Rentrée : quand les timbres racontent les hommes et les femmes qui ont écrit l’histoire de l’école


Timbre "Jules Ferry, Centenaire de l'école publique", dessiné par H. Sainson et gravé par C. Guillame.

Timbre « Jules Ferry, Centenaire de l’école publique », dessiné par H. Sainson et gravé par C. Guillame.

Les timbres aussi en témoignent : l’école possède une kyrielle de géniteurs. Aux démarches et aux intentions différentes, mais le plus souvent tout aussi louables. La rentrée donne l’occasion d’évoquer quelques-unes de ces figures tutélaires de l’éducation. Volet 1.

Déjà la rentrée… Et d’abord scolaire. Avec forcément son cortège de nouveautés : mise en place des dernières réformes, organisations revues et corrigées, programmes réajustés, lancement d’expériences innovantes… Des intentions et des changements récurrents qui ne datent pas d’hier, ni même d’avant-hier. L’éducation est ainsi depuis des siècles une préoccupation partagée des politiques, de beaucoup d’institutions, de groupes de pression… Une préoccupation à géométrie variable, évolutive au fil du temps. Anticipatrice, altruiste, ouverte, audacieuse… Mais aussi à l’occasion – pas si rare – intéressée, ciblée, restrictive…

Cent fois sur le métier remettez votre ouvrage, dit l’adage. En matière d’éducation, ce serait plutôt mille fois. D’où une profusion d’initiateurs. Et en effet, les hommes et les femmes à l’origine des évolutions relatives à l’enseignement ne manquent pas. La philatélie – medium dont beaucoup d’enseignants prisent par ailleurs la dimension pédagogique – en témoigne. Sans être exhaustive, loin s’en faut, elle en recense un certain nombre, illustres ou non, qui à travers l’histoire ont œuvré à l’acquisition et la transmission des connaissances.

Timbre "Charlemagne et l'école", dessiné et gravé par L. Boursier.

Timbre « Charlemagne et l’école », dessiné et gravé par L. Boursier.

A commencer, à tout empereur tout honneur, par Charlemagne. Non pas l’inventeur de l’école, comme le proclamait la chanson – les Romains et d’autres avant eux s’y étaient attelés -, mais le « relanceur » des établissements monastiques ou épiscopaux (il en avait même ouvert un au sein de son propre palais). Un timbre émis en avril dernier montre ainsi le souverain auprès d’élèves et de professeurs. Et un autre, sorti en 1966, est illustré d’une scène semblable, où l’on voit le roi des Francs et empereur d’Occident féliciter un jeune écolier.

Timbre "Louis XIV, 1638-1715", dessiné et gravé par P. Gandon.

Timbre « Louis XIV, 1638-1715 », dessiné et gravé par P. Gandon.

En revanche, l’intérêt de Louis XIV pour l’éducation (malgré la série de timbres dont il a fait l’objet) n’a pas été souligné par une émission philatélique. On l’ignore souvent, mais le Roi-Soleil s’est attaché – par ministres interposés – à mieux organiser ce qu’encore récemment on appelait la « petite école ». Il s’agissait alors d’obliger les parents à envoyer leurs progénitures (jusqu’à l’âge de 14 ans) dans des écoles paroissiales. Bien sûr, ces dispositions ne concernaient pas tous les enfants, étaient surtout réservées aux garçons, et ne s’appliquaient que dans les seules grandes villes…

Timbre "Jean-Baptiste de la Salle", dessiné et gravé par P. Gandon.

Timbre « Jean-Baptiste de la Salle », dessiné et gravé par P. Gandon.

A la même époque, l’ecclésiastique Jean-Baptiste de la Salle consacre sa vie à l’éducation des jeunes les plus pauvres, en créant des écoles, en formant des maîtres, en pratiquant de nouvelles méthodes pédagogiques. La Poste lui a rendu hommage à travers un timbre émis en 1951.

Deux autres serviteurs de la cause de l’enseignement ont eux marqué le XVIIIe siècle : Charles-Michel de l’Epée, dit l’abbé de l’Epée, et Valentin Haüy. Des hommes qui ont notamment travaillé afin de permettre à des handicapés de communiquer et de suivre des formations. Le premier est l’un des précurseurs de l’enseignement destiné aux sourds (il a en particulier conçu une méthode d’alphabet à deux mains).

Timbre "Valentin Haûy", dessiné et gravé par J. Piel.

Timbre « Valentin Haüy », dessiné et gravé par J. Piel.

Et le second a fondé à Paris la première école pour aveugles (devenue aujourd’hui l’Institut des jeunes aveugles), en mettant au point des techniques de lecture à l’aide de grosses lettres et de feuilles gaufrées. L’un et l’autre ont été honorés en 1959 par l’émission d’un timbre – en soutien à la Croix-Rouge – à leur effigie.

A la fin du siècle des Lumières, la Révolution Française a elle jeté les bases de ce qui deviendra l’école contemporaine (même si les aléas de l’Histoire les remettront en cause à diverses reprises). Ainsi en 1793, la Convention adopte un texte fondateur : la laïcité et la gratuite de l’enseignement. Et le député Louis-Joseph Charlier fera même voter un amendement la rendant obligatoire (sur lequel justement on reviendra quelque temps plus tard).

odg_colorEt comment oublier Olympe de Gouges, qui à travers sa Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, revendiquait – entre autres exigences – l’égalité pour les femmes au regard de l’éducation. Aucun timbre cependant n’évoque cette fois les acteurs de la Révolution pour leur action en faveur de l’enseignement.

Volet à venir : les fondateurs de l’école des XIXe et XXe siècles…

Rodolphe Pays

 Les fondateurs de l’école en France sont dans le panorama des timbres

Tous les timbres illustrés de personnalités ayant œuvré à l’édification de l’école au cours des siècles sont visibles au sein du panorama des timbres-poste français. Celui-ci est actuellement présenté dans le cadre de l’exposition Mémoires Gravées que le Musée du Général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris-Musée Jean Moulin et le Musée de La Poste proposent ensemble jusqu’au 8 novembre. Le panorama des timbres rassemble les près de 5000 timbres émis en France depuis 1849.

« Mémoires Gravées », Musée du Général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris-Musée Jean Moulin, 23 allée de la 2ème DB, Paris 15ème .

Publicités

0 Responses to “Rentrée : quand les timbres racontent les hommes et les femmes qui ont écrit l’histoire de l’école”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 143 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 278,918 visites

%d blogueurs aiment cette page :