Archive pour juillet 2013



Chaissac et Dubuffet à la Une de l’édition d’été de L’Adresse-LeMag : un numéro riche en couleurs

lemag16Le numéro d’été de L’adresse-LeMag, la publication grand public du musée de La Poste, est paru. Disponible en version papier et en ligne, il accompagne toute l’actualité – toujours abondante – du musée. Détail du sommaire.

Une riche en couleurs pour le numéro d’été de L’Adresse-LeMag, la publication grand public du musée de La Poste. La couverture de sa nouvelle édition reprend en effet l’affiche de la grande exposition sur Chaissac et Dubuffet actuellement présentée au musée. Un accrochage qui présente des oeuvres des deux peintres en y associant des extraits de l’abondante correspondance qu’ils ont longtemps entretenue. Et sur lequel  revient dans un entretien le directeur de musée, commissaire d’expo et critique d’art Daniel Abadie, un des meilleurs spécialistes de Chaissac et Dubuffet.

Egalement au sommaire, un portrait du dessinateur de presse Antoine Chereau, dont une sélection de dessins est aussi exposée en ce moment au musée (accompagnée d’un film qui montre les coulisses de son travail). Les 100 ans du Tour de France et les 50 ans de présence de La Poste sur la « grande boucle » sont aussi l’occasion d’évoquer un tandem historique : le facteur et son vélo. Un sujet qui rappelle ainsi plus d’un siècle d’une association qui dure toujours.

Les livres « Jeunesse » proposés à la boutique du musée font aussi l’objet d’un papier, les animations des semaines à venir sont détaillées… Et Daniel Herrero conte dans Parole de visiteur son intérêt de longue date pour le musée et en particulier pour ses expos. Un billet forcément enthousiaste, coloré et gourmand de l’ancien joueur et entraîneur de rugby, voyageur de toujours, en particulier des mots…

Bonne lecture… et bel été (RP)

L’Adresse-LeMag est diffusé à tous les visiteurs du musée et envoyé à chaque parution à 10 000 lecteurs amateurs d’histoire et de culture. Il est aussi téléchargeable sur le site du musée (ladressemuseedelaposte.fr, rubrique « Découverte du musée »). L’Adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. : 01 42 79 24 24.

Publicités

Vélizy et Pauillac se préparent à fêter le centenaire du premier vol postal longue distance

De g. à dr. : Jean-Jacques Corsan, président de la communauté de communes "Coeur Médoc", Sébastien Hournau, maire de Pauillac et Véronique Rommel, directrice de l'Enseigne La Poste de Gironde.

De g. à dr. : Jean-Jacques Corsan, président de la communauté de communes « Coeur Médoc », Sébastien Hournau, maire de Pauillac et Véronique Rommel, directrice de l’Enseigne La Poste de Gironde.

Dans un peu plus de deux mois, Vélizy-Villacoublay, dans les Yvelines, et Pauillac, en Gironde seront à la fête. Les deux villes commémoreront en effet le centenaire d’une liaison aérienne mythique : le premier vol postal sur une longue distance. La Poste et le Musée de La Poste sont associés à l’événement.

Le 15 octobre 1913, le lieutenant Emmanuel Ronin effectuait ce qui est aujourd’hui considéré comme le point de départ de l’aventure de l’Aéropostale. A bord d’un avion Morane-Saulnier, il décollait de l’aérodrome de Villacoublay, à l’ouest de Paris, pour rejoindre celui de Pauillac, en Gironde. Avec à bord, des sacs de correspondances à destination des Antilles et de l’Amérique du Sud. Pour la première fois, du courrier était transporté par avion sur une longue distance. Après 7 heures de vol et deux escales (d’abord à Vendôme suite à un incident, puis à Poitiers comme prévu), il parvenait à destination après avoir parcouru près de 600 kilomètres.

Les sacs étaient alors transférés sur le paquebot Le Pérou, qui assurait des liaisons transatlantiques. L’anniversaire de cet événement exceptionnel se prépare depuis des mois à Vélizy-Villacoublay et à Pauillac. Plusieurs réunions – auxquelles ont été associées La Poste et le musée de La Poste – se sont déjà tenues dans les deux communes. La dernière en date s’est déroulée fin juin à la bibliothèque municipale de Pauillac. Le programme des festivités (meeting aérien, maquettes volantes, animations, rencontres… ), qui se tiendront essentiellement les 21 et 22 septembre prochains, y a été dévoilé. Au cours de cette réunion, le Prêt-à-Poster, créé spécialement en partenariat avec la mairie de Pauillac et l’Association du centenaire, a notamment été présenté (photo).

