« Le Musée de La Poste est le vivier d’une mémoire »


Guéno © Philippe Matsas-Opale-Editions PlonEcrivain et historien, Jean-Pierre Guéno évoque dans un billet son amour de la lettre et de la mémoire.

« Mon grand-père de Bretagne était mousse et terre-neuvas à 12 ans. Mon autre grand-père, bourguignon, était facteur rural dans le département de la Côte d’or. Quand il revenait de ses interminables tournées pédestres hivernales, des stalactites ornaient sa longue moustache. L’un et l’autre étaient les chevaliers servants du vent et des intempéries.

Mon amour de la lettre, je le leur dois. J’ai hérité du bourguignon le goût du pli, de l’objet, de sa transmission. Et le breton me raconta de vive voix les toutes premières « paroles de poilus », dont je devins ensuite le passeur. Le Musée de La Poste, c’est un peu le cœur de son capital.

Un musée n’est pas un royaume de poussière, mais un conservatoire sans lequel toute entreprise riche de son passé sombre dans l’amnésie. Comme son Comité pour l’histoire, le Musée de La Poste est le vivier d’une mémoire : chahutée par une prodigieuse crise de transition, La Poste ne fait que vivre l’aurore d’une formidable synergie, d’une véritable convergence entre le papier et le pixel, entre l’incarné et le virtuel.

Le colportage des temps anciens a cédé la place à la VPC qui a cédé la place au E-commerce. Pour La Poste, qui agrège et réunit les métiers indispensables à cette activité, c’est une aubaine.

Les Japonais ont compris que s’il n’existait pas une entreprise capable de faire converger les métiers du courrier et du colis, du routage et de la messagerie, les métiers du contact, et les métiers de la banque et du paiement, en surfant sur la révolution du digital, il faudrait la réinventer d’urgence.

Le Musée de La Poste est en travaux de rénovation. Comme le Groupe qui l’englobe. Les postiers ont toujours été les acteurs de la cohésion sociale. La mémoire de La Poste ? Le meilleur vaccin contre certaines tendances régressives du 21ème siècle. »

 

Les plus belles lettres d'amour d'Alain-Fournier - 1e couv provLes plus belles lettres d’amour d’Alain-Fournier, un recueil d’écrits de l’auteur du Grand Meaulnes choisis et présentés par Jean-Pierre Guéno (Le Passeur Editeur).

 

 

ParolesdePoilusEgalement réunis par J. P. Guéno, Paroles de Poilus/Lettres et carnets du front 1914-1918 (Librio).

 

Publicités

0 Responses to “« Le Musée de La Poste est le vivier d’une mémoire »”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 148 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 285,194 visites

%d blogueurs aiment cette page :