Archive pour avril 2010

Un peintre de l’air à Marseille

À l’occasion de l ‘émission le 29 mars 2010 du timbre-poste Henri Fabre-1910-Premier vol en hydravion, dessiné par P.A.Cousin, la Maison de l’Artisanat et des Métiers d’Art à Marseille présente son exposition Les Ailes du Sud, du 20 avril au 26 mai 2010.

L’Adresse Musée de La Poste conserve tous les dessins originaux de Jame’s Prunier, peintre de l’air. Sept de ses œuvres sont donc prêtées pour l’occasion, ainsi que 10 pièces philatéliques : bons à tirer, essais de couleur. Ces œuvres concernent 3 émissions de timbres-poste : les dessins préliminaires et le dessin retenu ou maquette du timbre Airbus A 300-B4, du timbre-poste Couzinet 70 et du timbre-poste Antoine de Saint-Exupéry : 1900-1944.

En 1982, Jame’s Prunier commence une carrière d’illustrateur avec Une balle perdue de Joseph Kessel. Il enchaîne les illustrations et en 1992, devient peintre officiel de l’Air, après la publication d’un Livre des conquérants de l’espace formant une histoire de l’aviation en quatre volumes. Il réalise pour La Poste une série de quatre timbres pour la poste aérienne : « Breguet XIV » (1997), « Potze 25 », « Centenaire de l’Aéro-Club de France » (1998), « Airbus A300-B4 » (1999), « Couzinet » (2000).

Projet du timbre Couzinet 70, 1997 © L’Adresse Musée de La Poste, Paris/La Poste.

Publicités

Le collector Louis Aragon & Elsa Triolet

À l’occasion de l’exposition « Aragon et l’art moderne » qui a ouvert ses portes le 14 avril dernier à l’Adresse Musée de La Poste, un collector a été émis pour l’événement, en collaboration avec Phil@poste. Ce collector est un collector de quatre timbres – et non dix timbres comme le sont habituellement les collectors – reprenant citations et portraits de Louis Aragon et Elsa Triolet. Il est en vente à l’Espace Timbres et la Boutique du musée au prix de 4,90 euros et par correspondance auprès du service commercial de l’Adresse Musée de La Poste (frais de port offerts à partir de deux exemplaires achetés). Son tirage est de 5000 exemplaires. Pour le commander par courrier, télécharger et remplisser le bon de commande ci-dessous.
bon de commande du collector Aragon

La maison Elsa Triolet – Aragon

L’ancien moulin à eau qui mouille dans la Rémarde à Saint-Arnoult en Yvelines, mais n’a pas vu un meunier depuis 1904, était la maison d’Elsa parce qu’Aragon en avait ainsi décidé en 1951, voulant qu’à l’étrangère, qu’à la déracinée appartînt en propre, comme il le disait, « un petit coin de terre de France ».

Aragon et Elsa redonnent vie à ces bâtiments dont l’origine remonte au XIIe siècle. Plusieurs propriétaires ont possédé ce domaine, dont des danseuses du Moulin Rouge. Elsa dessine les plans de plusieurs pièces et aménage le parc. Elle choisit le bleu de Saint-Pétersbourg pour habiller son bureau et leur chambre. Aragon éclaire le parc pour les promenades nocturnes, installe le chauffage pour protéger de l’humidité ses milliers de livres.
Dans chaque pièce de cette demeure flotte un air de la Russie d’origine d’Elsa Kagan. Au Moulin de Villeneuve, Aragon conçoit La Semaine Sainte et Elsa Le cheval roux.

Légué à « la Nation Française quelle que soit la forme de son gouvernement » pour être, après leur mort, ouvert au plus large public, ce domaine est aujourd’hui un Musée doté d’une bibliothèque ouverte aux chercheurs et d’un espace culturel polyvalent. C’est aussi un lieu de mémoire que domine la pierre blanche de leur tombeau dans le parc, pierre sur laquelle est gravée cette phrase d’Elsa :

« Quand côte à côte nous serons enfin des gisants, l’alliance de nos livres nous réunira pour le meilleur et pour le pire dans cet avenir qui était notre rêve et notre souci majeur, à toi et à moi. »

Depuis le 16 juin 1970, date la mort d’Elsa, rien n’a changé, tout est ici authentique. Aragon avait promis à Elsa de l’entourer de musique même après sa mort. Il disposa auprès de sa tombe un magnétophone qui jouait Bach et le Chant du Rossignol de Stravinsky. Depuis la restauration du Moulin, ces notes bercent leurs corps jour et nuit.