Véronique Rommel, la directrice de l’Enseigne La Poste de Gironde a également indiqué la présence d’un bureau temporaire sur le site girondin ainsi que la mise en service d’un timbre à date et d’une vignette libre service d’affranchissement (LISA). Pour sa part, le musée de La Poste tiendra dans les deux communes des conférences et présentera des expositions itinérantes sur la saga de la poste aérienne. Un beau week-end en perspective les 21 et 22 septembre prochains… (RP)   

« La Poste aérienne », salle 8 des collections permanentes, L’Adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. : 01 42 79 24 24.

Photo : C. P.

Il y a 60 ans, un timbre pour Jean-Philippe Rameau…

Rameau_1953Il y a 60 ans aujourd’hui, La Poste émettait un timbre de la série « Célébrités » consacré à Jean-Philippe Rameau. Une manière de rappeler alors le 270ème anniversaire de la venue au monde du compositeur, né à Dijon en septembre 1683.

Le père de Jean-Philippe, Jean Rameau, organiste à l’église Saint-Etienne de Dijon, forme très tôt son fils à la musique. Le jeune garçon – comme Bach, Mozart… – saura lire les notes avant les lettres… Jusqu’à l’âge de 40 ans, Jean-Philippe Rameau mène une vie assez errante de musicien ambulant, organiste intérimaire, il interrompt régulièrement ses contrats. Et s’installe définitivement à Paris en 1722. La production musicale de Rameau comprend des cantates, des motets, des pièces de clavecin et enfin la musique lyrique, à laquelle il consacre les trente dernières années de sa carrière.

Parallèlement à son œuvre de compositeur, il attribue une importance prépondérante à ses travaux théoriques. A plus de 80 ans, il écrira sa dernière tragédie, Les Boréades. Rameau ne manquait semble-t-il pas d’humour, le jour même de sa mort, se voyant administrer l’extrême onction, il aurait prié le prêtre «  de ne point chanter si faux ». (RP)   

Timbre « Jean-Philippe Rameau 1683-1764 », émis le 10 juillet 1953, dessiné et gravé par Pierre Munier, imprimé en taille douce rotative (25 timbres par feuille).

Le panorama des timbres français, salle 11 des collections de L’Adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15ème.

J – 5 : la nouvelle « Marianne » fera sa première apparition dimanche prochain

mariannehol4La nouvelle Marianne est au musée de La Poste. En attendant que Le Président de la République ne dévoile son identité dimanche prochain, à l’occasion du 14 juillet. Mais dès le lendemain, elle pourra être vue et achetée à l’espace Timbres du musée.

On peut dès ce soir l’annoncer : la nouvelle Marianne choisie par le Président de la République est… dans les murs du musée de La Poste. Sous enveloppes scellées (photo) et sous haute surveillance. Elle sera dévoilée aux français dimanche prochain, le 14 juillet. François Hollande a en effet décidé de faire connaître son choix de nouveau timbre de la République à l’occasion de la fête nationale. Trois projets, retenus par des élèves issus des trente académies de France, restaient en lice, ceux de Sophie Beaujard, Olivier Ciappa et David Kawena (qui ont associé leurs talents pour l’occasion) et Patrick Serres. Plus que 5 jours avant de connaître celui que le Chef de l’Etat a souhaité désigner.

Dès lundi 15 au matin, le musée de La Poste organisera une opération « Premier jour » afin de proposer cette nouvelle Marianne, ainsi qu’un certain nombre de produits dérivés : livret numérique (qui raconte plus de 150 ans d’histoire du timbre Marianne), souvenir philatélique… (RP)

L’Adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. : 01 42 79 24 24

Cent ans du Tour : un anniversaire sportif, postal et solidaire

moncoutieUn bloc philatélique a été émis pour l’occasion, le Tour de France fête cette année son centième anniversaire. Et La Poste son demi-siècle de présence sur la « grande boucle ». A tour exceptionnel, événement exceptionnel : 23 jeunes effectuent le parcours de chaque étape la veille du passage des pros. Intitulée Tour de fête, l’aventure a été initiée par l’écrivain et journaliste Eric Fottorino. Et son capitaine de route s’appelle David Moncoutié, lequel compte pas moins de 11 participations au Tour de France. Un capitaine dont les attaches avec La Poste sont fortes : s’il n’avait pas été coureur professionnel, peut-être aurait-il porté comme ses parents les couleurs de l’entreprise… forcément le jaune.

