Archive pour septembre 2013



Chaissac-Dubuffet, Antoine Chereau : deux expos à voir dans les 10 jours au Musée de La Poste

exposfinalesCe n’est pas ce samedi, mais le suivant, que les deux expositions temporaires actuelles du Musée de La Poste – Chaissac-Dubuffet et La Poste vue par Antoine Chereau – fermeront leurs portes. Autrement dit, plus que 10 jours pour les voir ou les revoir.

Jusqu’au 28 septembre, dans la galerie du Messager du Musée de La Poste, Gaston Chaissac et Jean Dubuffet accueillent les visiteurs à travers 170 de leurs œuvres, tableaux, sculptures et objets peints. Et en fil rouge de l’accrochage, des extraits de l’abondante correspondance qu’ont entretenue les deux hommes pendant vingt ans sont également proposés aux visiteurs. L’originalité de l’exposition réside dans cette association d’œuvres picturales et écrites, qui révèle le talent d’écrivains des deux artistes. Une sélection de lettres, souvent dactylographiées pour Jean Dubuffet et manuscrites pour Gaston Chaissac, figure ainsi dans plusieurs vitrines de l’exposition. Des écouteurs à la disposition du public permettent aussi d’avoir accès à des lectures enregistrées d’un certain nombre de ces courriers.

L’exposition réunissant 70 dessins réalisés par Antoine Chereau pour le site intranet de La Poste (sur les thèmes des vacances, du développement durable, du rallye des Gazelles… ) ferme également ses portes le 28 septembre. D’autres œuvres du dessinateur – décapantes – sont aussi visibles sur écran. Et un film raconte les étapes de conception de ces dessins. Antoine Chereau, c’est de la bonne humeur, c’est toujours bien vu, ça cogne « gentiment » où ça fait mal… Mais plus que 10 jours pour en profiter. Tout comme Chaissac et Dubuffet. Bonne visite. (RP)

« Chaissac-Dubuffet, entre plume et pinceau », galerie du Messager, et « La Poste vue par Antoine Chereau », salle 15 des collections permanentes, jusqu’au 28 septembre, L’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. 01 42 79 24 24.

 

Publicités

Un record : le Musée de La Poste a accueilli aujourd’hui son 150 000ème visiteur de l’année

Pour sa première visite au Musée de La Poste - elle était venue y voir l'expo "Chaissac-Dubuffet" - Anne-Marie Bonnier n'est pas repartie les mains vides.

Pour sa première visite au Musée de La Poste – elle était venue y voir l’expo « Chaissac-Dubuffet » – Anne-Marie Bonnier n’est pas repartie les mains vides.

Le 150 000ème visiteur de l’année a franchi ce matin les portes du Musée de La Poste. Jamais le musée n’avait atteint de pareils chiffres de fréquentation.

C’est toujours un exercice délicat que d’afficher sa satisfaction. Mais s’il s’agit davantage d’apprécier une démarche partagée par ceux vers qui elle est effectuée que de simplement célébrer ses mérites de l’avoir engagée, c’est sans doute plus recevable. Alors, disons le tout net : le Musée de La Poste a accueilli aujourd’hui en fin de matinée son 150 000ème visiteur de l’année – une fréquentation jamais atteinte -… et ne boude pas son plaisir. Parce que l’expo « Street art » de cet hiver a rencontré son – vaste – public, et beaucoup de jeunes en particulier. Parce que celle qui s’achève dans quelques jours (le 28), consacrée aux peintres et écrivains Gaston Chaissac et Jean Dubuffet, a elle aussi attiré beaucoup de visiteurs.

Parce que sa « petite » sœur, qui présente une soixantaine de dessins de presse d’Antoine Chereau – et qui ferme ses portes également le 28 -, a ravi les amateurs du genre.  Parce que les collections du Musée de La Poste ont continué de susciter l’intérêt de passionnés d’histoire, mais aussi de familles, d’élèves, d’étudiants… Parce que toutes les animations proposées (celles mises en place la fin de semaine dernière à l’occasion des Journées européennes de patrimoine en témoignent) ont fréquemment reçu l‘approbation de ceux à qui elles s’adressaient. Parce que Plonk & Replonk dans les salles, parce qu’une boutique adaptée aux attentes, parce que……