Le bureau d’Aragon © Photo Maison Elsa Triolet-Aragon, DR.

Aragon et l’art moderne : c’est lancé !

L’Adresse Musée de La Poste crée l’événement à Paris avec l’exposition « Aragon et l’art moderne » du 14 avril au 19 septembre 2010. Seront présentés les peintures, dessins, collages et sculptures de plus de 40 artistes sur lesquels Aragon a expressément écrit : Signac, Pirosmani, Matisse, Marquet,Picasso, Braque, Léger, Gris, Duchamp, Chagall, Klee, Arp, Man Ray, De Chirico, Ernst, Masson, Malkine… et de plus jeunes artistes tels Titus-Carmel, Le Yaouanc, et Moninot encouragés par Aragon dès leur première exposition. Les oeuvres sont illustrées par les réflexions les plus percutantes de l’écrivain, et accompagnées de livres et de documents de l’époque.

La littérature et l’art sont, pour Aragon, imbriqués et portent en eux la même interrogation : la mise en question de l’homme et du monde et, par là même, des langages verbal et pictural. Pour Aragon, les objets sont des mots et les mots des matériaux de construction. La rencontre de l’auteur avec des peintres majeurs a été fondamentale. L’exposition « Aragon et l’art moderne » au parcours chronologique présente une quarantaine d’artistes et s’articule autour de trois grandes périodes : des années 20 à la peinture au défi (1930) : cubisme, dadaïsme, surréalisme ;  de 1930 à 1952 : les réalismes socialistes français et soviétique ; de 1953 à sa mort : les anciens amis et la découverte de nouveaux artistes. Au coeur de l’exposition, une place est faite à une évocation de l’appartement de la rue de Varenne, avec la possibilité d’écouter les entretiens d’Aragon et de Francis Crémieux et des poèmes d’Aragon interprétés par Jean Ferrat et Marc Ogeret.

6ème numéro de la collection « un timbre-un artiste », le catalogue est coédité par l’École nationale supérieure des beaux arts : préface de Pierre Daix, textes et entretiens de Josette Rasle avec Jean Ristat et avec Sarah Wilson (prix : 20 €, à la Boutique de l’Adresse Musée de La Poste).

Aragon : les coulisses du montage

Trois semaines de montage, plus d’une dizaine de personnes mobilisés, des oeuvres de grande valeur arrivant au compte-goutte dans les derniers quinze jours, une sécurité renforcée… l’exposition Aragon et l’art moderne est un grand événement avant son ouverture le 14 avril prochain. Le travail des équipes de l’Adresse Musée de La Poste, entre la logistique, les départements des expositions et du patrimoine, a permis un montage professionnel et efficace. Le résultat, vous le découvrirez dès le 13 avril au soir, lors du vernissage … et jusqu’au 19 septembre prochain, date de la fermeture de l’exposition. Retrouvez des photos des coulisses du montage sur notre compte Flickr.

Montages de l’exposition Aragon © photos L. Albaret, L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste.

Jean-Louis Foulquier… et La Poste vue par… l’école Camondo

Élèves de seconde dans un lycée de l’est parisien, elles étaient venues à l’initiative de leur professeur d’arts plastiques voir l’expo Jean-Louis Foulquier, Gueules de nuit. « On a aimé ses tableaux, leurs couleurs leur ambiance, raconte Chloé, mais on a également eu l’occasion de passer dans une salle où sont présentés des travaux réalisés par des élèves de l’école Camondo, ça aussi c’était super ». Clémence a elle aussi été conquise par cette autre expo : « Ils ont travaillé sur l’écriture contemporaine, celle que l’on pratique tous les jours sur internet et sur nos portables, détaille-t-elle, il y a une traduction en langue sms d’une lettre d’Arthur Rimbaud, des explications sur les émoticônes, c’est plein de recherche, c’est vraiment bien. » Pour profiter de cette présentation, il ne faut plus tarder, c’est jusqu’au 10 avril. Et Jean-Louis Foulquier jusqu’au 15 mai.

Camondo lors du vernissage © Photo L. Albaret, L’Adresse Musée de La Poste, Paris / La Poste


Entrer votre courriel pour vous inscrire à ce blog et recevoir gratuitement les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 148 autres abonnés

Nos/vos photos sur Flickr

Notre compte Twitter

Les archives

Des chiffres

  • 285,163 visites