Invader présentait hier un film dans l’Espace… Cardin


invadercardinInvader était à Paris  hier soir pour la présentation d’un film qu’il a réalisé en Floride. Un court métrage qui raconte avec humour le périple d’une mosaïque dans la stratosphère.

Il faut d’abord approcher son travail. Simplement une fois. Et l’apprécier, être intrigué, ou amusé. Après, c’est facile, on le voit presque tout le temps. Sur les boulevards périphériques, aux frontons des bâtiments extérieurs d’une même ligne de métro, sous un pont, à l’angle d’une rue, sur un coin de façade… Invader est partout. Depuis quinze ans, il étend son territoire, c’est sa démarche, sa vocation. A Paris, Londres, New York, Istanbul, Hong-Kong…

L’hiver dernier, en compagnie d’une dizaine d’autres street artistes, il était au Musée de La Poste. Hier soir, il présentait à l’Espace Cardin Art4Space, un film sur une performance réalisée l’an dernier en Floride. Un retour aux sources en quelque sorte. Ses petites mosaïques, les « Space invaders », inspirées du jeu vidéo japonais de la fin des années 1970, s’implantent partout sur la terre. Mais elles ne s’étaient jamais rendues dans l’espace. Le film raconte comment elles y sont parvenues. Invité à la Foire international d’art contemporain de Miami, Invader décide d’expédier une de ses oeuvres dans la stratosphère. « J’y pensais depuis longtemps, explique-t-il – le visage comme toujours masqué – sur la scène de l’Espace Cardin, maintenant, ça y est, j’ai des images d’un Space Invader avec la Terre en toile de fond . »

Il se renseigne sur internet, achète le matériel nécessaire, l’expédie aux Etats-Unis. Il dispose ainsi une de ses mosaïques dans un boîtier équipé d’une caméra et d’un GPS. Le tout surmonté d’un parachute (pour la future descente) et d’un ballon gonflé à l’hélium. Invader et son complice Jetag, vêtus de combinaisons blanches type NASA, font décoller leur navette très spéciale sous les yeux incrédules de rares ouvriers agricoles. Et ça marche – non sans quelques difficultés -, l’engin en près de 4 heures atteindra l’altitude de 35 km avant que le ballon n’explose et que la mosaïque, freinée par le parachute, ne retombe à une centaine de km de son point de départ… au milieu d’un marécage où glissent quelques serpents et rampent quelques alligators. « Je la garde précieusement, et je l’exposerai », a promis Invader. (RP)

L’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. 01 42 79 24 24.

 

Publicités

0 Responses to “Invader présentait hier un film dans l’Espace… Cardin”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 143 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 279,058 visites

%d blogueurs aiment cette page :