Archive pour janvier 2012



Nicolas Vial fait toujours partie des murs… pour quinze jours

"Tri sélectif", par Nicolas Vial

Les meilleures choses ont une fin, paraît-il… La clôture de l’exposition Nicolas Vial, une lecture du monde – dans deux semaines – tend à donner raison à ce vieil adage plutôt frustrant. Mais comme « avant l’heure, c’est pas l’heure », il est encore (un peu) temps de profiter de ce bel accrochage. Date limite, le 4 février…

Il avait fini par faire partie des murs. Au propre comme au figuré. C’était devenu presque naturel de voir ses oeuvres présentées dans trois des salles qui prolongent les collections permanentes. Mais l’accrochage que consacre l’Adresse Musée de La Poste aux trente ans de dessins de presse de Nicolas Vial touche à sa fin. Plus que deux petites semaines en effet pour apprécier les 150 oeuvres exposées que l’artiste a réalisées pour Le Monde, VSD, Les Echos, le JDD… Une présentation pour revisiter les dernières décennies, leurs enjeux, leurs actualités (qui font souvent écho à celles d’aujourd’hui… ). Sous des dehors apparemment paisibles, Nicolas Vial porte un regard dépourvu de concession. Sans brutalité, mais sans jamais hésiter, il dit ce qu’il a à dire. Il est encore temps d’aller l’écouter. Avec les yeux. (RP)

Nicolas Vial, une lecture du monde, jusqu’au 4 février, salles 13, 14 et 15, l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.

Publicités

Le « Patch d’amour » de la Saint-Valentin en vente à l’Adresse Musée de La Poste

"Patch d'amour", une création d'Adeline André

La Poste vient d’enrichir sa collection de « coeurs griffés », avec un nouveau timbre en forme de coeur réalisé cette année par Adeline André. Une prouesse technique de l’imprimerie Philaposte : ce timbre dentelé autocollant est imprimé sur plastique transparent.

Comme chaque année, à l’occasion de la Saint-Valentin, La Poste émet un timbre en forme de coeur conçu par un créateur de mode. Pour 2012, c’est Adeline André qui a imaginé un timbre transparent au nom évocateur de « Patch d’amour ». « L’idée d’un timbre transparent s’est immédiatement imposée à moi, parce qu’il prendra pour fond la couleur de l’enveloppe ou du colis sur lequel il sera collé, explique-t-elle, sur ce support, j’ai voulu dessiner un coeur amoureux, bouillonnant, en fusion, comme un patch d’amour à appliquer pour tomber amoureux. »

Entrée en 1970 chez Christian Dior comme assistante pour les collections de haute couture, Adeline André a créé en 1981 sa propre marque. Dans les années 1980, elle présente ses collections dans des lieux jamais utilisés auparavant pour des défilés de mode, dans une atmosphère d’intimité et de calme. Elle a reçu le label « Haute couture » en janvier 2005. (RP)

Timbre « Patch d’amour, création d’Adeline André, mise en page d’Aurélie Barras, impression offset sur papier transparent, en vente depuis le 16 janvier. Le timbre et le bloc de 5 timbres sont disponibles à l’espace Timbres de l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.

Expo « Sorcières, mythes et réalités » : visite guidée par le commissaire de l’exposition le 26 janvier

Patrick Marchand, le commissaire de l'exposition "Sorcières, mythes et réalités" fera une visite guidée le jeudi 26 janvier

Plusieurs animations autour de l’exposition Sorcières, mythes et réalités sont programmées dans les semaines à venir. En particulier une visite guidée – le 26 janvier – par Patrick Marchand, le commissaitre de l’exposition. Un rendez-vous privilégié à ne pas manquer.

Visites guidées, contées, ateliers, conférence… : les animations proposées par l’Adresse Musée de La Poste se concentrent actuellement autour de l’exposition Sorcières, mythes et réalités. A noter parmi elles, la visite guidée que fera dans quelques jours Patrick Marchand, le commissaire de l’exposition. En plus d’une heure, celui-ci racontera la sorcellerie et les croyances à travers l’art, l’histoire et l’ethnographie. D’autres visites guidées par un conférencier sont d’ores et déjà prévues en février ainsi que des visites contées et des ateliers destinés aux enfants. Et en mars, l’ethnologue Hugues Berton, qui a prêté pour l’exposition un certain nombre d’objets recueillis au cours de ses recherches, tiendra une conférence intitulée Les sorcières. (RP)

Visite guidée de l’exposition Sorcières, Mythes et réalités par Patrick Marchand, jeudi 26 janvier à 19 h. Public : adulte. 6,5 euros (billet d’entrée inclus).

Renseignements et réservation au 01 42 79 24 24. Pour en savoir plus sur ces animations, c’est ici

Une boîte à carnets de timbres-poste


Une énigme vous a été proposée ce samedi 14 janvier sur Facebook, par Le Kid, porte-parole et mascotte du musée. Il s’agissait de deviner à partir d’un détail d’une image d’un objet des collections du musée, ce qu’elle représentait. Et voici un petit plus d’informations sur la pièce en question…

Cette boîte à carnets de timbres de fabrication artisanale et d’origine inconnue, date de la seconde moitié du XXe siècle. Elle est équipée d’un mouilleur représentant un musicien. D’une hauteur d’environ 2cm sur environ 6cm de large et 12 de long, cette petite boîte est en céramique.