David Moncoutié est reparti pour un tour… Un an après avoir terminé ce qui devait être sa 11ème et dernière « grande boucle », il a remis ça. Mais pas avec ses ex-collègues pros. C’est en compagnie d’un peloton moins fourni – mais peut-être plus valeureux encore – qu’il participe cette fois à la grande fête annuelle du cyclisme. David est en effet le capitaine de route du Tour de fête initié par l’écrivain et journaliste Eric Fottorino.

Les 23 garçons et filles de 18 à 30 ans qui le composent ont été recrutés dans le cadre d’un projet auquel tenait tout particulièrement l’ancien patron du Monde, amoureux de toujours de la petite reine : réunir des jeunes issus de tous milieux sociaux et de toutes origines et réaliser avec eux la veille de chaque étape du Tour de France le même parcours que les pros. Sans esprit de compétition – ce n’est pas une course -, mais en faisant valoir des qualités d’engagement, de dépassement de soi, de soutien, d’altruisme.

Après neuf étapes en Corse et dans le midi de la France, David tire déjà un premier bilan de l’opération. « J’ai véritablement été surpris par le courage dont tous ces jeunes font preuve, et j’ai observé très vite beaucoup de solidarité entre eux, apprécie-t-il, en plaine par exemple, avec un vent de face, quand vraiment c’était dur, les plus forts abritaient les plus faibles. » En montagne aussi, où chacun est allé à son rythme, l’entraide a joué, encouragements, poussettes…

David a retrouvé l’atmosphère du Tour pro sur les pentes pyrénéennes. « Tout au long de la route, il y avait des basques, des espagnols, déjà beaucoup de monde pour nous encourager, raconte l’ancien grimpeur, vainqueur de deux étapes du Tour, grâce à la presse régionale notamment, beaucoup de gens étaient au courant de notre passage, il y avait une belle ambiance. » Grosse frayeur quand même quand Ingrid, une des jeunes participantes, a chuté dans une descente en voulant éviter… une vache. Pas trop de bobo heureusement, Ingrid a pu repartir.

David est visiblement heureux de faire partie de l’aventure. « Quand Eric m’a appelé pour me demander d’en être, j’ai adhéré très vite, je me suis reconnu dans l’esprit de ce projet, explique-t-il, je voulais vraiment le faire, et ça a beau être dur pour tous ces jeunes, ça se passe vraiment bien, ce sera je pense inoubliable pour nous tous. » Et les Alpes ? « Ce sont des étapes qui font forcément peur, alors je leur dis de se concentrer sur la journée en cours, de s’économiser, répond David, de continuer à être solidaire, et on y arrivera… tous ensemble. » (RP)

Le bloc « Le Tour de France a 100 ans », création Catharsis-Ciappa et Kaweena, 5,82 €, est en vente à l’espace Timbres du musée.

Le Cahier pour l’histoire de La Poste « Jaunes mêlés, 50 ans de présence postale sur le Tour de France (1963-2013) », écrit par Aurélie Rivière et Sébastien Richez, raconte un demi-siècle de collecte et de distribution du courrier sur le Tour. Il est disponible à la boutique du musée.

L’Adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. : 01 42 79 24 24

Pour en savoir plus sur « Tour de fête » : http://tourdefete.lequipe.fr/participant/eric-fottorino/

Photo : Mickael Bougouin

Les offres d’été du musée : de quoi inciter les jeunes à mettre leur coeur à l’ouvrage

livremag4La boutique du musée propose une large sélection de livres, en particulier pour la jeunesse. Aperçu des œuvres disponibles.

