir les street artistes, rompus à l’exercice de l’exposition parfois hasardeuse de leurs œuvres : vues par tous, mais soumises à de multiples aléas, intempéries, recouvrement, « emprunt »…

Ces menaces n’affectent cependant pas les fresques que le Musée de La Poste a décidé de faire réaliser sur la palissade qui l’entoure pendant ses travaux de rénovation. Si elles ont vocation à disparaître au bout de deux mois, c’est simplement pour laisser place à la suivante.

SP 38 réalisera d'ici quelques jours la nouvelle fresque de la palissade du Musée de La Poste.

D’ici quelques jours, SP 38 réalisera la nouvelle fresque de la palissade du Musée de La Poste.

Ainsi, c’est Katre, qui avait conçu la première œuvre. Celle-ci vient d’être « effacée ». Et c’est SP 38 qui va d’ici quelques jours assurer la relève. Son travail restera en place une bonne partie de l’été. Un autre artiste prendra alors possession du lieu.

Et ainsi de suite jusqu’à l’approche de la réouverture du musée.

Rodolphe Pays

Le Musée de La Poste à la Fête de la ville et des associations d’Aubervilliers

AUBERATOUS-Flyer-A5-HD-1-212x300La fête début juin à Aubervilliers, c’est désormais une tradition. Respectée cette année encore.

Elle se tient samedi prochain, sous la même bannière que lors des éditions précédentes, celle de la fête de la ville et des associations.

Et le Musée de La Poste, fidèle à l’événement, en sera.

L’édition 2016 de la Fête de la ville et des associations d’Aubervilliers se déroule ce samedi. Elle débutera par deux parades parties d’écoles de la commune. Après s’être retrouvées devant la mairie, elles convergeront ensemble jusqu’au square Stalingrad, lieu d’accueil traditionnel de la fête.

Avant de faire le tour des stands des associations et des services de la ville, les visiteurs pourront se restaurer, à petits prix, dans les différents espaces « saveurs du monde » proposés sur place (apéritif et desserts seront fournis par la commune).

Fidèle à sa mission de promotion de l’art et de l’écrit (une des composantes des actions « champ social » menées par le musée), il proposera tout au long de la journée un atelier ludique de mail art.

Fidèle à sa mission de promotion de l’art et de l’écrit (une des composantes de ses actions « champ social »), le Musée de La Poste proposera tout au long de la journée un atelier ludique de mail art.

Côté animations, il y en aura pour tous les goûts et tous les âges : du sport (escalade, pétanque… ), des ateliers d’écriture, de dessin, de maquillage, de la danse (au sein d’une charmante guinguette), de la citoyenneté (présence de membres des conseils citoyen, des jeunes… ), de la solidarité (tout un village organisé autour de ce thème), de l’économie sociale et solidaire…

Et sur scène, de la musique et des danses en permanence.

Partenaire de la commune depuis maintenant plusieurs années sur des projets liés à la lutte contre l’illettrisme, le Musée de La Poste animera tout au long de l’après-midi un atelier de mail art ouvert à tous.

Belle fête ce samedi à Aubervilliers…

Rodolphe Pays

Auber-Seul-Quadri« Auber à tous« , la Fête de la ville et des associations, samedi 4 juin, de 12 h à 19 h 30, square Stalingrad, Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Contact au Musée de La Poste : Noémie Boudet (01 42 79 23 05 ou noemie.boudet@laposte.fr).

 

 

 

 


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 151 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 301 558 visites
Publicités