Très en vogue entre 1870 et 1914, la mode des boîtes à timbres vient d’Angleterre. Éléments incontournables des écritoires de l’époque, les boîtes à timbres sont alors décoratives et pratiques et peuvent comporter un ou plusieurs compartiments destinés à ranger les timbres-poste. Elles sont généralement réalisées dans des matériaux nobles tels que l’argent, le bronze, le cuivre, le bois, la céramique ou porcelaine. (MN)

 © Coll. L’Adresse Musée de La Poste, Paris / Tous droits réservés 


La présentation du cabinet des trésors philatéliques du premier trimestre rend hommage à Jeanne d’Arc

© L'Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste / ADAGP, Paris 2012

Ce début d’année marque le six centième anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc. La « Pucelle d’Orléans » aurait ainsi vu le jour le 6 janvier 1412 dans le village lorrain de Domrémy. La présentation du cabinet des trésors philatéliques du premier trimestre lui est consacrée.

Si on connaît précisément la date de la mort de Jeanne d’Arc – le 30 mai 1431 à Rouen -, celle de sa naissance est en revanche incertaine. On sait seulement qu’elle a vu le jour en 1412, peut-être en début d’année, dans une famille de paysans lorrains relativement aisés. A treize ans, Jeanne affirme avoir reçu des « messages » de deux saintes, Catherine et Marguerite, ainsi que de l’archange Saint-Michel l’enjoignant d’être pieuse, de libérer le royaume de France alors occupé par les Anglais et de conduire le dauphin Charles (le futur Charles VII) sur le trône. Elle répond à l’appel et se rend en 1428 à Vaucouleurs, une forteresse voisine de son village natal de Domrémy,  pour convaincre le seigneur Robert de Baudricourt de la conduire auprès du dauphin.

C’est cet épisode de sa vie qu’évoque le bon à tirer – essai de couleurs du timbre-poste « Jeanne d’Arc, départ de Vaucouleurs », dessiné et gravé par Albert Decaris en 1968 (illustration ci-dessus). Cette pièce remarquable est l’une de celles qui composent la présentation dédiée à Jeanne d’Arc du cabinet des trésors philatéliques du premier trimestre. Les visiteurs pourront y voir également le bon à tirer et épreuves de couleurs du timbre « Jeanne d’Arc » de 1946, la maquette du timbre « Orléans 1429 » de 1929 ainsi que le projet et l’épreuve d’artiste du timbre « Monument national – hommage à Jeanne d’Arc » de 1979. (RP)

Hommage à Jeanne d’Arc, présentation du cabinet des trésors philatéliques, à partir du 16 janvier, salle 11 des collections permanentes de l’Adresse Musée de La Poste.

Toute l’actualité du musée sur « L’Adresse-LeMag »

L’actualité de l’Adresse Musée de La Poste est particulièrement riche en ce début d’année. Disponible depuis quelques jours, le numéro de janvier de L’Adresse-LeMag, la publication grand public du musée, y revient en détail. Sommaire de cette nouvelle édition…

 

Dans son nouveau numéro, L’Adresse-LeMag publie un long entretien avec les ethnologues Hugues Berton et Christelle Imbert. Réalisée dans le cadre de l’exposition Sorcières, mythes et réalités actuellement proposée au musée, l’interview aborde en particulier l’histoire, les pratiques et les comportements liés à la sorcellerie et aux croyances. LeMag invite également à une visite en avant-première de l’expo Dans les coulisses du film d’animation qui démarre à la mi-mars. Un autre sujet évoque le travail (joyeux) mené par un « collectif » d’artistes suisses baptisé Plonk et Replonk. Celui s’apprête à investir les salles de collections permanentes avec des objets drôles et décalés – roue carrée, enveloppe blindée… Egalement au sommaire : des infos sur le Livre des timbres 2011, sur la présentation du cabinet des trésors philatéliques consacrée à Jeanne d’Arc, un billet du grand reporter Bernard Chabbert sur son père, pilote de l’Aéropostale… Bonne lecture.

L’Adresse-LeMag est disponible au musée et téléchargeable sur le site du musée (rubrique « Découverte du musée).

Un diorama d’un « Caudron Simoun » présenté dans la salle de la poste aérienne

Consacrée à la poste aérienne, la salle 8 de L’Adresse Musée de La Poste s’enrichit très régulièrement de pièces rares, peu exposées ou prêtées. Durant tout le premier trimestre, un diorama d’un Caudron Simoun C630 de la Compagnie Air Bleu est ainsi présenté dans la vitrine des Trésors.

 En 1935, Didier Daurat et Beppo de Massimi, deux anciens des lignes Latécoère, créent leur propre compagnie. Ils ont pour ambition de transporter le courrier de telle façon qu’une lettre déposée à Paris le matin puisse recevoir sa réponse le soir même. Autrement dit,  à une vitesse presque équivalente à celle d’un télégramme. D’où le nom de la compagnie, Air Bleu, qui rappelle la couleur des télégrammes surnommés les « petits bleus ».
Pour y parvenir, il faut donc un avion rapide comme le Caudron Simoun, le premier capable d’atteindre les 300km/h. Il a été conçu en 1934 par Marcel Riffard, avec la collaboration de l’ingénieur Georges Oftinovsky. Autres avantages de cet appareil : son autonomie est de 4 heures et il peut transporter jusqu’à1250 kg. Ainsi les Caudron Simoun acheminèrent 45 millions de lettres en 2 ans, par tous les temps, et avec une très grande régularité.  (ACC)

 Légende :

Photographie du diorama

Don au musée de Mesdames Georges Libert et Victor Beaufol, épouses des pilotes du dernier équipage survivant de l’épopée Air Bleu.

Coll. L’Adresse Musée de La Poste/La Poste/ADAGP, Paris 2011 (2002.65.1).


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 166 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 316 113 visites
Publicités