Que ce soit à l’occasion de visites scolaires, en famille ou de leur propre initiative, les jeunes sont nombreux à se rendre au musée de La Poste. Ils forment même à eux-seuls près de 25% du visitorat. Et fréquentent autant les collections permanentes que les expositions temporaires. C’est pourquoi l’équipe d’animation commerciale est attentive à son offre d’ouvrages à destination des enfants et des adolescents. Près d’une quarantaine de livres sélectionnés pour eux sont ainsi disponibles à la boutique du musée.

Différentes éditions de L’école des loisirs s’adressent en particulier aux plus jeunes. Le plus souvent sur des thèmes tournant autour de la lettre. Comme le livre – désormais un classique – de Chris Donner, « Les lettres de mon petit frère », ou encore celui de Kéthérane Davrichewy, « Les grosses lettres », superbement illustré par Catharina Valckx. A signaler également pour les tout petits, « Chers papa et maman », un bel ouvrage pour découvrir les mots. Avec de remarquables illustrations à déployer, soulever. Et une couverture qui figure un colis.

Toujours à l’Ecole des loisirs, mais cette fois pour les plus grands (à partir de 14 ans), et toujours autour de la correspondance, le livre de John Marsden, « Lettres de l’intérieur ». Une histoire forte qui raconte les courriers échangés entre deux adolescentes, dont l’une est derrière les barreaux.

Saint-Exupéry et son « Petit prince » n’ont bien sûr pas été oubliés. D’abord le roman, illustré d’aquarelles réalisées par l’auteur lui-même, publié chez Gallimard. Une autre version est aussi proposée, augmentée d’informations biographiques et de photos concernant l’écrivain-aviateur. Inspiré du livre également, une bande dessinée très réussie créée par le dessinateur, scénariste et réalisateur Joann Sfar. Autre ouvrage consacré au héros de l’Aéropostale, le livre très complet de Jean-Pierre Guéno, « La mémoire du Petit Prince ». Photos, documents manuscrits, dessins… , le journal de toute une vie.

Bien d’autres livres occupant les rayons de la boutique du musée sont à découvrir. A noter quand même pour finir, l’émouvant coffret contenant neuf carnets authentiques écrits par un père pour sa fille de 6 ans. Ca se passe pendant la seconde guerre mondiale, aux Pays-Bas, le coffret s’intitule « Les carnets de Lieneke » (L’école des loisirs), c’est à lire… avec du coeur.

La boutique de l’Adresse Musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. : 01 42 79 23 27.

14 juillet : mais que Marianne sera jolie…

marianne14juiJ -10… C’est le 14 juillet que sera dévoilé le nouveau timbre Marianne. Le Président de la République aura ainsi fait son choix entre trois projets sélectionnés par des lycéens de toute la France.  

La Poste l’annonçait dans un communiqué publié en début d’année : « Le Président de la République a décidé de donner au prochain timbre Marianne le visage de la jeunesse, qui constitue l’une des priorités de son quinquennat. Plus encore, il a souhaité mobiliser et impliquer des jeunes en les invitant à élire la représentation de Marianne qui symbolise le mieux à leurs yeux les valeurs de la jeunesse. » Le processus de choix de la nouvelle Marianne, allégorie de la République Française, était défini.

C’est ainsi que parmi 15 créations sélectionnées par un jury d’experts (sur 43 dossiers déposés), trois ont été retenues par des élèves issus des trente académies de France. Un choix dévoilé le 18 mars dernier aux siège et musée de La Poste en présence de Valérie Fourneyron, ministre de la jeunesse et des sports, George Pau-Langevin, ministre déléguée à la réussite éducative et Jean-Paul Bailly, Président de La Poste. Les artistes lauréats de cette ultime sélection : Sophie Beaujard, Olivier Ciappa et David Kawena (qui avaient associé leurs talents pour l’occasion) et Patrick Serres.

Dans tout juste 10 jours, à l’occasion du 14 juillet, la Marianne que François Hollande aura choisie sera dévoilée au public. Une Marianne plus jeune que jamais... (RP)

Le nouveau timbre Marianne sera en vente « premier jour » lundi 15 juillet et disponible dès mardi 16 à l’espace Timbres du musée de La Poste, 34 boulevard de Vaugirard, Paris 15ème. Tél. : 01 42 79 23 83.


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 160 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 307 087 visites
Publicités