Chantier de collection : le musée de La Poste passe à table


DSCN8658Les chantiers de collection se succèdent au musée de La Poste. Après ceux des pièces de petit format et des poinçons philatéliques, celui du mobilier fait aujourd’hui l’objet de toutes les attentions des équipes du musée.

 Consacré au mobilier, un nouveau chantier de collection s’est ouvert au musée de La Poste. Bureaux, fauteuils, cabines téléphoniques, banques de guichets, éléments de décoration… , plus de 400 meubles – la plupart utilisés en bureaux de poste et centres de tri aux 19 et 20ème siècles – sont désormais en passe de retrouver leur lustre d’origine. « Depuis deux ans, nous préparions cette opération, explique Patrick Moreau, chargé de conservation responsable du projet, d’abord en inventoriant sur informatique chacun de ces objets et puis en préparant les conditions de leur rangement. »

DSCN8724DSCN8417Des racks spécialement conçus pour accueillir les meubles ont ainsi été installés en début d’année au sein des réserves du musée localisées au sud de Paris. Ils permettront de recevoir sur 3 niveaux – par famille d’objets et chronologiquement – l’ensemble du fonds. « Nous utilisons aussi des palettes adaptées, non ajourées sur leur dessus et dotées de ridelles, sur lesquelles nous disposons les meubles au fur et à mesure de leur traitement, poursuit Patrick Moreau, il n’y a plus ensuite qu’à faire glisser ces palettes sur les étagères des racks. »

DSCN8408En cours jusqu’à la fin de l’année, le chantier de collection – assuré par les équipes du patrimoine et de la logistique du musée – bat son plein. Chaque objet est d’abord dépoussiéré. En deux temps : gros œuvre, puis finition dans les recoins et interstices. Et, pour les pièces en bois (qui représentent 70 % du fonds), passage obligé à la popote des antiquaires, « l’éponge magique » des professionnels qui rénove toutes les essences, redonne éclat aux vernis, élimine les traces de doigts… Pour celles en métal ou en matières plastique ou synthétique, même régime, mais avec les produits appropriés.

Une prise de vue à l’issue de ces différentes interventions parachève le travail. Il ne reste plus alors qu’à positionner l’objet sur sa palette puis son étagère, et à placer à immédiate proximité sa « fiche d’identité », son numéro d’inventaire et sa photo. « Des soins et précautions qui permettront, après la rénovation du musée, de présenter dans les meilleures conditions certains de ces objets dans les nouvelles salles de collection ou encore d’effectuer des prêts à d’autres institutions culturelles », conclut Patrick Moreau.

Rodolphe Pays

Photos Anne-Cécile Célimon

 

 

 

 

 

 

Publicités

0 Responses to “Chantier de collection : le musée de La Poste passe à table”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 142 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 281,662 visites

%d blogueurs aiment cette page :