Le 150 000ème visiteur de l’année est une visiteuse. Venue d’Aix-en Provence pour voir les œuvres de Chaissac et Dubuffet. « J’ai lu dans Le Monde en juillet un article sur cette exposition, explique Anne-Marie Bonnier, professeur de lettres classiques désormais en retraite, et à l’occasion d’un séjour à Paris je m’étais promis de la visiter. » Une première au Musée de la Poste pour Anne-Marie, qui ne connaissait le musée que de nom. « J’aime beaucoup Dubuffet et je connaissais moins Chaissac, raconte-t-elle, et j’ai beaucoup apprécié leur travail et le lien qui est fait entre eux deux. »

Amatrice d’art, Anne-Marie fréquente régulièrement les musées et galeries du sud de la France et d’ailleurs. Et elle regrette parfois le manque de relais autour de certains événements. « Je trouve qu’il n’y a pas assez d’information par exemple pour l’expo Les Papesses qui se déroule jusqu’au 11 novembre à Avignon, regrette t-elle, elle réunit pourtant des œuvres de cinq sculptrices essentielles de l’art moderne et contemporain, Camille Claudel, Louise Bourgeois, Kiki Smith, Jana Sterbak et Berlinde De Bruyckere ». Message passé. Saluée par Mauricette Feuillas, la directrice du musée, Anne-Marie est repartie vers le sud, une besace aux couleurs du musée à l’épaule, garnie du catalogue de l’expo et de la BD racontant l’histoire de la Poste récemment éditée. Satisfaite. Elle aussi. (RP)

L’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. 01 42 79 24 24.

 

Le Musée de La Poste fête avec Vélizy-Villacoublay et Pauillac le centenaire de la 1ère liaison postale aérienne

100 ANS2Centenaire de la première liaison postale aérienne sur une longue distance : La Poste et le Musée de La Poste sont partenaires des manifestations qui vont se dérouler jusqu’à dimanche à Vélizy-Villacoublay et Pauillac.  

Depuis plus d’un an, les villes de Vélizy-Villacoublay, dans les Yvelines, et Pauillac, en Gironde, sont l’une et l’autre mobilisées autour d’un projet commun, le centenaire de la première liaison postale aérienne sur une longue distance. Cet anniversaire se déroulera dans les deux communes en fin de semaine. Différentes manifestations et festivités, auxquelles La Poste et le Musée de La Poste sont associés, marqueront ainsi l’événement.

Après des tests sur de courtes liaisons en 1911 et 1912, c’est le 15 octobre 1913 que l’aventure du transport du courrier par la voie des airs prend forme. Ce jour-là, le lieutenant Emmanuel Ronin, aux commandes d’un Morane-Saulnier, transportera près de 11 kg de courrier émis en région parisienne à destination des Antilles. Il décolle de l’aérodrome de Villacoublay pour rejoindre celui de Pauillac, soit presque 600 km en un peu moins de 7 heures (avec une escale pour réparation à Vendôme et une autre prévue dès le départ à Poitiers). Les sacs de courrier seront ensuite transférés sur le paquebot transatlantique « Le Pérou ». Le transport postal par avion était né, et l’aventure ne faisait que commencer…

Reconstitution du vol, meeting aérien (à Pauillac), expositions, animations, rencontres… : la fête sera belle. Elle démarrera en milieu de semaine et se déroulera jusqu’à dimanche. A Vélizy-Villacoublay comme Pauillac, une exposition conçue par le Musée de La Poste sur l’aventure de la Poste aérienne se tiendra tout au long de la manifestation. Et des images d’archives fournies par le musée seront également projetées. Deux conférences données par des historiens de La Poste et du Musée de La Poste sont aussi au programme. Rendez-vous cette fin de semaine dans les Yvelines ou/et en Gironde… (RP)

Conférence « Quand l’Aéropostale s’éveille », par Laurent Albaret, jeudi 20 septembre à 19 h, Centre Maurice Ravel, 25 rue Louis Bréguet, Vélizy-Villacoublay (entrée libre). Pour savoir plus : http://velizy.philatelie.pagesperso-orange.fr/expositionCPV13VVP.htm

Conférence « L’aventure de la Poste aérienne », par Pascal Roman, vendredi 21 septembre à 19 h, Maison du tourisme et du vin, La Verrerie, Pauillac l’Adresse (entrée libre). Pour en savoir plus : http://www.pauillac-medoc.com/tourisme/culture-loisirs/animations/644-centenaire-de-la-poste-aerienne/885-op031aqu033000if.html

Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. 01 42 24 24.  

