Un livre soutenu par la Fondation La Poste contribue à la renaissance du poète Equatorien Alfredo Gangotena


1397Poète Equatorien ayant beaucoup écrit en France – et en français -, Alfredo Gangotena commence à sortir de l’oubli. Un ouvrage encouragé par la Fondation La Poste rappelle son œuvre et sa notoriété à travers les multiples lettres que lui ont adressées les poètes Français de l’époque.

Un poète de génie… Trop longtemps oublié, parce que ni d’ici, ni de là-bas, chez lui en Equateur. Mais c’est quand même à une sorte de début de réhabilitation à laquelle on assiste aujourd’hui : Alfredo Gangotena (1904-1944) sort enfin un peu de l’oubli. Et l’ouvrage Sous le figuier de Port-Cros, auquel la Fondation La Poste a apporté son soutien, contribue à cette renaissance. Le livre rassemble en effet les innombrables lettres que Gangotena a reçu de poètes Français, de directeurs de revues, de l’intelligentsia parisienne, tous les gens qu’il a côtoyés lors de ses années passées en France…

54768_N_27-10-12-23-16-34Alfredo Gangotena est né à Quito, en Equateur, en 1904. Il arrive en France avec sa famille à l’âge de 16 ans. En 3 ans, il apprendra un français exceptionnel. Et très vite commencera à rédiger des poèmes qui susciteront immédiatement l’enthousiasme et l’admiration de l’ensemble des écrivains Français de l’époque. Jules Supervielle, Max Jacob, Jean Cocteau, Valéry Larbaud, Henri Michaux deviendront ses amis. Beaucoup des courriers qu’ils lui adresseront figurent au sein de l’ouvrage.

A la fin des années 1920, Alfredo Gangotena retournera en Equateur, reviendra en France au moment du Front populaire et s’éteindra dans son pays à l’âge de 40 ans. Lyrisme, attachement à sa terre, spiritualité, fragilité, exubérance, violence intérieure marquent son écriture… à redécouvrir.

Rodolphe Pays

35701_I_sous_le_figuier« Sous le figuier de Port-Cros, lettres à Gangotena » (Henri Michaux, Jules Supervielle, Pierre Morhange, Max Jacob, Marie Lalou… ), édition établie par Mireille de Lassus et Georges Sebbag, aux Nouvelles Editions Jean-Michel Place, 270 pages, 14 €. Un livre soutenu par la Fondation La Poste.

En vente à la boutique du Musée de La Poste, 21 avenue du Maine, Paris 15ème (tél. : 01 53 71 98 49).

 

Des voix sans nombre

Echos vieillis des nébuleuses

Echos diaphanes dans les rivières et les torrents

Des voix sans nombre allaient mourir, allaient se pendre

Dans les sables arides d’autrefois.

A. Gangotena

 

Publicités

0 Responses to “Un livre soutenu par la Fondation La Poste contribue à la renaissance du poète Equatorien Alfredo Gangotena”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 143 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 281,806 visites

%d blogueurs aiment cette page :