Musée de La Poste : Les Journées du patrimoine et leurs visiteurs se jouent de la pluie

patr6Les Journées européennes du patrimoine continuent d’attirer beaucoup de monde. Plusieurs centaines de personnes sont déjà venues au Musée de La Poste ce matin. Pour visiter les collections, les expositions et profiter des animations. C’est jusqu’à demain soir et l’entrée est libre.

Pluies fréquentes sur Paris ce matin…  Un vilain petit crachin pré-automnale qui ne décourage visiblement pas grand monde à profiter des Journées européennes du patrimoine qui se déroulent toute cette fin de semaine. Dès avant 10 heures, de longues files d’attente se formaient déjà un partout dans la capitale et ses faubourgs. Au Musée de La Poste, bon pied bon œil, les équipes étaient prêtes à accueillir les visiteurs venus voir les collections, les expos consacrées à Chaissac et Dubuffet et au dessinateur Antoine Chereau et les animations programmées.

A 13 h, premier bilan : joli succès pour les visites en costumes des collections (photo en haut à droite des deux animatrices/pilotes de l’Aéropostale) ; dernières répétitions pour l’ensemble Artéfices, qui joue à 15 h à l’auditorium du musée (photo en haut à gauche) ; Chaissac-Dubuffet continue d’attirer beaucoup de monde dans la galerie du Messager (en bas à gauche) ; Histoires de timbres, les films de 2 minutes associant un timbre et le contexte de sa création  – une production toute récente du musée – projetés dans la salle 9 des collections intéressent beaucoup de monde (en bas à droite) …

Côté visiteurs, des parisiens, des provinciaux, des belges, des anglais, des sud-américains, des jeunes, des anciens… Les Journées du patrimoine, ça continue cet après-midi et demain au Musée de La Poste. Et en plus, c’est gratuit. Bonne visite… (RP)

Les « Journées européennes du Patrimoine », à l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. 01 42 24 24. Tout le programme des Journées sur http://www.laposte.fr/adressemusee/mon-musee/actualites

 

Cédric Hervan, dessinateur de la BD La Poste… Une histoire extraordinaire : « Avec l’auteur, on faisait des lectures chirurgicales des dessins »

cedrichervanokLa bande dessinée La Poste… Une histoire extraordinaire est sortie il y a quelques jours. Après Jean-Marie Cuzin, le scénariste, hier, c’est Cédric Hervan, le dessinateur, qui raconte aujourd’hui ses 10 mois consacrés à l’album.

« Quand on m’a proposé de dessiner cette BD, j’étais au départ un peu dubitatif. J’avais beau aimer depuis longtemps l’Aéropostale, je me disais, la Poste, ça sera peut-être rébarbatif. Mais non, la Poste, ce sont des aventures, toutes sortes d’univers intéressants, avec par exemple les boules de Moulins, les montgolfières, les chevaucheurs, les paquebots-poste… Comme je ne connaissais pas grand-chose à La Poste, je suis d’abord venu au musée pour essayer de tout voir, de comprendre, j’ai consulté plein de documents. C’était nécessaire, Patrick Marchand, qui a écrit l’histoire et qui est aussi un des historiens du musée, a tout au long du projet été attentif à tout.

Puis j’ai commencé à travailler, à réaliser les premières planches. Avec des contacts permanents avec l’auteur et Jean-Marie Cuzin, le scénariste. Avec Patrick, on faisait ensemble ce qu’il appelait des lectures chirurgicales des dessins. D’où pas mal de retouches. Sur la poste aux chevaux notamment, dont Patrick et Jean-Marie sont de redoutables spécialistes. Ils ont été très exigeants, on peut même dire un peu pointilleux. En particulier sur les chevaux eux-mêmes. Patrick me disait, non là, ce type de cheval était toujours placé à droite de l’attelage, tu ne peux pas le positionner ici.

Tandis que Jean-Marie renchérissait en indiquant que là, sur le flanc, vu la posture du cheval, ses muscles doivent apparaître de telle manière. Par ailleurs, et toujours avec le même souci de fidélité au sujet, avec Véronique Gourdin, la coloriste, on a aussi beaucoup soigné les couleurs. Il m’a fallu une bonne dizaine de mois, avec toujours de grosses journées, pour venir à bout des 50 planches de l’album. C’est une belle expérience, et je crois un beau résultat. » (Propos recueillis par Rodolphe Pays).

L’album « La Poste… Une histoire extraordinaire », auteur Patrick Marchand, scénariste Jean-Marie Cuzin, dessinateur Cédric Hervan, coloriste Véronique Gourdin, aux éditions du Signe, 15 € à la boutique de l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. 01 42 79 23 27.

Jeune dessinateur déjà expérimenté (il a collaboré très tôt avec Jacques Martin sur des « Alix »), Cédric Hervan mène en permanence plusieurs projets. Et il partage également son talent. Il travaille actuellement pour favoriser l’insertion de jeunes par le dessin. Avec eux, il réalise un ouvrage qui sera publié au printemps prochain retraçant le parcours d’un soldat durant la Grande Guerre.

Dans le cadre des « Journées européennes du patrimoine », Cédric Hervan dédicacera l’album au musée dimanche de 14 h à 17 h. Tout le programme de ces Journées sur : http://www.laposte.fr/adressemusee/mon-musee/actualites

 

Jean-Marie Cuzin, scénariste de la BD La Poste… Une histoire extraordinaire : « La bonne idée de l’album, ça a été de partir des objets »

cuzinLa bande dessinée La Poste… Une histoire extraordinaire est sortie il y a quelques jours. Jean-Marie Cuzin, le scénariste, raconte comment il a travaillé sur l’album et l’intérêt qu’il y a pris. 

« Patrick Marchand, l’auteur et aussi historien au Musée de La Poste, a été très impliqué dans la réalisation de cet album. Et ça a facilité le travail, parce que c’était vraiment tout un univers – celui de La Poste depuis des siècles – qu’il fallait intégrer et comprendre. En fait, j’ai fait une adaptation scénarisée des idées de Patrick, un peu comme l’adaptation au cinéma d’un roman. On a collaboré réellement de façon très étroite. Il y avait une masse d’informations, il a fallu faire oeuvre de synthèse tout en respectant à la lettre l’authenticité historique du propos, à laquelle veillait Patrick.

Travailler sur les origines antiques de La Poste, c’était très intéressant, la poste aux chevaux aussi, tous les autres moyens de transport… La bonne idée de l’album, ça a été d’utiliser, de partir des objets : les boules de Moulins, le claquoir du facteur, tous ces objets, toutes les aventures qui y sont liées, c’est tellement varié, tellement riche…

La Poste incarne une niche fondamentale de la relation entre les humains, la première façon de communiquer, et notre travail a été de faire passer cette idée via les objets évoqués. La BD est un bon vecteur pour accompagner ce genre de projet. » (propos recueillis par RP)

L’album « La Poste… Une histoire extraordinaire », auteur Patrick Marchand, scénariste Jean-Marie Cuzin, dessinateur Cédric Hervan, coloriste Véronique Gourdin, aux éditions du Signe, 15 € à la boutique de l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. 01 42 79 23 27.

Scénariste, peintre, Jean-Marie Cuzin est également dessinateur. Il a récemment dessiné une « Histoire de Marseille » en 2 volumes (2012, Editions du Signe). Et il travaille en ce moment à une « Histoire de la Guadeloupe ».

Concert samedi au Musée de La Poste : ça se joue en cor…

cordepostA découvrir samedi au Musée de La Poste dans le cadre des Journées européennes du patrimoine : le concert de cor de postillon donné dans l’après-midi par l’ensemble Artéfices.

Le cor de postillon était initialement un outil professionnel : il permettait au postillon de beaucoup de postes d’Europe de signaler l’arrivée à l’étape ou au relais des messagers et des courriers. Un instrument devenu l’emblème de nombreuses postes à travers le monde. Mais le cor de postillon a aussi été utilisé pour des œuvres musicales. Notamment par Johann Beer (1655-1700), dans son Concerto a 4. Bach, Vivaldi ou encore Haendel ont également été inspirés par cet instrument. Dans le cadre des Journées européennes du patrimoine, l’ensemble Artéfices proposera samedi au Musée de La Poste un concert qui permettra de découvrir le cor de postillon et son imitation dans la musique baroque.

Les musiciens de l’ensemble : Alice Julien-Laferrière au violon, Guy Estimbre aux cor de postillon et cor de chasse, Kazuya Gunji au clavecin et Cécile Vérolles au violoncelle. Bon concert… (RP)

Dans le cadre des « Journées européennes du patrimoine », concert de l’ensemble Artéfices, samedi 14 septembre de 15 h à 16 h, entrée libre (tout le programme sur ladressemuseedelaposte.fr), auditorium du Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. 01 42 79 24 24.


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 164 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 314 494 visites
Publicités